À propos

Bienvenue sur le site-blog de notre équipe!

Dans un réseau institutionnel qui inclut des partenaires spécialistes en Allemagne et en France, l’Institut historique allemand à Paris (IHAP) s’est fixé pour objectif d’élargir son champ géographique à l’Afrique subsaharienne. En novembre 2015, l’IHAP a lancé un projet de recherche sous la direction de Séverine Awenengo Dalberto et en association avec le Centre de recherches sur les politiques sociales (CREPOS) sous le titre de « Identité, identification et bureaucratisation en Afrique subsaharienne (XIXe-XXIe siècle) ». Ce groupe était accueilli sur le campus de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) et se compose de deux postdocs et de deux doctorants.

En janvier 2017, grâce à la création d’un programme de recherche transnational autour de « La bureaucratisation des sociétés africaines » sous la direction de Susann Baller, une deuxième phase de coopération avec le CREPOS et l’UCAD a été entamée avec le soutien de la Fondation Max Weber. Ce programme de recherche transnational est toujours basé à Dakar. Il comprend le projet coordonné par Séverine Awenengo Dalberto (axe de recherche 1) et trois autres axes de recherche autour de questions politiques (axe 2), économiques (axe 3), culturelles et religieuses (axe 4). Ces axes offrent chacun une bourse postdoctorale et deux bourses pour des doctorants (durée du programme 2017–2021). Un comité de pilotage international accompagne ce programme dans ses décisions stratégiques.

Ce carnet se veut être une vitrine des activités et actualités du groupe de recherche, en rendant compte de l’avancée des travaux du groupe, dans leurs différentes dimensions : recherches individuelles et réflexion collective, activités d’animation de la recherche et de formation à la recherche.

Il vise à publier et à diffuser des informations scientifiques produites par le groupe et/ou sur des thématiques similaires, et à mettre le groupe en réseau avec d’autres équipes et/ou chercheurs développant des travaux sur la bureaucratisation des sociétés  africaines.

Pour plus d’information sur notre programme de recherche, cliquez ici.

Bonne navigation !