Relation avec son superviseur hiérarchique (Seck, Fall, Ndiaye, Djou)

GESTION DE LA RELATION AVEC SON SUPERVISEUR HIERARCHIQUE

Ecrit par :

Seck, Aissatou, Doctorante, Histoire (Sénégal)

Fall, Founty Alassane, Doctorante, Economie Appliquée (Sénégal)

Ndiaye, Marie-Hélène, Doctorante, Histoire des Relations Internationales et Stratégiques (Sénégal)

Tousse, Josiane, Docteur -Enseignante Chercheuse, Socio-anthropologie politique (Cameroun)

La faible représentativité des femmes dans le milieu académique constitue un défi majeur dans le monde universitaire, notamment dans le contexte africain à cause de certaines réalités socioculturelles qui ne facilite pas les carrières professionnelles féminines. Dans le cadre de l’atelier sur les carrières académiques des femmes en Afrique de 2020, offert par le MIASA en collaboration avec l’IHA et la fondation Heinrich Böll, notre choix a porté sur le thème de la « Gestion de la relation avec son superviseur hiérarchique » que nous avons discuté en séance de coaching avec Patricia Sennequier de Beautiful Soul. Cette thématique nous a conduit à traiter quatre sous-thèmes :

  • Améliorer ses compétences de followers

La collaboration avec son supérieur hiérarchique au travail peut être traduite dans l’image d’une communication réciproque entre « leader » et « follower ». Des lors, il est important d’identifier le style caractéristique de son superviseur en essayant de comprendre ses espérances et solliciter ses feedbacks pour mieux savoir comment contribuer à atteindre les objectifs visés dans les tâches d’ensemble. Ceci permet, entre autres, une meilleure reconnaissance de ses compétences et de son efficacité dans le travail par son supérieur, ce qui peut être une source de motivation pour tous les deux. Il faut donc prendre soin de notre communication avec notre superviseur afin de lui montrer notre capacité de followers et en tirer des avantages professionnels et des expériences académiques. Améliorer ses compétences de followers revient également d’avoir le sens de l’écoute, la patience et la capacité de faire passer son point de vue pour créer une collaboration d’interdépendance avec son superviseur.

  • Améliorer son environnement de travail et d’impacter positivement

Toujours pour améliorer ses compétences de followers, il est important de prendre des initiatives en phase avec les intérêts de son superviseur et les objectives de l’institution. L’exemple d’expérimentation était un réseau de jeunes chercheurs, permettant de cultiver le partage, l’entraide, le raffermissement des liens des chercheurs dans l’intérêt d’améliorer leur cadre de travail. Des défis ont été relevés tels qu’une faible implication du superviseur due à un manque de temps en général. Pour pallier cela, une stratégie indirecte pourrait permettre au réseau de fonctionner avec le soutien des jeunes docteurs plus disponibles. Les activités assez visibles de ce réseau avec des réalisations concrètes lui donneront plus de crédibilité et suscitera plus d’intérêt de la part du superviseur. Cette stratégie permet au groupe de s’affirmer et de décloisonner les réflexions fermées et individuelles vers des réflexions collectives.

  • Créer votre environnement de travail avec des collaborateurs à qui nous devons notre loyauté

Nous sommes responsables de notre propre épanouissement au travail. Nos caractères intrinsèques et notre comportement de tous les jours influencent fortement nos relations au travail. Cependant pour améliorer sa collaboration avec son superviseur, l’idéal est d’identifier la personne à qui nous devons notre loyauté (notre mentor) et travailler directement sous sa supervision. Un mentor, c’est celui, qui nous montre le chemin, nous tire vers la voie de la réussite et en lui on ne voit que du positif. Toutefois, qu’il s’agit du mentor ou du superviseur, il est important de connaitre son style caractéristique pour pouvoir faciliter la collaboration. Suivant la coach Patricia Sequinner, il est important de savoir si le superviseur ou le mentor avec qui on travaille est de nature à dominance, influence, dominance ou la stabilité. La connaissance du style caractéristique de son superviseur permet ainsi de bâtir les bases d’une bonne relation et d’un environnement de travail convenable.

  • Gérer les conflits avec son supérieur

Les conflits avec son supérieur sont assez pénibles à gérer vu que les conséquences peuvent être terribles notamment dans le milieu universitaire où la hiérarchie est foncièrement respectée. Si bien que dire son point de vue sans qu’on ne vous en donne l’autorisation est implicitement interdit en particulier si notre position est contradictoire. Au courant de nos sessions, les astuces pour lever ces contraintes se résument à la communication. De manière plus détaillée, faire part de son avis à son superviseur avant la réunion et avoir ses impressions, lui faire part aussi de nos doutes et connaitre sa réaction. Bref, miser sur une communication assertive pour échanger avec son supérieur et définir la meilleure approche à adopter pour une collaboration saine.

Le coaching reçu au courant des différentes sessions sur notre thématique ainsi que le partage d’expériences avec les autres collègues qui s’étaient intéressées à d’autres thématiques comme la communication assertive, la formation d’une équipe dynamique, nous ont toutes revigorée. Nous sommes sorties de cet atelier assez outillées pour affronter nos défis quotidiens, avec un nouvel élan vers un épanouissement professionnel dans un cadre convivial de travail.

 

 

 

Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

More Posts


Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search