La cité bureaucratique post-conflit en Côte d’Ivoire. Analyse de la bureaucratisation par le haut et par le bas de la société ivoirienne sous l’effet des politiques de “Désarmement, Démobilisation et Réinsertion” des combattants

Responsable : Kamina Diallo.

Après plus d’une décennie de crises politico-militaires, la Côte d’ivoire est entrée dans une logique de post-conflit à grands renforts d’accords de sortie de crise et de tentatives de médiation. Dans ce contexte, différents programmes de DDR (Désarmement, Démobilisation, Réinsertion) des ex-combattants ont été mis en place dès 2003. Au-delà des indicateurs économiques positifs (taux de croissance entre 2012 et 2015 à 8,5% selon la Banque Mondiale) qui masquent l’accroissement des inégalités, les évènements récents qui ont touché la Côte d’Ivoire – en particulier les mutineries d’officiers de Janvier  et Mai 2017 ainsi que  les manifestations d’ex-combattants – témoignent d’une instabilité sociale et politique persistante qui soulève des questions majeures sur l’évolution et le devenir des sociétés en sortie de conflit.

Notre étude se propose ainsi d’analyser comment les programmes de DDR, qui résultent d’une production avant tout administrative et bureaucratique, ont influencé la société ivoirienne dans ce que nous qualifierons de double processus de bureaucratisation à la fois par le « haut » – en créant une machinerie bureaucratique ainsi que des parcours professionnels et stratégies de carrière politico-administratives que l’on peut qualifier d’atypiques – et par le « bas », en produisant des logiques d’auto-identification et d’organisation rationnelle légale dans les groupes d’ex-combattants et de dozos. La Côte d’Ivoire post-conflit se transforme-t-elle sur le mode de la « cité bureaucratique » au sens de Jean-François Bayart, c’est-à-dire un lieu où les pratiques bureaucratiques (organisation hiérarchique, règles de fonctionnement, statuts…) se développent que ce soit dans le secteur formel, le secteur informel ou dans les imaginaires des sociétés. Dans la continuité des travaux de Béatrice Hibou sur la bureaucratisation néolibérale, « nous cherchons ainsi à analyser la bureaucratisation sous le prisme de la domination et de l’instrumentalisation mais également sous le prisme de l’obéissance et de l’adhésion ».

Cette étude se fixe pour objectif d’aider à mieux comprendre la signification politique et sociale des modalités très diverses de bureaucratisation de la société ivoirienne dans le cadre des politiques de DDR.

Photographic credits / Crédits photographiques: Kamina DIALLO – CC-BY-SA.

 


Kamina Diallo

Kamina DIALLO est doctorante en Science Politique, mention politique comparée au Centre de Recherches Internationales (CERI) à Sciences Po Paris, sous la direction de Richard Banégas (CERI, Sciences Po Paris). Elle a réalisé un mémoire de recherche au sein du Master de International Public Management de l’Ecole des Affaires Internationales de Sciences Po Paris sur les trajectoires et la réinsertion socioéconomique des femmes ex-combattantes en Côte d’Ivoire. Ses recherches actuelles portent sur l’influence des politiques dites de post conflits sur les sociétés africaines, et plus spécifiquement l’influence des politiques de DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion des ex-combattants) sur la société ivoirienne. Au sein du groupe IHA-CREPOS, son projet porte sur « La cité bureaucratique post-conflit en Côte d’Ivoire. Analyse de la bureaucratisation par le haut et par le bas de la société ivoirienne sous l’effet des politiques de “Désarmement, Démobilisation et Réinsertion” des combattants.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Kamina Diallo

Kamina DIALLO est doctorante en Science Politique, mention politique comparée au Centre de Recherches Internationales (CERI) à Sciences Po Paris, sous la direction de Richard Banégas (CERI, Sciences Po Paris). Elle a réalisé un mémoire de recherche au sein du Master de International Public Management de l’Ecole des Affaires Internationales de Sciences Po Paris sur les trajectoires et la réinsertion socioéconomique des femmes ex-combattantes en Côte d’Ivoire. Ses recherches actuelles portent sur l’influence des politiques dites de post conflits sur les sociétés africaines, et plus spécifiquement l’influence des politiques de DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion des ex-combattants) sur la société ivoirienne. Au sein du groupe IHA-CREPOS, son projet porte sur « La cité bureaucratique post-conflit en Côte d’Ivoire. Analyse de la bureaucratisation par le haut et par le bas de la société ivoirienne sous l’effet des politiques de “Désarmement, Démobilisation et Réinsertion” des combattants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *