Université franco-allemande : Bureaucratisation et construction des identités dans le contexte colonial et post-colonial, 3-7 juillet 2017

Programme de l’université d’été

Les pratiques bureaucratiques sont omniprésentes dans notre vie quotidienne. Par bureaucratie, nous entendons une forme de domination (Herrschaft) dans toute sorte de communautés caractérisée par une professionnalisation, des hiérarchies et des normes rationalisées. Souvent liées à l’État, les pratiques bureaucratiques vont bien au-delà de la sphère publique. De l’enregistrement de l’acte de naissance à la déclaration d’impôts, de la carte de membre du club du football à la participation aux élections, de l’appartenance associative à la location d’une habitation, de l’emprunt dans une banque à l’acceptation dans un centre de soin, nos vies sont rythmées et structurées par ces pratiques aussi bien dans les domaines privé et professionnel que politique. Celles-ci ne sont pas uniquement imposées « d’en haut » mais aussi inventées, contestées et reformulées par « le bas » au quotidien. Durant les dernières décades, les pratiques bureaucratiques s’amplifient avec la mondialisation, les entreprises multinationales et la mise en œuvre de normes néolibérales de gouvernance. Le recours massif à la statistique confirme l’adhésion à l’univers bureaucratique en inscrivant l’usage des chiffres au cœur des rapports de pouvoir au sein des administrations, des entreprises, des associations et même dans la politique. En outre, nombre de conflits actuels sont en partie liés à des pratiques bureaucratiques. Ceci concerne aussi bien les États dans leur ambition de contrôler les personnes et les territoires que parmi les protagonistes des guerres civiles, les pirates, les passeurs de migrants, ou le monde du travail. L’importance croissante donnée aux indicateurs chiffrés, à l’étalonnage, aux techniques de reporting, aux évaluations quantifiées ou aux multiples procédures de normalisation, de traçabilité ou de certification créent des tensions.

La bureaucratie est une forme d’organisation des sociétés. Elle conquiert le monde depuis plus que cinq-cents ans. Ce qui apparaît comme une histoire victorieuse, a eu différentes origines, et a été faite aussi de résistances, de transformations et de réinterprétations qui ont contribué, différemment selon les conditions locales, à réadapter les pratiques bureaucratiques. Ceci est particulièrement évident dans le rôle crucial des pratiques bureaucratiques dans la production et les représentations des identités par des processus d’identification. L’Afrique et d’autres régions du monde (post-)colonial n’ont pas échappé à ce processus. Délimitation des territoires coloniaux, fédéraux ou nationaux, enregistrement des habitants et livraison des cartes d’identité, des passeports et autres laissez-passer, enquêtes statistiques sur les conditions sociales, économiques, ethniques, d’âge, définition des conditions d’appartenance aux associations de village ou aux tontines, montée en puissance de la quantification avec les ajustements structurels et les programmes d’inclusion et de lutte contre la pauvreté… les formes d’organisation sociale vont de pair avec des pratiques bureaucratiques qui peuvent elles-mêmes créer et/ou renforcer la construction des identités et des identifications. Souvent considérées comme expressions culturelles, sociales ou politiques, elles sont aussi inscrites dans les textes, les règlements, les listes des critères, des catégorisations. Ainsi, l’examen des contextes coloniaux et post-coloniaux offre un vaste terrain pour l’étude des interdépendances entre bureaucratisation et construction des identités. Qui sommes « nous » et qui sont les « autres » ? Ces questions aussi anciennes que politiquement brûlantes aujourd’hui ne peuvent être abordées qu’en considérant l’insertion de ces pratiques bureaucratiques dans la vie en société et la signification que ces dernières prennent dans des contextes différents.

L’université d’été franco-allemande entend explorer ces questions dans des perspectives interdisciplinaires, trans-périodiques et transnationales. Cette manifestation trilatérale – allemande, française et sénégalaise – vise à mettre en place un meilleur échange entre les études africaines menées en Europe, en Afrique et ailleurs. L’université d’été combine la lecture de textes théoriques, des présentations ciblées sur certaines problématiques et des études de cas ainsi que des débats. Le but est d’établir une base solide de réflexion et de recherche qui peut encourager des nouvelles perspectives ainsi que des résultats solides et novateurs.

L’université d’été est organisée par le programme de recherche transnational « La bureaucratisation des sociétés africaines » et ses partenaires. Elle est cofinancée par l’Université Franco-Allemande, en collaboration avec l’Institut historique allemand de Paris (IHA), le Centre de recherches internationales (CERI) de SciencesPo Paris et le Centre de Recherche sur les Politiques sociales (CREPOS) de Dakar/Saint Louis (Sénégal). Le comité d’organisation comprend Niels May, Susann Baller et Séverine Awenengo Dalberto.

Programme:

3 juillet 2017

14.00–15.30 : Bienvenue, Introduction, Présentations des participants

16.00–17.30 : Keynote : The Body of Bureaucracy: Police Procedure and Corporate Customer Service in India, Matthew S. Hull (Ann Arbor, MI)

4 juillet 2017

9.00–10.30 : Aborder la bureaucratie par les mots ou par les chiffes, Simona Cerutti (Paris) et Boris Samuel (Rabat/Paris)

11.00–12.15 : Séance 1 des groupes de travail

13.45–15.15 : Que faire des conceptualisations historiquement situées de la bureaucratie ?, Peter Becker (Wien) et Béatrice Hibou (Paris)

15.45-18.00 : Séance 2 des groupes de travail

5 juillet 2017

9.00–10.30: La Bureaucratisation aux époques médiévales et modernes, Istvàn Kristo-Nagy (Exeter) et Birgit Emich (Erlangen)

11.00–12.15 : Séance 3 des groupes de travail

14.00–17.30 : Archives nationales: les Fonds Jacques Foccart

6 juillet 2017

9.00–10.30 : Construction historique : regards croisés entre archives et terrains, Ursula Rao (Leipzig) et Carolyn Hamilton (Ville de Cap)

11.00–12.15 : Séance 4 des groupes de travail

13.45–15.15 : La bureaucratisation à la croisée des disciplines du contemporain, Nayanika Mathur (Cambridge) et Elísio Macamo (Bâle)

15.45–19.00 : Séance 5 des groupes de travail

7 juillet 2017

9.00–12.30 : Présentations des résultats des groupes et discussion finale

Participants :

Groupe 1

Diallo, Alimou : Gouverner l’« extranéité » en contexte colonial et post colonial au Maroc. Une approche sociohistorique des pratiques identificatoires de « l’Autre »

Lambertz, Peter : Entre numéro et nom : bureaucraties quotidiennes parmi les taximen de l’aéroport de Dakar

Bajpai, Anandita : Virtual bureaucracies and the bio-metric taxi driver in Indian cities

Omgba, Dimitri : La carte de baptême : une sociologie de la bureaucratisation du religieux

Berriane, Johara : Bureaucratisation du « croire » et encartement des identités chrétiennes à Rabat et Dakar

Manatouma, Kelma : Pratiques bureaucratiques d’encartement des individus dans les services d’identité civile de Ndjamena et Moundou

Groupe 2

Diallo, Kamina : La cité bureaucratique post-conflit en Côte d’Ivoire. Analyse de la bureaucratisation par le haut et par le bas de la société ivoirienne sous l’effet des politiques de “Désarmement, Démobilisation et Réinsertion” des combattants

Doumbia, Lamine : Le foncier urbain et la bureaucratisation – Cas de Bamako/ Mali

Sanogo, Aïdas : Urban land governance in Bouaké, Côte d’Ivoire

Lorion, Sébastien : Bureaucratising human rights: Programmatic approaches to human rights: Observations from Burkina Faso

Kaguenang, Felix : Les établissements pénitentiaires au Tchad : Acteurs, stratégies et pratiques bureaucratiques (in)formelles

Mukherjee, Adiroopa : (De-)Constructing Transgender Hijra Identities in Colonial and Postcolonial India

Groupe 3

Desaunay, Marie : Les enseignants coloniaux durant les décolonisations dans les pays de l’Union Française (1946 – années 70)

Djallal, Mehdi : La circulation des savoirs militaires entre les armées française et portugaise pendant les guerres de décolonisation en Afrique, 1957-1974

Mourre, Martin : Les anciens combattants au Sénégal. Une histoire des pratiques et de l’imaginaire bureaucratique militaire, 1945–1975

Malègue, Fanny : « Des chiffres pour déchiffrer l’Empire, les recensements du premier Empire colonial français, Antilles, 1763-1804 »

Oppizzi, Martino : Classifier, diviser, contrôler : l’emploi des statistiques dans la domination coloniale française en Tunisie

Rahouadj, Sarah : L’influence des pratiques bureaucratiques de l’Administration coloniale sur l’accès à la citoyenneté française des indigènes en Afrique Occidentale Française et Afrique Equatoriale Française (1890-1939)

Dramé, Amadou : Lettres, rapports et circulaires : interactions écrites entre le gouvernement colonial et la société musulmane à Saint-Louis (Sénégal), 1863-1911


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *