Ledgers, Ethics and Logistics: transportation and bureaucratic technologies on the Congo River

Responsable: Peter Lambertz.

(Une version française se trouve en bas. Für Deutsch klicke hier).

The project investigates Congo’s baleinières transportation vessels as well as bureaucratic practices in the field of river transportation in the Democratic Republic of Congo. Even if a large part of Congo’s fluvial transport business qualifies as “informal”, it is far from devoid of logistical and bureaucratic practices, which are deeply rooted in the countries’ colonial and postcolonial histories. Inspired by the anthropology of infrastructure and technology, which considers technological artefacts and infrastructures as non-human participants in social relations, the working hypothesis is that informality thrives on bureaucratic technologies and infrastructures, through which an “ethics of informalisation” is cultivated and maintained. Part of this infrastructure are ledgers, pens, tickets, calculation techniques, weighing procedures and weight estimations, fuel meters, bags and locks (security measures), as well as a whole panoply of port infrastructure. Recent technological innovations (appropriation of Chinese two-stroke Diesel-engines, mobile phones, mobile money/m-pesa, solar panels, etc.) have entailed important transformations in local logistics and popular bureaucracies.

The (de-)bureaucratisation of ship names on the Congo River: Entirely constructed of local wood and propelled by Chinese two-stroke Diesel engines, Congo’s baleinières („whalers“) are icons of local creativity and the art of technological adaptation. In colonial and postcolonial times Congo’s ship names were strictly standardised according to a bureaucratic rule. The first letter of their Belgian name informed about their function and their size. With Mobutu’s Zairianisation programme (1971), ships such as the “Gouverneur Costermans” and the “Gouverneur Moulaert” changed their name and became “Colonel Kokolo” and “Colonel Tshatshi”, while the tug boats “Eupen” and “Elsenborn” became “Ezeze” and “Euli” (Lederer 1973: 120). Today, ship names have been largely de-bureaucratised, as the name of the baleinière “HB Ville Habitable” (Inhabitable City) shows.

*

(Dé-)Bureaucratisation des noms de bateau sur le fleuve Congo: Entièrement construites en bois et propulsées par des moteurs Diesel Chinois à deux-temps, les baleinières Congolaises sont des technologies de transport qui regorgent de la créativité et de l’ingéniosité locale. À l’époque coloniale et postcoloniale les noms de bateaux furent standardisés selon un ordre bureaucratique strict : les bateaux portaient des noms belges dont la première lettre reflétait la série voire la fonction du bateau. A la suite de la Zairianisation (1971), les courriers « Gouverneur Costermans » et « Gouverneur Moulaert » devinrent « Colonel Kokolo » et « Colonel Tshatshi », par exemple, tandis que les remorqueurs « Eupen » et « Elsenborn » devinrent « Ezeze » et « Euli » (Lederer 1973: 120). Aujourd’hui l’octroi des noms a été largement dé-bureaucratisé, comme en témoigne la baleinière « HB Ville Habitable ».

Carnets, éthique et logistique: Technologies de transport et de bureaucratisation sur le fleuve Congo (RDC)

Le projet étudie les baleinières Congolaises (bateaux de transport en bois) ainsi que des pratiques bureaucratiques dans le domaine du transport fluvial en République Démocratique du Congo. Même si une grande partie du transport est organisée de manière  »informelle«, il opère néanmoins en fonction de pratiques logistiques et bureaucratiques, qui sont ancrées dans les histoires coloniale et postcoloniale. Inspiré par l’anthropologie de l’infrastructure et de la technologie, qui considère des artefacts technologiques comme étant des participants non-humains dans des relations sociales, l’hypothèse de travail est que l’informalité repose sur l’usage vernaculaire de technologies bureaucratiques, à travers desquelles une »éthique de l’informalisation« est cultivée, maintenue et instituée. Font partie de l’assemblage technologique étudié des carnets/registres, des stylos, des tickets, des techniques de calcul, des procédures de pesage, voire d’estimation du poids, des mètres de carburant, des sacs et des cadenas (mesures de sécurité), ainsi que toute la palette de l’infrastructure navale et portuaire. Des innovations technologiques récentes (comme l’appropriation d’engins Diesel à deux-temps d’origine Chinoise, le téléphone portable, l’argent digital, des panneaux solaires, etc.) ont engendré des transformations importantes dans le domaine de la bureaucratie vernaculaire.

 

 

Photographic credits / Crédits photographiques: Peter Lambertz – CC-BY-SA.


Peter Lambertz

Post-doctoral fellow in the project « The Bureaucratisation of African Societies » at GHI-CREPOS (German Historical Institute – Centre de recherche sur les politiques sociales) in Dakar.

More Posts

Peter Lambertz

Post-doctoral fellow in the project « The Bureaucratisation of African Societies » at GHI-CREPOS (German Historical Institute – Centre de recherche sur les politiques sociales) in Dakar.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *