Construire une équipe efficace (Assah, Kouassi, Sanogo, Gueye)

Comment construire une équipe efficace ?

 

Session de coaching en ligne du groupe « Construire une équipe efficace »

Le groupe 4 composé de Kossiwoa L. ASSAH ; S. Sebastienne Aya KOUASSI ; Aïdas SANOGO et de Barrel Sow GUEYE a suivi trois séances de Coaching au cours de la période du 17 août au 16 septembre 2020. Les participantes ont présenté les différentes équipes dont elles sont membres à savoir : familiale, universitaire, les réseaux professionnels, les différents groupes WhatsApp, etc. Au cours des discussions, il est ressorti le souhait d’évoluer dans un climat de confiance et de coopération active et positive, aussi bien entre collègues qu’entre enseignants et étudiants. Par ailleurs, en tant que femme, certaines se sentent perçues comme moins compétentes par leurs pairs. En ce qui concerne la maturité des équipes auxquelles appartiennent les membres du groupe, le faible niveau de confiance au sein de leurs groupes respectifs a été souligné par certaines participantes.

La deuxième séance de Coaching était articulée autour des modèles mentaux partagés qui portent sur les valeurs, les objectifs, et les visions ou les idées. La coach, Patricia Sennequier de Beautiful Soul Dakar, a ainsi relevé l’importance d’impliquer tous les membres des équipes auxquelles appartiennent les participantes, afin de susciter un regain de motivation. Des personnes peuvent être motivées, mais moins s’impliquer pour différentes raisons (manque de compétence, problèmes personnels, climat hostile/inamical etc.). Il a été mentionné qu’au sein d’une équipe, il faut prendre des responsabilités et ne pas attendre que la responsabilité nous soit donnée. La coach a également rappelé aux participantes la pertinence de déléguer leurs tâches et responsabilités, car cela démontre d’un niveau élevé de compétence. A ce sujet, une participante affirme qu’elle délègue mais pas toutes les activités surtout les plus essentielles au risque d’être en retard ou être insatisfaite par rapport au résultat de l’autre.

En ce qui concerne les actions à mener pour améliorer nos équipes, certaines pensent qu’il faut clarifier le but de l’équipe et motiver chaque personne, faire comprendre à chacun son utilité dans le groupe, prêter attention à la tonalité des échanges, (face to face, e-mails, téléphone, etc.) qui peuvent être mal compris parfois.

La dernière session de coaching a été consacrée aux deux questions suivantes : Quel changement principal voulez-vous matérialiser dans vos équipes ? Et quel changement en vous devriez-vous faire pour pouvoir influencer votre équipe dans ce sens ?

Les discussions ont permis de comprendre qu’il est impossible de changer d’autres personnes, mais il est possible de changer le système. La grande discussion a porté sur le partage d’une expérience de vie. « Mon frère ma expliqué que je devrais me « comporter autrement » en face des hommes, parce que les hommes me perçoivent comme trop dominante dans mon milieu professionnel ». Cette situation de domination reconnue par la participante à travers son style direct et son franc parlé constitue une véritable source de choc social et de relation à tendance conflictuelle lorsque l’intéressée se retrouve dans des équipes. La question qu’elle se pose est de savoir si elle doit changer son caractère et sa personnalité afin d’être mieux acceptée par la société en général et son équipe professionnelle en particulier ?

A ce sujet, quelques pistes de solutions ont été proposées, telle que la « stratégie du baobab », qui consiste à s’armer de patience et se situer dans une perspective de très long terme.

 

Les participantes ont été sollicitées à décrire leur réaction lorsqu’elles se trouveront en face d’une femme à tendance imposante ou autoritaire.  L’une d’entre elle pense qu’une fois qu’elle connait une personne, elle essaie de vivre avec elle en tenant compte de son tempérament ou nature. Dans ce contexte elle évite d’aborder certains sujets avec cette personne pour garder l’harmonie avec elle. Que ce soit dans un groupe car elle estime que chaque personne ne peut pas être égale à l’autre.  Il faut de respect pour s’entendre. Une autre estime que le travail de construction d’une équipe c’est aussi se changer soi-même. D’autres révèles que : « Tu ne peux pas convaincre les personnes si tu ne les comprends pas. Dans un groupe, on est en bon terme avec les uns, mais pas avec les autres ; l’idéal est aussi de penser aux objectifs à atteindre qui restent plus importants ».

Cependant, certaines se posent toujours la question de savoir est ce que tous les groupes doivent nécessairement être maintenus/ préservés même si les participants ne parviennent pas à s’entendre malgré les efforts des uns et des autres. Pour créer l’efficacité dans un groupe, il faut que chacun y mette du sien tout en s’améliorant pour le succès du groupe.

 

Rédigé par:

 Kossiwoa Lolonyo Assah, Docteure en Sociologie, Enseignante à L’Université de Lomé (Togo)

Aïdas Sanogo, Docteure en Anthropologie Sociale, Enseignante Chercheure au Centre Universitaire de Manga (Burkina Faso)

Barrel Sow Gueye, Docteure en Sciences de l’Éducation, Enseignante Chercheure à l’Université Cheikh Anta Diop (Sénégal)

Sainte Sébastienne Aya Kouassi, Docteure en Sociologie, Enseignante Chercheure à l’Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

 

Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

More Posts


Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search