L’affranchissement d’une « captive de case » à Saint-Louis (Sénégal, 1834)

Par : Bintou Mbaye Dieng  (UCAD–IHA /CREPOS)

Certificat d’affranchissement définitif de la nommée Caroline Faye par le sieur Dumontier, le 1er décembre 1834, acte n° 160. Source : A.N.S., sous –série K6, « actes d’affranchissement 1834 –1841 ».

 

Transcription

Est comparu le sieur Louis René Dumontier, chirurgien de la Marine domicilié en cette Isle [Saint-Louis], lequel nous a déclaré affranchir de toute servitude et à compter de ce jour la nommée Caroline, sa captive, née à Saint-Louis, âgée d’environ dix-sept ans. Pour que la dite Caroline jouisse également, à compter de ce jour, de sa pleine et entière liberté, le dit sieur Dumontier renonce au profit de la dite Caroline à tous droits de patronage et –autres quelconques.

Dont acte fait et passé au bureau de l’Etat-civil de l’Isle Saint-Louis du Sénégal, le 1er décembre 1834 en présence des sieurs Julien Yanyan et Monstey Charbonié, tous deux propriétaires domiciliés à Saint-Louis, témoins qui ont signé le présent acte avec le dit sieur Dumontier et avec nous officier d’Etat-civil. (Signatures du maître, des témoins et de l’officier d’Etat –civil).

Au XVIIIe siècle, l’esclavage domestique constituait une institution sociale partagée à Saint-Louis. Posséder des esclaves y était donc, selon la logique en cours, vu comme un signe de richesse et de distinction. La captivité à usage domestique renvoyait à une réalité sociale omniprésente. Celle-ci était présente jusque dans le système d’habitation ou d’occupation, comme en rend compte cette citation extraite d’une chronique saint-louisienne : « Dans des cases au fond de la cour, habitent nos captifs de case qui sont au nombre de quarante-huit, dont dix-sept hommes, douze femmes, trois garçons en bas âge, seize filles de moins de quinze ans… »[1]. Ces captifs de case ou esclaves domestiques formaient plus des deux tiers de la société. Ils constituaient le poumon économique de Saint-Louis. Ils logeaient au rez-de-chaussée de la maison de leurs maîtres. Au miroir de la multitude de travaux qu’ils exécutaient, ils demeuraient leur principale source de richesse. Outre les tâches effectuées pour le compte personnel du maître, ils pouvaient aussi faire objet d’une location à six livres par mois auprès d’une compagnie privée, une pratique courante à l’occasion de la « Grande Traite » vers Galam sur l’actuel confluent de la Falémé avec le fleuve Sénégal, qui à cette époque était vu comme le « lieu des bonnes affaires » où se pratiquaient d’intenses activités de traite pendant la période de crue[2].

Comme le montre la source transcrite ci-haut, le statut servile des esclaves domestiques, voire des « captifs de case », n’était pas figé durant toute leur vie. Ils pouvaient être affranchis selon des conditions bien définies. Les cas d’affranchissement existaient bien avant l’abolition de l’esclavage qui intervient en 1848 dans les colonies françaises. L’affranchissement était souvent matérialisé par un papier administratif appelé patente de liberté et plus connu sous l’appellation de certificat d’affranchissement. Celui de Caroline en est un bon exemple, cette jeune captive affranchie par son maître le sieur Dumontier devant l’officier d’Etat-civil Camille Eugène Olivier et les témoins Julien Yanyan et Monstey Charbonié.

Tous les actes d’affranchissement s’effectuaient en présence d’un officier chargé de l’Etat-civil qui utilisait un formulaire type pour mettre sur papier et enregistrer le moment de la mise en liberté. L’officier y mentionne le nom de l’esclave libéré, son sexe, son âge approximatif, son origine (parfois), le prénom et le nom, la fonction et l’origine du maître, la date et les conditions d’affranchissement ainsi que le prix de l’affranchissement. Son double était transmis à la Direction des Colonies à Paris. Ces certificats d’affranchissement sont aujourd’hui conservés dans la sous-série K 6 des archives nationales du Sénégal.

Pour le cas de Caroline, les conditions d’affranchissement ne sont pas précisées dans ce document. Ceci est un indicateur que l’affranchissement de Caroline s’est effectué gratuitement. En plus, il est peu probable qu’une jeune dame âgée de dix-sept ans aurait pu être en mesure d’accumuler le pécule nécessaire pour se « racheter ». Ce qui me pousse à constater que l’affranchissement pouvait s’effectuer par différents procédés. Soit il était octroyé par le maître, comme dans le cas de Caroline, soit il était effectué par rachat si, bien sûr, le captif en était capable financièrement, ou soit encore par le sang. Ce dernier type d’affranchissement libère la captive qui se marie à son maître ou qui donne naissance à un enfant naturel suite à des relations sexuelles avec un homme de statut libre.

La rédaction du certificat d’affranchissement intervient dans un contexte nourri par des pratiques esclavagistes. Les maîtres conservaient ce papier souvent comme une preuve retraçant leur possession privée. Aux yeux du captif affranchi, ce document constituait une preuve matérielle de sa mise en liberté quel que soient les conditions. L’autorité coloniale y voyait un procédé bureaucratique qui témoignait de l’acte d’affranchissement d’une personne qui était sous les liens de la servitude. La numérisation de l’acte « n° 160 », sa mise en papier signé ainsi que les démarches pour son obtention au bureau de l’Etat-civil le démontrent. Seul cet acte rendait légitime l’affranchissement du captif au regard de la société saint-louisienne de l’époque et de l’administration coloniale. La mise en place de cette procédure a été imposée par le souci de vouloir identifier les acteurs esclavagistes d’une part et de vouloir mettre en place une bureaucratie des pratiques serviles d’autre part.

L’acte d’affranchissement ne présente que peu d’informations sur la jeune captive Caroline Faye et sur son ancien maître Louis René Dumontier. Le prénom Caroline me pousse à poser l’hypothèse selon laquelle la captive aurait été baptisée chrétienne et serait d’ethnie sérère de par son patronyme Faye. Louis René, son maître, serait l’un des Européens présents sur l’île de Saint-Louis dans le contexte de la traite négrière, ou bien un métis issu d’un père européen et d’une mère d’origine saint-louisienne si l’on sait bien qu’à cette époque les mariages mixtes étaient très fréquents et considérés comme étant « à la mode du pays », pour reprendre les termes des registres paroissiaux de l’époque.

A la question de savoir comment ce certificat d’affranchissement est conservé et perçu aujourd’hui après plusieurs générations au sein des familles d’anciens esclaves et propriétaires, je me suis rendue compte que ce document continue d’avoir une influence sur la construction des identités sociales au Sénégal. A ce stade de mes recherches, je n’ai vu aucun descendant d’un ancien captif montrer la patente de liberté de ses aïeux. Par contre, le document est bien conservé dans certaines familles d’anciens propriétaires. Au cours de mes recherches de terrain, certaines personnes issues de la sphère des anciens propriétaires l’exhibent avec fierté pour montrer que leurs ancêtres faisaient partie des maîtres de captifs de case du fait que la pratique était très courante. D’autres n’ont pas voulu en parler simplement parce que, d’après l’un d’eux, moi aussi, bien que chercheur, « j’appartiens à la même société que ces captifs et même s’ils ne sont plus vivants, leurs descendants directs sont dans le pays.» Donner certaines informations pourrait «remuer le couteau dans la plaie» ou créer des frustrations ou encore porrait me servir d’arme déstabilisatrice dans l’avenir du fait qu’ils ignorent mes aspirations ». [3]

[1] Sylvain Sankallé, A la mode du pays. Chroniques saint-louisiennes, Paris, Riveneuve Editions, 2008, p. 91.

[2]Antoine Edme Pruneau de Pommegorge, Description de la nigritie, Amsterdam et Paris, Maradan Librairie, 1789, pp. 3-4 ; Saugnier, Relations de plusieurs voyages à la côte d’Afrique, à Maroc, au Sénégal, à Gorée, à Galam, Paris, Roux et Compagnie, 1791, p. 182.

[3] Par respect à l’engagement que j’avais tenu auprès de mes enquêtés, je ne peux pas dévoiler leur identité des dans ce billet. Je note juste que les entretiens ont été faits les 10 et 21 avril, le 7 mai 2017 à Dakar.

 

Foto: Bintou Mbaye Dieng – CC-BY-SA

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *