La bureaucratisation des sociétés africaines

Diesen Beitrag gibt es auch auf Deutsch

Structure institutionnelle

Le programme de recherche transnational »La bureaucratisation des sociétés africaines« a débuté, en janvier 2017, son travail à Dakar (Sénégal) sous la direction de Susann Baller. Ce programme comprend le projet »Identité, identification et bureaucratisation en Afrique subsaharienne (XIXe-XXIe siècle). Pouvoirs, matérialités, subjectivations« coordonné par Séverine Awenengo Dalberto (Axe de recherche 1) ainsi que trois autres axes de recherche portant sur les domaines du politique (Axe 2), de l’économie (Axe 3) et de la société/religion (axe 4). Il offre des bourses pour jusqu’à cinq chercheurs au niveau postdoctoral et huit doctorants (période 2017 à 2021).

Le programme  de recherche repose sur une coopération entre le Centre de recherches sur les politiques sociales (CREPOS) et l’université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar. Ce programme s’inscrit dans un partenariat avec le programme Point Sud (Bamako et institut d’ethnologie de l’université Goethe de Francfort/Main), avec le séminaire de sciences de l’Afrique de l’université Humboldt de Berlin, avec la chaire d’études africaines comparées de l’université Mohammed VI de Rabat et avec le Centre de recherches internationales (CERI) de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po). Un comité de pilotage composé de représentants des différentes institutions partenaires accompagne le programme de recherche transnational dans ses activités et ses décisions stratégiques.

Profil scientifique

Le programme étudie la diffusion, l’appropriation et la négociation de pratiques bureaucratiques dans des contextes coloniaux et postcoloniaux de l’Afrique et de la diaspora africaine d’un point de vue local, national et transnational. Nous comprenons par bureaucratie l’utilisation systématique des normes, des règles, des processus de standardisation et/ou de catégorisation qui visent à produire et légitimer le pouvoir. La bureaucratie est souvent associée uniquement à l’État et une élite formée pour l’administration. Pourtant, les processus de bureaucratisation sont omniprésents et ne se limitent pas aux structures étatiques (Hibou 2012). Ce programme porte sur la »cité bureaucratique« (Bayart 2013) et toutes ses facettes politiques, sociales, culturelles et économiques. En effet, les pratiques bureaucratiques ne sont pas seulement mises en place et en scène ou octroyées »par le haut«, c’est-à-dire au sein d’institutions et d’administrations étatiques, mais elles sont également inventées, confrontées et reformulées »par le bas«, dans le quotidien des acteurs non étatiques, tels que les associations, les ONG, les églises, le commerce et les coopératives. De plus, Ralph Austen (2011) a montré l’importance de considérer la dimension de »milieu« (from the ›the middle‹), soit la perspective de tous ceux qui jouent le rôle de »médiateurs«, de »traducteurs«, au sens propre et figuré du terme. Ce programme de recherche a donc pour objectif de  reconsidérer l’opposition des notions de »haut«, »bas« et »milieu« afin de souligner l’interdépendance des pratiques et procédés bureaucratiques entre les différents niveaux et les différents acteurs.

Notre programme analyse principalement les pratiques bureaucratiques, notamment la mise en place de statistiques, de registres, la rédaction de rapports et de correspondances), les principaux éléments des procédés bureaucratiques (les chiffres, le papier, les systèmes de classement, les tampons…), enfin  les lieux et les espaces de production bureaucratique (le bureau, le bâtiment de bureaux, mais aussi les voies de transmission des écrits bureaucratiques). En s’appuyant sur le concept de »bibliothèque coloniale« de Mudimbe, le programme souhaite saisir comment les systèmes experts, sur lesquels repose la bureaucratie, créent alors une »bibliothèque bureaucratique« et ses archives. Mais comme l’étude de la »bibliothèque coloniale«, l’étude de la »bibliothèque bureaucratique« exige une analyse complexe à rebours et entre les lignes (et au-delà de ce qui est mis sur papier). D’une part, les pratiques bureaucratiques ont constitué et constituent encore une intervention massive dans les sociétés africaines. Une intervention qui se traduit jusqu’aux marges des états africains (Das et Poole 2004). D’autre part, cette »bibliothèque bureaucratique« n’est pas un espace fermé, elle constitue plutôt un champ de divers forces sociales. Les acteurs locaux traduisent et transforment les objets sociaux et les idées conformément à leur contexte. Ce faisant, les pratiques bureaucratiques ont apporté, et apporte toujours, à la fois des risques et des possibilités. En plus, elles ne sont pas tombé sur un champ vierge, mais ont croisé également des pratiques liées à des organisations sociales issues de l’époque précoloniale.

Activités scientifiques

Le programme de recherche transnational offre un espace propice à la communication internationale et interdisciplinaire. Les boursiers et boursières viennent d’Afrique et d’Europe et ils sont issus de diverses disciplines des sciences humaines et sociales: histoire, anthropologie, sociologie, sciences politiques et sciences des religions. L’ensemble des projets s’attachent à différentes périodes (du XIXe au XXIe siècle) et à différentes régions d’Afrique (notamment le Sénégal, le Mali, le Maroc, le Tchad, la Côte d’Ivoire, la République démocratique du Congo). Les boursières et boursiers séjournent la majeure partie de l’année à Dakar, en dehors de leurs missions de terrain, épicentre du projet. Ils ont accès à un soutien logistique du programme et du réseau scientifique et académique international qui lui est lié. Une série de conférences publiques se tient de janvier à juin à Dakar. De même, un séminaire de recherche se déroule tous les jeudis matin. Il accueille les chercheurs invités et propose des lectures et discussions de textes. En outre, des workshops et des colloques sont organisés. Une fois par an, une école d’été se tient dans l’une des institutions partenaires (en 2017 à Paris, en 2018 à Berlin, en 2019 à Bamako et en 2020 à Rabat) réunissant des chercheuses et des chercheurs venus du monde entier. Enfin, Dakar compte parmi l’un des espaces académiques les plus importants en Afrique. En plus de l’université Cheikh Anta Diop (UCAD), de nombreuses institutions de recherche y sont présentes.

Bureau:
Résidence Sidi Koumba
18 boulevard Martin-Luther-King
Fann-Hock
Dakar, Sénégal

Interlocuteurs:
Thomas Maissen
Susann Baller

Comité de pilotage

  • IHA: Thomas Maissen (suppléant: Stefan Martens)
  • CREPOS/UCAD: Ibrahima Thioub (suppléant: Ndiouga Adrien Benga)
  • Programm Point Sud/université Goethe, Francfort: Mamadou Diawara (suppléant: Elìsio Macamo)
  • Université Humboldt, Berlin: Andreas Eckert (suppléant: Baz Leqocq)
  • Science Po: Béatrice Hibou (suppléant: Laurent Fourchard/Richard Banégas)
  • Université Mohammed VI Rabat: Jean-François Bayart (suppléant: Boris Samuel)
  • Séverine Awenengo Dalberto (CNRS-IMAF et chercheuse associée à l’IHA)
  • Direction scientifique (Susann Baller), direction administrative CREPOS (Alfred Inis Ndiaye), coordianteur scientifique à l’IHA (Niels May), direction administrative à l’IHA (Alexandra Heidle-Chhatwani)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *