Communication assertive. 2. Comment développer sa capacité d’influence ? (Ndiaye, Bangerezako, Kabran, Makougoum)

LA COMMUNICATION ASSERTIVE – Comment développer sa capacité d’influence ?

 

Dans leur carrière professionnelle, certaines femmes africaines ont tendance à vouloir satisfaire tout le monde. Elles sont pour l’essentiel, marquées sur le plan culturel. En effet, elles sont éduquées dans des familles où l’  autorité du père est difficilement discutable et donc marqué par un environnement fortement patriarcal qui ne change pas vraiment dans le monde professionnel En effet, les hommes se retrouvant très souvent à des postes de responsabilité supérieure, la domination est transposée de la famille au milieu professionnel avec les conséquences psychiques, autant pour les femmes que pour les hommes. Cette situation favorise un manque de confiance chez la plupart des femmes et impacte grandement sur leur manière de communiquer avec leur environnement.

Dès lors, une communication assertive passe pour être un moyen important pour sortir de l’étouffement, exister véritablement dans son environnement professionnel et s’épanouir. Seulement, il est essentiel de savoir quand et comment l’utiliser pour ne pas se mettre en conflit avec sa hiérarchie et ménager sa carrière. La communication assertive est basée sur des comportements qui reflètent l’intérêt particulier d’un individu. Elle consiste à demander tout ce que l’on souhaite sans ressentir de l’anxiété et de le dire de manière confortable. En un mot, c’est d’exercer ses droits sans faire de mal à personne, au contraire, en préservant dans le même temps les droits des autres. Pour réussir ce pari il est impératif d’avoir une stratégie d’influence. Mais la question qui se pose est : comment développer cette capacité d’influence ?

L’influence repose sur une démarche constructive et sincère. Le premier point de cette démarche c’est d’abord la légitimité qui doit passer par une bonne formation, la connaissance et l’expertise. Ensuite il faut avoir une bonne préparation sur le fond et la forme avant les interactions et surtout avoir une capacité d’écoute. Sur cette question, des cas spécifiques des participantes ont été étudié. X a relevé son interaction avec un étudiant en notant qu’elle avait tendance à être souvent agressive face aux étudiants et qu’elle s’inscrivait davantage dans une position de domination. Mais grâce au coaching, elle avait pris le soin d’écouter l’étudiant avant de faire des observations. La coach de l’atelier, Patricia Sennequier, avait relevé à juste titre lors du séminaire que pouvoir influencer nécessitait aussi une grande écoute des autres, leur prise en compte.

En effet, une intelligence relationnelle est aussi plus que nécessaire surtout lorsqu’on se trouve dans des situations où les chances sont égales. C’est une relation humaine que l’on construit au sein de son environnement de travail par des actes de sympathie, d’harmonie, de la chaleur, de convivialité afin de se faire des alliés. Mais ensuite il faut impliquer et personnaliser ces derniers avant les réunions. Cela permet d’avoir leurs engagements, leurs points de vue, et un terrain d’entente. Cependant, cela est parfois difficile dans les relations verticales. Par exemple relevé que son patron est quelqu’un d’assez rigide qui n’écoute pas beaucoup. Avant de parler avec lui, elle s’est longuement préparée en prenant une « power position » et aller le rencontrer. Il était énervé au début devant l’audace. Ensuite, il a compris. Elle s’est rendu compte, comme le relevait la coach, qu’il n’ya pas de problème sans solution et qu’avant une interaction, il faut toujours penser à ce qu’on peut perdre. Il faut donc oser parce qu’on ne perd rien au fond Au contraire, on gagne en expérience. Mais encore, il faut surtout apprécier les circonstances en évitant de s’attirer plus de problèmes avec sa hiérarchie ou avec ses collaborateurs.

Z a souligné pour sa part qu’elle a tendance à se mettre les barrières. Elle manque généralement de confiance. Elle pensait que son problème était son directeur alors qu’en réalité c’était elle-même. Les séances de coaching lui ont permis, premièrement, de prendre conscience de cette autolimitation aussi bien dans le cadre professionnel qu’affectif, et secondement, de se résoudre à élaborer des stratégies pour s’extraire de cet état, notamment en gérant mieux son temps.

 

Ecrit par :

Oumy Ndiaye, doctorante en histoire (Sénégal)

Haydee Bangerezako, docteur  en sociologie, enseignante-chercheuse (Burundi)

Estelle Kabran, docteur en géographie, enseignante-chercheuse  (Côte d’Ivoire)

Agnes Makougoum , docteur en droit Public, enseignante (Cameroun)

Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

More Posts


Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search