Université d’été 2018 à Berlin: De l’agrafe au logiciel: technologies bureaucratiques et relations sociales dans les mondes du travail en Afrique

De l’agrafe au logiciel: technologies bureaucratiques et relations sociales dans les mondes du travail en Afrique

Programme

Université d’été

Berlin, 16-20 juillet 2018

Les univers professionnels, en Afrique, semblent de plus en plus imprégnés par différentes technologies bureaucratiques. Cela concerne le travail, formel et informel, journalier, spirituel, voire le travail forcé. Si ce constat est évident pour le travail du bureaucrate, cela vaut aussi pour le menuisier, le chauffeur, le paysan, l’ouvrier ou le marchand ambulant qui doivent, à un moment ou l’autre, remplir des formulaires, facturer de reçus, déclarer des dépenses, établir des listes etc. Outre les services publics, les grandes entreprises, les organisations non-gouvernementales, chaque école, église, magasin, association, ou groupement se dotent désormais de son équipement technique pour assurer son fonctionnement quotidien. Face à l’omniprésence de la bureaucratisation, Béatrice Hibou remarque à juste titre que nous sommes tous des bureaucrates. Notre équipement peut être une simple ramette de papiers, un bloc de factures, un formulaire, un cachet, un classeur ou un étager, ou bien encore des logiciels de logistique ou de scanners d’empreintes biométriques. De telles technologies bureaucratiques ont un impact sur les pratiques de travail, aussi dans les sphères économiques, politiques, sociales et religieuses. Ces pratiques sont souvent marquées par un imaginaire de l’efficacité, de la rationalisation et de la mise en place de procédures – parfois purement esthétiques, parfois suivant des logiques d’efficacité ou néolibérales. Cet imaginaire renvoie à des normes sociales du travail qui s’inspirent, parfois, par des conceptions locales du ‘travail’, ou bien aussi, par une conception du « bon citoyen ». Ces imaginaires bureaucratiques du travail dépendent directement de pratiques matérielles, c’est-à-dire de la manipulation et de l’usage d’artefacts et d’assemblages technologiques, qui déterminent ce qui est perçu comme le « vrai » travail bureaucratique et le « véritable » bureaucrate. Ainsi, ces technologies de la bureaucratie influencent nos façons de penser, nos façons de structurer notre organisation sociale, voire même la mise en scène de l’administration et de la gestion publique.

Pour notre université d’été nous invitons des doctorant(e)s en histoire, en  anthropologie, en sciences politiques, en sociologie ou dans des disciplines apparentées à questionner leurs matériaux de recherche selon la vie quotidienne des technologies bureaucratiques. Ces technologies sont comprises tant comme des artefacts isolés que comme des assemblages technologiques encastrés dans des pratiques sociales et culturelles. De quelles manières se reconfigurent alors les imaginaires de la bureaucratie et du travail ? Comment conditionnent-elles et ordonnent-elles des processus de rationalisation bureaucratique ? Comment les technologies bureaucratiques génèrent, affectent, transforment et conditionnent différentes relations sociales ? Contribuent-elles au principe bureaucratique de la dépersonnalisation des rapports sociaux, et peut-être même participent d’une violence structurelle pour les acteurs ? De l’agrafe au logiciel, les technologies bureaucratiques ont un impact sur les façons dont les hommes se comportent vis-à-vis de l’Etat (citoyenneté), vis-à-vis d’organisations qu’ils représentent ou auxquelles ils appartiennent, ainsi que vis-à-vis d’autres personnes et même vis-à-vis d’eux-mêmes. Ces rapports génèrent soit un engagement/attachement, soit un détachement. À travers le prisme de la technologie, nous envisageons ainsi d’étudier les rôles praxéologiques, esthétiques, affectifs/émotionnels et/ou symboliques/imaginaires que les technologies bureaucratiques jouent dans la formation de relations humaines entre engagement/identification et détachement.

L’université d’été se focalise sur trois axes de recherches, étroitement liés les uns aux autres :

  1. Les espaces du travail bureaucratique. S’il s’agit notamment du building administratif, du bureau ou du guichet, l’espace du bureau peut être plus réduit, telle une case ou une cabane. Parfois, juste le cachet marque l’espace du bureau, tandis qu’un tas de document ramassé sous un lit représente l’archive. Les espaces du travail bureaucratique concernent aussi les trajets que prennent les documents bureaucratiques, en terme de circulation des documents ou par voie électronique (des espaces virtuels). Les espaces sont donc des espaces « réels » (entre quatre murs ou autour d’une table etc.), des espaces virtuels, et/ou des espaces produits par des pratiques sociales ou par des imaginaires.
  2. Les technologies bureaucratiques. Elles renvoient à un assemblage d’artefacts, d’outils de travail, qui viennent avec une matérialité particulier, et à un savoir-faire, une habilité, des procédures et des méthodes. De ce point de vue, la bureaucratie en tant que telle est déjà une technologie, une machine qui rend, selon Max Weber, l’organisation efficace et rationnelle. En même temps, la bureaucratie dépend des technologies qui déterminent ses pratiques, au niveau symbolique (cachet) comme organisationnel (classeur, logiciel, liste).
  3. Les imaginaires du travail bureaucratique. Ceux-ci relèvent de normes sociales et de concepts du « bon » bureaucrate, de « l’idéaltype » de la bureaucratie, mais aussi d’autres pratiques sociales et culturelles qui influencent, transforment et/ou mettent en question cet idéaltype. Les imaginaires bureaucratiques s’expriment souvent dans l’attrait pour les règles et la rationalisation, mais reflètent aussi les valeurs symboliques qu’on attache au papier, à un cachet ou à l’empreinte biométrique.

Chaque participant soumettra un papier de 10 à 15 pages (environ 30 000 signes avec espaces). Ces papiers circuleront en amont entre tous les participants afin d’enrichir les discussions. Lors de l’université d’été à Berlin, chaque participant aura 20 minutes pour résumer son travail. Chaque communication sera ensuite commentée par deux chercheurs ; ensuite le papier sera discuté en séance plénière.

L’Ecole d’été du programme de recherche « La bureaucratisation des sociétés africaines » de l’Institut historique allemand de Paris (IHA) et le Centre de recherche sur les politiques sociales des Dakar (CREPOS) en collaboration avec re:work de Humboldt-Universität zu Berlin et l’Institut des mondes africains de Paris (IMAF) et avec le soutien de l’Université franco-allemand et la Fondation Max Weber.

Partenaires :

Programme « La bureaucratisation des sociétés africaines »: Dr. Susann Baller

Institut historique allemand de Paris : Prof. Thomas Maissen

Centre de recherche sur les politiques sociales des Dakar (CREPOS) : Prof. Alfred Ndiaye

Re:work de Humboldt-Universität zu Berlin: Prof. Andreas Eckert

Institut des mondes africains de Paris (IMAF): Dr. Séverine Awenengo Dalberto

Comité scientifique : Susann Baller, Peter Lambertz et Martin Mourre

Lieu : Re:work (Centre de recherche international «Travail et parcours de vie dans une perspective historique globale»), Humboldt-Universität zu Berlin, adresse : Georgenstr. 23, 10117 Berlin

 

Programme

Lundi, 16 juillet 2018

14h00-15h00                   Introduction

Mots de bienvenus d’Andreas Eckert (U Humboldt Berlin et directeur de re:work) et du comité scientifique (Susann Baller, Peter Lambertz et Martin Mourre)

15h00-16h30                   Présentation 1 de Kamina Diallo : « Les imaginaires du travail bureaucratique des associations d’ex-combattants ivoiriennes »

16h30                                  Pause-café

17h00-18h30                   Présentation 2 d’Abasse Diop : « Travail précaire et technologies bureaucratiques : entre ajustement et rejet »

Mardi, 17 juillet 2018

09h00-10h30                   Table ronde I : Les espaces sociaux et politiques des technologies bureaucratiques

Chair : Martin Mourre; Intervenants : Florence Brisset-Foucault (IMAF, U Paris 1-Sorbonne), Ndiouga Benga (UCAD), Romain Tiquet (U Genève)

10h30                                  Pause-café

11h00-12h30                   Présentation 3 de Merlin Ottou : «‘Votre carte minière, s’il vous plaît !’ : une ethnographie des rapports entre les agents des brigades minières du Capam et les orpailleurs dans les sites miniers de Bétaré-Oya au Cameroun »

12h30                                  Déjeuner

14h00-15h30                   Présentation 4 d’Oscarine Mela : « Améliorer la gestion des ressources humaines de l’administration publique camerounaise à l’aide d’un logiciel : jeux autour du Sigipes »

15h30                                  Pause-café

16h00-17h30                   Présentation 5 de Modou Niang : « Contextualisation socio-historique des organisations paysannes au Sénégal »

17h45-19h15                   Table ronde II : Construction et gouvernance bureaucratiques de l’espace

Chair : Lamina Doumbia; Intervenants : Sabine Planel (IMAF), Georg Klute (U Bayreuth), Mahaman Tidjani Alou (U Niamey, LASDEL)

Mercredi, 18 juillet 2018

09h00-10h30                   Présentation 6 de Bintou Mbaye : « L’abolition de l’esclavage et ses aspects bureaucratiques à Saint-Louis et Gorée en 1848 »

10h30                                  pause-café

11h00-12h30                   Présentation 7 Lamine Doumbia : « La bureaucratisation de la pratique foncière: perspective des associations des déguerpis et des activistes à l‘exemple de Bamako et de Ouagadougou »

12h30-13h00                   Présentation de l’Université franco-allemande (UFA) : Kathleen Schlütter

13h00                                  déjeuner

14h00                                Témoignage de Paul Isewanga Inongo

15h30-17h00                   Archives de la Stasi (Archiv des Bundesbeauftragten für Stasiunterlagen)

19h00                                  Diner

Jeudi, 19 juillet 2018 

09h00-10h30                   Table ronde III: Le travail du bureaucrate

Chair : Amadou Dramé; Intervenants : Anaïs Wion (IMAF), Catarina Madeira-Santos (EHESS), Andreas Eckert (re :work/ U Humboldt Berlin)

10h30                                  Pause-café

11h00-12h30                   Présentation 8 de Peter Lambertz : « The Vernacular Bureaucracy of Taxi Logistics at the Airport of Dakar »

12h30                                  Déjeuner

14h00-15h30                   Présentation 9 de Kelma Manatouma : « Identification et historicité de la papierisation des identités au Tchad »

15h30                                  Pause-café

16h00-17h30                   Présentation 10 d’Amadou Dramé : « ‘Broussard’ mais aussi bureaucrate : Réflexion sur la posture Commandant de cercle dans la politique musulmane d’identification et de la surveillance des marabouts en AOF (1906-1946) »

Vendredi, 20 juillet 2018

09h00-10h30                   Table-ronde IV : L’uniforme comme technologie bureaucratique

Chair : Peter Lambertz; Intervenants : Joël Glasman (U Bayreuth), Mirco Göpfert (U Konstanz)

10h30                                  Pause-café

11h00-12h30                   Présentation 11 de Martin Mourre : « Le travail bureaucratique de la justice militaire coloniale : le procès des tirailleurs de Thiaroye, 1944-1945 »

12h30                                  déjeuner

14h00-15h30                   Présentation 12 de Johara Berriane : « Les papiers de la foi. Production et usages des documents d’identité évangéliques dans les mobilités africaines (Maroc et Sénégal) »

15h30                                 Pause-café

16h00-17h30                   Présentation 13 de Cecilia Passanti : « Quand les technologies rentrent en politique. Sur le rôle des technologies électorales dans le façonnement des Etats africains »

17h30-18h00                   Conclusion

Commentaires :

  Date Chair Présentation de 20 minutes Commentaire 1 Commentaire 2
1 16/07 Susann Baller Kamina Diallo Florence Brisset-Foucault Daniel Tödt
2 16/07 Peter Lambertz Abasse Diop Baz Lecocq Lamine Doumbia
3 17/07 Martin Mourre Merlin Ottou Alfred Ndiaye Johara Berriane
4 17/07 Lamine Doumbia Oscarine Mela Susann Baller Kelma Manatouma
5 17/07 Susann Baller Modou Niang Georg Klute Amadou Dramé
6 18/07 Ndiouga Benga Bintou Mbaye Catarina Madeira-Santos Martin Mourre
7 18/07 Thomas Maissen Lamine Doumbia Sabine Planel Oscarine Mela
8 19/07 Andreas Eckert Peter Lambertz Ndiouga Benga Abasse Diop
9 19/07 Ndiouga Benga Kelma Manatouma Mahaman Tidjani Alou Cecilia Passanti
10 19/07 Martin Mourre Amadou Dramé Andreas Eckert Romain Tiquet
11 20/07 Amadou Dramé Martin Mourre Joël Glasman Anaïs Wion
12 20/07 Peter Lambertz Johara Berriane Mirco Göpfert Susann Baller
13 20/07 Johara Berriane Cecilia Passanti Romain Tiquet Kamina Diallo

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.