Table ronde au Festival Histoire & Cité : Faire croire et faire foi, récits et papiers de l’identité, le 31 mars 2017 à 12h30

 

Dans un monde où la bureaucratie nourrit les pratiques autant que les imaginaires politiques et sociaux du vrai et du faux, le papier semble avoir supplanté le témoignage oral comme mode de validation. Le récit sur l’identité correspondrait ainsi à du « faire croire » tandis que le papier d’identité ferait foi – donc loi. Pour autant, cette distinction courante entre identité narrée et écrite masque le fait que toutes deux, in fine, engagent du croire. En premier lieu, le récit – notamment sous la forme du témoignage ou de la déclaration – participe de la production de certains papiers identificatoires : les papiers de la foi religieuse comme les certificats de conversion ou de baptême, mais également ceux de l’identité civile dans le cas de jugements supplétifs, de reconnaissance de paternité, de l’identification des morts, de la carte de réfugié, ou, pour un exemple nigérian, du certificat d’autochtonie. En second lieu, l’identité narrée et l’identité de papier s’inscrivent dans un même régime de véridiction, celui de l’attestation – au contraire de l’identité biométrique qui engage une critériologie, une vérification. L’attestation est une mise en jeu de subjectivités, d’une « foi » et d’une confiance dans le « vraisemblable », qu’il s’agisse de la vraisemblance d’un récit dit ou encore de la ressemblance d’un individu avec la photographie de la carte d’identité qu’il présente à l’agent qui le contrôle, les signes particuliers qui le décrivent, son âge ou son sexe.

Le document qui fait foi engage donc une croyance : en l’autorité de l’institution qui le produit et en la crédibilité de l’individu qui le porte. De la même manière, le « faire croire » du témoignage n’est pas seulement nécessaire à l’imposteur : il ne suffit pas qu’un récit soit vrai, il faut encore qu’il soit vraisemblable et qu’il soit cru. La véridiction s’opère en ce sens de façon nécessairement interactive et dialogique. En explorant des cas européens et africains, cette table-ronde questionne ainsi la manière dont les individus et les institutions pratiquent le crédible et le croyable et la manière dont le document participe de la réalisation (dans le sens de rendre réel, par la matérialisation) d’un croire. L’expression de « bureaucratisation du croire » proposée par Mohammed Tozy dans le champ religieux y croise ainsi celle des « institutions du croire » que Michel de Certeau a attribué plus largement aux institutions productrices de sens dont la capacité de croire et la pratique du faire croire ont longtemps soutenu le fonctionnement de l’autorité.

 Responsable : Séverine Awenengo Dalberto, chargée de recherche au CNRS à l’Institut des mondes africains et chercheuse associée à l’Institut historique allemand de Paris.

Participants

Ilsen About, historien, est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre Georg Simmel de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Roberto Beneduce, psychiatre et anthropologue, est professeur d’anthropologie médicale et psychologique à l’Université de Turin.

Johara Berriane, anthropologue, est docteure de l’Université libre de Berlin et chercheuse postdoc de l’Institut historique allemand au sein du programme IHA-CREPOS « Identité, Identification et bureaucratisation en Afrique. Pouvoirs, matérialités, subjectivation ».

https://histoire-cite.ch/

 

Séminaire de recherche : « Identification & Bureaucratisation en Afrique »

Coordonné par Séverine Awenengo Dalberto (CNRS-IMAF et IHA) et Johara Berriane (IHA-CREPOS)


Horaires : Accueil 09h45 / Séminaire 10h-12h30

Lieu: WARC, Rue E X Léon Gontran Damas, Fann Résidence, Dakar

Programme 2017

9 février

 

Zekeria Ould Ahmed Salem, Professeur de science politique à l’Université de Nouakchott : « Bureaucratisation biométrique et conflits de citoyenneté : l’agence nationale des titres sécurisés et l’imaginaire de l’Etat en Mauritanie »
2 mars

 

Abdoulaye Touré, Directeur de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire : «Le ticket de guerre: pouvoir libératoire, mémoire collective et consciences individuelles »
23 mars

 

Richard Banégas, Professeur de science politique, Sciences po-CERI et Armando Cutolo, Professeur d’anthropologie, Université de Sienne : « Les margouillats, la biométrie et les papiers kamikaze en Côte d’Ivoire »
27 avril

 

Amadou Dramé, Chercheur postdoc IHA-CREPOS : «Laissez-passer et fiches de renseignements: la bureaucratisation de l’identification et de la surveillance des marabouts en AOF (1906-1957)» 
18 mai

 

Sylvain Landry Faye, Professeur d’anthropologie sociale, Université Cheikh Anta Diop Dakar : « « Pratiques d’identification » des individus en période d’urgence sanitaire : exemple de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest »
22 juin

 

Thomas G. Kirsch, Professeur d’anthropologie, Université de Constance : « Christian Identities in the Age of Bureaucracy »

Ce séminaire pluridisciplinaire de recherche propose d’explorer la question de l’identification des individus en Afrique, sous l’angle de la fabrique bureaucratique et matérielle et des processus de subjectivation qui s’y engagent. Il s’envisage comme un cadre d’échanges autour de la présentation de travaux, achevés ou en cours, de chercheurs spécialistes de ces questions. Il invite également l’ensemble des collègues à se saisir de cet objet, transversal à bien des égards, et à contribuer à élargir notre horizon de recherche.

Le contexte actuel de la diffusion des techniques biométriques d’identification par les Etats et de l’essor de l’enregistrement des identités civiles par des entreprises privées appelle en effet à renforcer l’étude du champ bureaucratique et documentaire de l’identification en Afrique. Ce séminaire souhaite explorer, dans le temps et l’espace, les contextes, les modalités, les techniques et les acteurs de l’enregistrement, de la mise en fiche et/ou en registre des identités catégorielles et individuelles et de l’encartement des individus (entendu dans un sens large : carte d’identité, carnet sanitaire, certificat de conversion, carte de ravitaillement, par exemple). Il s’intéresse également aux usages de ces registres et documents, aux pratiques qu’ils ont générées, aux controverses que leur mise en place a pu parfois susciter.

L’identification bureaucratisée se conçoit ici comme dispositif de contrôle et comme instrument de relégation, de régulation et d’octroi de droits et de services (électoraux, nationaux, sociaux, sanitaires, professionnels, technologiques, bancaires, alimentaires, etc.) pour l’Etat et une diversité d’institutions privées ou paraétatiques, formelles ou informelles. Ce séminaire questionne ainsi l’Etat et le rapport à l’Etat, sans pour autant se limiter au domaine de l’identification officielle. Confréries, associations, églises, Ong et organisations internationales (comme le HCR par exemple), entreprises (comme Orange, par exemple), syndicats, partis politiques, groupes rebelles, chefs de quartier mais aussi chefs de famille, se sont également engagés dans des pratiques d’identification et parfois de production de documents qui certifient une identité ou un statut. A cet égard, on s’intéressera aux cultures matérielles de l’écrit et aux manières dont elles s’articulent avec d’autres modes d’identification et d’attestation, notamment oraux. Ce séminaire compte ainsi participer à alimenter la réflexion développée sur la « bureaucratisation du monde » (B. Hibou).

Contacts & Informations : JBerriane@dhi-paris.fr  /  sawenengo@gmail.com

Ce séminaire bénéficie de sa collaboration scientifique avec l’ANR PIAF (La vie sociale des papiers en Afrique).

Les cartes de baptême dans le voyage de migrants chrétiens rencontrés au Maroc

Johara Berriane

13 décembre 2015, Rabat. Je retrouve Christine après le culte du dimanche dans une église de Rabat au Maroc. Membre actif de cette petite église de réveil nouvellement fondée, Christine s’est proposée pour me parler de ses activités et de son parcours au sein de cette assemblée. Dans le cadre de mes recherches postdoctorales, je m’intéresse aux communautés chrétiennes migrantes au Maroc. Après avoir étudié les processus de territorialisation de ces communautés, j’ai commencé à aborder

Carte de baptême de l'Eglise Evangelique du Tchad.

Carte de baptême de l’Eglise Evangelique du Tchad.

en 2015 la question de la traduction matérielle des identités religieuses et ma première rencontre avec une carte de baptême remonte à ce jour-là. Lire la suite

Groupe IHA CREPOS

Ce carnet entend rendre compte des travaux que le groupe  développe sur les dispositifs matériels et bureaucratiques de l’identification en Afrique subsaharienne depuis le XIXe siècle, en s’intéressant également à leurs usages et aux pratiques qu’ils ont générés. A partir d’études de cas sur le Sénégal, le Tchad, l’AOF et le Maroc, il s’agit de comprendre la façon dont ces dispositifs ont à la fois répondu à des projets de contrôle, d’inclusion et d’exclusion des individus, mais aussi accompagné l’émergence de nouvelles subjectivités. Lire la suite