Quand l’Etat certifie l’appartenance religieuse : retour sur la conversion à l’Islam au Maroc

« S’est présentée aujourd’hui devant deux témoins, que Dieu les garde, Mme H., U. E., fille de monsieur G., fils de monsieur M., de nationalité allemande, de religion chrétienne, demeurant à l’ensemble A.W., immeuble 16, appartement 9, dans le quartier H.S. à Salé, née le 3.6.1947, tel qu’indiqué dans son passeport numéro 1625464 qui lui avait été délivré par le consulat d’Allemagne de l’Ouest à Rabat le 2.4.1981. Elle nous a pris pour témoins qu’elle a abandonné la religion chrétienne (des Nazaréens) pour la religion de l’Islam car elle sait qu’Allah n’accepte que cette religion qui a remplacé toutes les autres. Elle a reconnu qu’il n’y a de dieux qu’Allah, et qu’il est unique et que Mohamed est son sujet et son prophète et que la religion chez Allah est l’Islam et que le Messie Issa (Jésus), fils de Marie est le sujet et le prophète d’Allah. Elle s’engage à observer les règles de l’Islam qui sont la pratique de la prière, l’aumône (zakat), jeûner pendant le mois du Ramadan et faire le pèlerinage auprès de la maison de Dieu si elle en a les moyens et de se laver de la souillure et du sang menstruel. Elle a accepté ces règles de façon volontaire et sans contrainte ni pression. Elle a choisi pour elle parmi les prénoms le prénom Samia ».

Les lignes ci-dessus sont la traduction en français de la première partie de « l’acte adoulaire » ou acte notarié, rédigé en arabe et délivré à Rabat en 1983 pour attester de la conversion à l’Islam d’une citoyenne allemande résidant au Maroc. L’existence de ce document indique comment dans certains contextes, la profession de foi n’est pas uniquement de l’ordre de la vie privée mais se traduit aussi en une pratique bureaucratique productrice de papiers d’identité. Cette bureaucratisation de la profession de foi est due au fait qu’au Maroc, l’identité confessionnelle d’un individu peut avoir des conséquences sur son statut personnel et son accès à certains droits et devoirs. Alors qu’en règle générale, l’appartenance à la communauté musulmane n’est pas certifiée par un document, pour les personnes originaires de cultures non musulmanes, l’identité musulmane et la profession de la foi doit être attestée par écrit par une autorité qui au Maroc est constituée par les ‘adoul. Ainsi, un acte de conversion fondé sur l’oralité se formalise par l’écrit et se traduit sous forme de papiers.

Les ‘adoul – terme qui signifie littéralement les « justes » – sont des témoins publics qui au Maroc font office d’assistants judiciaires, greffiers et qui sont chargés de consigner les déclarations et les jugements. Contrairement aux notaires, ils sont chargés de certains actes (de succession, mariage, propriété) en lien avec le droit musulman.

Dans l’extrait traduit plus haut et dont certains extraits sont représentés ici, sont indiqués le nom, le domicile, la date de naissance, le statut matrimonial et la profession de la personne ayant fait office d’interprète, ainsi que l’heure (7h du soir) et la date auxquelles la profession de foi avait été prononcée (à la fois selon le calendrier de l’hégire et le calendrier grégorien). S’ensuivent les noms des deux ‘adoul recrutés pour le témoignage, leur signatures respectives, puis le tampon et la signature d’un juge chargé de la documentation et des affaires des mineurs du tribunal de la Charia de la ville de Rabat qui se charge des domaines relevant au Maroc de la loi islamique et auprès duquel cette attestation a été enregistrée. Sur la marge à droite du corps du texte, on note que le document a été enregistré le 25/10/1983 dans le cahier/registre 1 nommé « Divers » sous le numéro 897. Le document dispose également d’un numéro d’archivage, 71/2, inscrit en tête de page et d’une photographie de la personne dont il est question, photographie tamponnée pour garantir son authenticité.

Nous avons ici un document qui atteste de la conversion à l’Islam d’une personne identifiée à travers son passeport, sa photographie et des données relevant de son état civil. Cette conversion qui, comme d’usage en Islam, se limite à la déclaration de la profession de foi « la shahada » par la personne concernée, ne devient valide pour l’Etat marocain que lorsqu’elle est mise sur papier par ces témoins publics, selon des règles et procédures standardisées. Ce document produit suite à cette profession de foi devant témoins peut avoir lieu dans différents endroits. Le plus souvent les ‘adoul sont conviés à la maison du converti, d’un parent ou d’un ami. Parfois, cet acte peut aussi se dérouler dans le bureau du témoin public. Le texte rédigé se base souvent sur un modèle prédéfini avec un souci de précision.  Bien que certains ‘adoul écrivent aujourd’hui encore leur attestation à la main comme ici, faisant usage d’une calligraphie particulière qui n’est pas toujours facile à lire, l’usage de l’ordinateur est devenu de plus en plus courant.

Etant donné que l’Islam joua un rôle primordial dans la construction de l’État-nation marocain et qu’aujourd’hui encore, un rapport étroit existe entre l’identité nationale marocaine et l’Islam, l’accès à certains droits du statut personnel au Maroc – tels que le mariage avec une Marocaine, la garde des enfants issus d’un mariage avec un Marocain ou les droits d’héritage – est conditionné par l’appartenance à la communauté musulmane.  Ce document est ainsi non seulement produit par l’Etat que représentent ici les ‘adoul mais aussi pour acquérir un autre statut vis-à-vis de cet Etat.

Il faut par ailleurs noter que les citoyens marocains quant à eux n’ont pas besoin  de documents prouvant leur appartenance confessionnelle. Contrairement au christianisme où l’intégration dans la communauté des croyants se traduit par un rite de passage tel que le baptême, en Islam, l’identité musulmane s’hérite – l’Islam serait même la religion originelle[1]. Ainsi, tous les Marocains sont officiellement considérés comme des musulmans, à l’exception d’une petite minorité juive soumise aux règles du statut personnel hébraïque marocain. Ceci justifierait aussi les références à la Loi islamique dans le code de la famille. Si les citoyens marocains ne peuvent que difficilement contester leur identité musulmane, la nécessité d’une preuve écrite de la confession d’un étranger sous-entend également un rapport étroit entre l’identité culturelle ou nationale d’une personne et sa conscience religieuse. L’acte islamique ne devient en effet nécessaire que lorsque l’identité musulmane d’une étrangère, d’une personne venue d’ailleurs est contestée.

En même temps, l’existence même de cette pratique bureaucratique d’attestation de la foi religieuse d’un individu soulève certains questionnements relatifs à l’autorité attribuée au document écrit. Etant donné que seules certaines personnes – ici les ‘adoul – ont l’autorité et les compétences nécessaires pour attester devant la loi de la conscience religieuse d’un individu, que nous dit cela sur le rapport entre la conviction religieuse intime et le statut social et politique de l’individu? Et dans quelles mesures, la mise en papier de l’identité religieuse contribuerait-elle aussi à la constitution du sujet en figeant et stabilisant la conscience religieuse de ce dernier ? De futures recherches pourront peut-être nous éclairer d’avantage sur ce sujet…

 

 

[1] Selon la tradition prophétique (hadith), l’Islam représente la religion originelle à laquelle appartiennent tous les humains à leur naissance car ces derniers naissent avec des dispositions naturelles leur permettant de reconnaître Allah.  Ce message originel peut être altéré par la suite lorsque l’individu décide de choisir une voie autre que l’Islam.  Quand un individu choisit par la suite de revenir à l’Islam, il ne s’agit donc pas d’une conversion mais d’une « re-conversion » vers la voie originelle.  C’est pour cette raison aussi que l’appartenance à la communautémusulmane ne doit être certifiée que  dans des cas de « re-conversion ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *