Le match sur papier dans le football de quartier au Sénégal

« Trois équipes ‘forfait’. L’Arsenal, sans jouer est champion de la Zone » (Le Soleil, 26 août 1971).

Le football de quartier passionne partout au Sénégal durant les championnats populaires dit « navétanes ». Ce qui a commencé comme des tournois informels inter-quartiers à la fin des années 1950s est devenu un mouvement de masse qui englobe plus de quatre mille ASC (Association sportive et culturelle) à l’échelle nationale. Au centre de leurs activités se trouve le football. Durant mes recherches sur l’histoire des « navétanes » (Baller 2010), les pratiquants attiraient mon attention sur le fait que le football de quartier ne se jouait pas seulement sur le terrain, mais aussi sur papier. Il s’y ajoute, certes, d’autres matchs tels que ceux de l’argent, des marabouts ou des supporteurs. Ce billet est dédié au match sur papier qui renvoie au processus de la bureaucratisation du championnat populaire.

Le match sur papier est complexe et se joue avec différents documents : des règlements et circulaires, des rapports de matchs, des réserves et relations écrites, et des licences. L’importance de ce match intrigue si nous pensons aux origines informelles des tournois inter-quartiers et au caractère populaire du mouvement. En effet, jusqu’à aujourd’hui beaucoup d’associations sportives et culturelles (ASC), qui se trouvent à la base des équipes de quartier, ne disposent pas de statut officiel. D’autre part, l’importance du match sur papier n’étonne guère si nous prenons en compte l’engouement immense des populations et notamment des jeunes dans le mouvement navétanes. Le football de quartier fait bouger des masses au Sénégal – et la pression populaire pour gagner est très forte. Cependant, le match sur papier peut faire la différence entre victoire ou défaite. En plus, il peut engendrer des suspensions et des amendes importantes. Ce qui nécessite, à côté des bons joueurs, entraineurs et marabouts, la présence au sein des associations des individus qui maîtrisent le papier, les règlements, et les procédures bureaucratiques. L’objectif est de faire gagner son équipe en battant l’adversaire par « pénalité » ou « forfait ».

Au début, les équipes de quartier se rencontraient en tournois informels autour d’un pot de lait ou de quelques oranges. A la fin des années 1960, leur popularité atteignit une telle ampleur que le Ministère du sport et de la jeunesse décida de mettre en place un Organisme National de la Coordination des Activités des Vacances (ONCAV) pour canaliser le mouvement. Rapidement, le contrôle de cette structure a été revendiqué par des jeunes des quartiers eux-mêmes. Le processus de la formalisation et de la prise en charge de l’ONCAV par ces jeunes constitue le contexte du match de papier qui a pris de l’importance par la suite. Les règlements ont été révisés et standardisés à de maintes reprises. Des circulaires supplémentaires informent sur les détails. En outre, tout joueur doit impérativement être muni d’une licence de l’ONCAV. Certains qui ont dépassé l’âge réglementaire pour pouvoir jouer dans des équipes cadets ou sénior, sont prêts à changer leur date de naissance ou même leur nom (d’habitude en recourant aux service d’un « démarcheur », voir Blundo 2001 : 83). En cas de découverte, ceci est appelé « fraude sur l’identité ». Si le capitaine d’une équipe ne peut pas montrer les licences de l’ONCAV de tous les joueurs au début d’un match, il fait une déclaration sur l’honneur. Cette démarche peut faciliter la fraude.

Le match sur papier prend forme en rapport avec le match sur le terrain, d’abord avec l’affiliation annuelle de l’association et son équipe aux structures de l’ONCAV et la demande des licences, ensuite avec les feuilles de match, le rapport du délégué de la zone, la note de l’arbitre et des rapports complémentaires et finalement les réserves, les protestations, réclamations et relations écrites. Les feuilles de match indiquent, entre autres, les noms des arbitres, des délégués et des joueurs et remplaçants des deux équipes, les numéros de la licence des joueurs, le nombre de cartons jaunes et rouges ainsi que les remarques concernant le déroulement du match. La codification du langage reflète la geste bureaucratique. Pour la plupart, il s’agit des rencontres « RAS » (« rien à signaler ») dont les défauts règlementaires sont « néants ». D’autres matchs sont classés dès le départ de « MAP » (« match à problème »). Les déviations sont notées en détails, tels que les faux noms, le manque d’un certificat médical, le manque des numéros sur le tricot, l’absence du coffre médical, des jets de pierres ou de sachets à eau, la pénétration et/ou « l’invasion » de l’aire de jeux par des supporters, les insultes ou des « propos grossiers et injurieux envers l’arbitre » (Note de l’arbitre, Zone 3 de Guédiawaye, 15 septembre 2001), les bagarres, la suspicion du maraboutage (« xonc ») ; parfois même l’absence totale d’une équipe. Si les rapports omettent une incidence, les responsables des équipes interviennent en déposant des protestations et réclamations.

Les matchs sur papier sont décidés au sein des CQRP (Commission de la qualification, des règlements et des pénalités), qui se retrouvent dans tous les bureaux de l’ONCAV du local au national. La CQRP est composée des délégués des ASC, qui font tomber le verdict, mis sur papier dans des procès-verbaux méticuleux et minutieux. Ces procès-verbaux (« PV ») suivent un schéma standardisé. D’abord, le numéro du PV, la date, l’heure précise du début de la séance ainsi que les délégués présents sont indiqués. Par la suite, les différents matchs sont évalués. Pour chaque match, le PV précise les documents à la base desquels la CQRP prend ses décisions. En autre, la CQRP peut faire des requêtes d’une documentation supplémentaire auprès des autres instances de l’ONCAV ou elle convoque des auditions. Dans un deuxième plan, le PV reconstitue si les réclamations ont été formellement recevables. Enfin, le jugement est pris. Soit la réclamation est rejetée et le résultat « acquis sur le terrain » est homologué, soit une amende, sanction ou suspension est infligée, une reprogrammation du match demandée ou une pénalité ou un forfait déclaré. Le fait que la tournure des phrases dans les procès-verbaux n’est pas toujours facilement accessible fait partie du match sur papier, qui reste dans les mains des spécialistes des textes. Pour la ré-affiliation des suspendus aux structures de l‘ONCAV, le recours au papier est de nouveau nécessaire. Les suspendus sont en majorité des joueurs, mais l’écriture des « demandes de grâce » se fait pour la plupart par le biais des responsables de l’association qui ont le savoir-faire des procédures et du langage formel et bureaucratique.

Bien que la circulation des papiers au sein des structures « navétanes » soit quasiment omniprésente, elle relate des « forces » et des « faiblesses ». D’un côté, plusieurs responsables des associations soulignaient dans mes entretiens l’importance de la « circulation de l’information à travers les courriers » et de la « rigueur administrative » des structures de l’ONCAV pour éviter des conflits et assurer le bon déroulement des championnats : « Il faut qu’on soit conforme aux textes » (ASC Walli Daan, 9 février 2001). D’un autre côté, la traçabilité des documents écrits reste éphémère et contraste avec la diligence que les participants du mouvement investissent dans leur production. Très rare sont des structures de l’ONCAV, qui gardent les documents au-delà de trois ans. En plus, le match sur papier reste contesté. Les « PV font la terreur », écrit le journal sénégalais Sud Quotidien à la fin des années 1990 par rapport aux navétanes (4 octobre 1997). Des rumeurs circulent autour des CQRP et leurs décisions, et des conflits entre les membres de leurs bureaux éclatent par rapport à la formulation des verdicts. Tous les délégués des CQRP sont à la fois des membres des ASC. Mais ceci veut dire aussi qu’ils peuvent représenter les pires adversaires d’une équipe. En outre, beaucoup de délégués ont duré dans des structures de l’ONCAV, ce qui les détache de leur base, mais renforce leur influence par rapport à leur connaissance des textes et procédures, ainsi que par rapport à leurs relations sociales au sein des commissions. Pour les jeunes joueurs et supporteurs, qui suivent le match sur le terrain sous une chaleur de plomb, le match sur papier reste souvent abstrait et difficilement saisissable. Le match sur papier est un match des connaisseurs. Toutefois, il est produit et reproduit à la base des associations. Ce sont des responsables et secrétaires généraux des ASC qui nous rappellent que la bureaucratisation des sociétés africaines n’est pas seulement un obstacle, mais aussi un outil à manœuvrer et une promesse (en allemand « Verheißung », voir Eckert 2005).

 

Baller, Susann : Spielfelder der Stadt. Fußball und Jugendpolitik im Senegal seit 1950. Köln : Böhlau, 2010.

Blundo, Giorgio : « Négocier l’État au quotidien : agents d’affaires, courtiers et rabatteurs dans les interstices de l’administration sénégalaise », Autrepart, vol. 20, no. 4, 2001, pp. 75-90.

Eckert, Andreas : « Die Verheißung der Bürokratie. Verwaltung als Zivilisierungsagentur im kolonialen Westafrika », dans : Jürgen Osterhammel et Boris Barth (dir.), Zivilisierungsmissionen. Imperiale Weltverbesserung seit dem 18. Jahrhundert, Konstanz : Universitätsverlag Konstanz, 2005, pp. 269-283.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *