La bureaucratisation de l’identité au Tchad. Que nous dit la carte d’identité nationale de 1961 ?

Aujourd’hui, les papiers d’identité font tellement partie de notre quotidien qu’on ne pense que rarement à nous pencher sur ces derniers comme objet heuristique. Qu’il s’agisse de l’extrait d’état civil, de la carte d’identité, du passeport, du livret de famille, de la carte de client ou de fidélité, ces « pièces d’identité » sont nos compagnons quotidiens qui parfois nous défendent, parfois nous discriminent, et justifient notre identité civile et sociale auprès d’administrations publiques ou privées. Je vais tenter dans ce qui suit de saisir le papier d’identité comme objet et support de cette identité civile, en prenant pour exemple la carte d’identité tchadienne – principal objet de mes recherches doctorales. Je propose de m’arrêter ici sur la carte instaurée en 1961 à la suite de l’indépendance du Tchad. J’ai pu en examiner quelques exemplaires lors de mon premier terrain de recherche à Ndjamena et à Goré entre juillet et septembre 2016 et je me base principalement sur un duplicata de carte sur le modèle de 1961 délivré dans un centre d’identification judiciaire en 1978 pour une ménagère que j’appelle ici sous un pseudonyme, Marie Baldji.

A première vue, à l’indépendance du Tchad, la nouvelle politique d’encartement de l’Etat tchadien semble marquer une rupture, du moins dans la vision politique des nouvelles autorités, avec celle de l’administration coloniale, notamment avec la suppression de la mention « coutume » qui – selon le décret de 1961 – était indiquée sur la carte d’identité et faisait ainsi référence au groupe socioculturel d’appartenance et au régime de l’indigénat de son porteur. La nouvelle carte paraît donc correspondre à une nouvelle représentation de l’individu tchadien pour l’Etat : les origines ethniques n’entrent plus en ligne de compte dans la définition du citoyen de l’État-nation tchadien.

La genèse de la carte d’identité tchadienne

Déjà pendant l’époque coloniale, une première tentative d’encartement des individus a eu lieu sur le territoire du Tchad actuel. En effet, dans les années 1930, l’administration coloniale a introduit des certificats de sorties dans le but de contrôler les mobilités des populations autochtones qui, à cette période, étaient sous la férule du code de l’indigénat. En 1949, un décret est pris par les autorités françaises instituant une carte d’identité dans les colonies (AEF et AOF). Il faut attendre 1950 pour qu’un arrêté d’application institue une carte d’identité de l’Afrique Equatoriale Française dont le Tchad fait partie. Cette carte est dotée d’une photo d’identité et d’une empreinte digitale du porteur. Peu de recherches ont été réalisées sur cette carte, il est par conséquent difficile d’établir le degré de sa diffusion. Avec l’accession à l’indépendance en 1961, l’État tchadien institue officiellement la carte d’identité sur tout son territoire. On peut faire l’hypothèse que cette nouvelle carte, si elle semble suivre le processus d’encartement (re)lancé en 1949 par les autorités coloniales, revêt une signification différente suite à l’indépendance du pays. L’article 2 du décret présidentiel signé conjointement par le président François Tombalbaye et le ministre de l’Intérieur Abo Nassour, le 5 octobre 1961, stipulait ainsi que toute personne âgée de 15 ans et plus devait détenir une telle carte.1

Exploration d’un modèle de la première carte d’identité tchadienne

La carte d’identité tchadienne de 1961 comporte différents types d’informations sur lesquelles il faudrait se pencher. Sur le recto de la carte, on trouve la mention « République du Tchad » avec la devise nationale, « unité, travail, progrès » ainsi que le numéro de la carte et le nom de l’imprimeur. Le verso de la carte contient les informations d’état civil du porteur qui sont son nom et son prénom mais aussi le nom de son père et de sa mère, sa date et son lieu de naissance ainsi que son domicile et sa profession. On constate qu’il est indiqué que Marie Baldji, propriétaire de cette carte, est née « vers 1949 » ce qui peut signifier que Marie Baldji avait obtenu son extrait d’acte de naissance sur la base de témoignages, une pratique qui aujourd’hui encore est très courante dans les centres d’état civil au Tchad. Il faut rappeler que la question d’enregistrement des naissances se pose avec acuité au Tchad. Dans le milieu rural et urbain, le taux de déclaration à la naissance reste en effet très limité et oscillerait entre 12% et 13% avec un taux de 36% dans les milieux urbains et de 6% dans les zones rurales.2 Aujourd’hui, avec l’encartement biométrique, tous ceux qui sont « nés vers » se retrouvent automatiquement attribuer comme date de naissance la date du premier janvier de l’année indiquée sur leur état civile. Ainsi, sur la carte biométrique actuelle de Marie Baldji on trouvera indiqué qu’elle est née le 01 janvier 1949.

Voici ce que me disait un agent du centre d’identification de Ndjamena à ce propos : « Le système est programmé selon les traditions occidentales d’enregistrement des naissances avec le nom, le prénom, la date et le lieu de naissance. Ce qui n’est pas de notre tradition au Tchad. Aujourd’hui, on donne des dates à des gens alors qu’ils ne sont pas nés exactement à cette date ».3 Les techniques d’identification informatisées tranchent de ce fait avec les anciennes pratiques d’encartement, qui produisaient des documents manuscrits ou dactylographiés et permettaient à travers cette pratique une plus grande précision des données.

Preuve de la personnalité « réelle » : photos et empreinte digitale de l’index gauche

Une photo en noir et blanc est rivetée à la carte et représente une preuve de la personnalité « réelle » de son porteur. L’autre preuve « scientifique » de l’identité réelle du porteur est l’empreinte digitale de l’index gauche. Cette pratique d’identification anthropométrique avait été instaurée avec l’introduction du livret d’identité dans les années 1930 par l’administration coloniale. Au-delà d’une logique technique et scientifique prônée par les autorités politiques, les empreintes digitales reflètent la dimension policière de la politique d’identification et de l’encartement du citoyen tchadien. En effet, elles permettent de singulariser et de classifier les individus en fonction de leurs caractéristiques biométriques, ce qui constitue une base importante dans le cadre des enquêtes judiciaires, comme me l’explique un technicien du service d’identification de Ndjamena. Ces types d’enquêtes policières semblent être facilités par le fichier central qui regroupe toute la base de données des personnes enregistrées. Sur cette carte, on lit par ailleurs aussi une formule dactyloscopique, c’est-à-dire les procédés d’identification par les empreintes digitales à travers lesquels chaque identifié est classé en fonction de chiffres pairs ou impairs. Le lieu et la date de délivrance, le timbre de 600 FCFA, le domicile et la signature de l’administration, cette dernière étant matérialisée par celle du chef du bureau central d’identification, sont toutes des informations qu’on retrouve aussi sur la carte.

Ainsi, un premier regard sur cette carte d’identité tchadienne de la période post-indépendance montre bien que la pratique de l’identification des individus permet d’interroger les nouvelles pratiques d’identification bureaucratisée qui résultent de l’écrit ou de la « raison graphique».((Jack Goody, Pouvoir et savoir de l’écrit, Paris, la Dispute, 2007, p. 269 )), notion chère à l’anthropologue Jack Goody. Par ailleurs, l’indication du lieu de résidence sur la carte suggère que le citoyen tchadien est avant tout perçu comme un individu sédentaire. Ceci constitue une perspective importante dans le contexte tchadien où on sait qu’il existe une part importante de population nomade.

Toutes les informations personnelles transcrites sur le support qu’est le papier d’identité soulèvent ainsi des interrogations importantes. Pour le moment, je me limite à un seul élément : En effet, cet objet permet de m’interroger sur les institutions étatiques, avec leurs pratiques administratives de mise en papier des identités, c’est à dire de saisir l’Etat tchadien dans sa politique et ses pratiques de « papierisation » de la population. Ceci m’engage dans une approche qui analyse les institutions de mise en papier des identités à partir des pratiques quotidiennes d’identification des individus par l’Etat. Cette approche sociohistorique envisage de comprendre l’action de l’Etat à travers ses dynamiques et ses complexités et considère la carte d’identité comme un objet juridique, administratif et politique. Car comme nous le rappelle Michel Offerlé, l’analyse sociohistorique de la carte d’identité permet d’interroger l’Etat dans ses services, non pas par le reflexe théorique, mais dans les actes les plus quotidiens de l’Etat en action et de l’action de l’Etat4.

___

Image : Carte d’identité nationale tchadienne anonymisée (1978), photo Kelma Manatouma, CC-BY-SA 4.0.

  1. Journal officiel (décembre 1961), Décret n°174/INT-SUR-IDT. Du 5 octobre 1961 créant la carte nationale d’identité (Recueil des textes juridiques du CEFOD-Tchad). []
  2. Résultat d’enquête à indicateurs multiples, MICS, 2014-2016. []
  3. Entretien avec agent d’identification au centre de Ndjamena (Juillet 2016). []
  4. Michel Offerlé, « L’électeur et ses papiers. Enquêtes  sur les cartes et les listes électorales (1848-1939)», Paris, Genèses 13, Automne. 1993, p. 29-30. []

Kelma Manatouma

Kelma Manatouma est doctorant en Science politique à Paris Nanterre et membre du programme IHA/CREPOS à Dakar. Il travaille sur les politiques et les pratiques des papiers d'identités au Tchad.

More Posts

Kelma Manatouma

Kelma Manatouma est doctorant en Science politique à Paris Nanterre et membre du programme IHA/CREPOS à Dakar. Il travaille sur les politiques et les pratiques des papiers d'identités au Tchad.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *