Communication assertive 1. (Boubacar Akali, Carbonnel, Ka, Keita, Zounon)

Qu’est-ce qu’une communication assertive ?

« Apprendre à dire non (…), à exprimer mes pensées et mes émotions de manière factuelle (…), parler avec conviction et confiance à mes collègues, y compris à mon superviseur très agressif. » C’est aussi l’expression de sa propre personnalité sans susciter l’hostilité de son environnement, c’est savoir dire « non » sans se sentir coupable » Dominique Chalvin (1981).

La communication assertive constitue un style de communication défini par des psychologues sociaux comme Andrew Salter (1949) et Joseph Wolpe (1984). Elle s’est diffusée dans les années 1960 et 1970 aux États-Unis, et est utilisée aujourd’hui en management des entreprises, mais peut servir aussi dans d’autres domaines professionnels. Représentant le juste milieu entre une communication passive d’un côté et celle agressive de l’autre, elle vise à affirmer les droits et besoins d’une personne tout en respectant ceux des autres. En lien avec les recherches des psychologues sociaux états-uniens sur le pouvoir, et sur ceux des femmes en particulier qui ont souvent plus de difficultés à projeter leur expertise, la communication assertive peut s’avérer très efficace dans la démonstration de compétences et l’affirmation de soi.

Les enjeux de la communication assertive

La communication assertive est souvent un tremplin pour les femmes afin de briser le plafond de verre et de promouvoir leur carrière tout en faisant entendre leur voix et participer aux prises de décision. L’assertivité leur donne l’autorité et l’audace nécessaires pour se faire respecter et faire avancer leurs objectifs professionnels. Dans ces milieux qui peuvent se révéler parfois anxiogènes, la communication assertive permet aux femmes de faire leur place et de contrer les attaques tout en renforçant leurs capacités et leur confiance en soi. Ce type de communication mobilise les compétences de leadership (ce qu’il faudrait encore définir) et de négociation qui sont souvent utiles pour travailler dans un milieu, dans lequel les femmes ont peu de place, dans lequel leurs voix est souvent muselée, et leurs conditions de travail inadaptées.

Les problèmes auxquels les femmes sont confrontées

Nous sommes parties de nos cas et de ceux de nos proches, au Mali, au Niger, au Sénégal, au Bénin, pour comprendre les pesanteurs qui pèsent sur les femmes dans le milieu académique, et les manières de les dépasser.

On peut énumérer en premier la parentalité dans le milieu académique. Elle affecte différemment les hommes et les femmes, surtout quand l’enfant à moins de trois ans. En effet, bien souvent, quand il s’agit de la maternité, vie de famille et vie professionnelle ne sont pas conciliables.

Une pression vient du milieu familial. A titre d’exemple, appelée pour participer à une séance de travail dans un autre pays alors que sa fille avait 6 mois, une chercheuse pense qu’elle peut laisser l’enfant à sa mère sans problème pour s’y rendre, mais le père étant absent à ce moment-là également, des proches lui ont mis la pression pour ne pas faire ce voyage d’une semaine. Une autre affirme : « en ce moment, je refuserai un poste de direction qui me contraindrait à travailler jusqu’à 21h, et m’empêcherait d’être chez moi pour m’occuper de mes enfants encore jeunes». Une troisième poursuit : « même lorsque la famille proche, tantes, mères ou grands-mères peuvent s’occuper des enfants, les parents qui voyagent sont culpabilisés, et en particulier, les femmes sont plus visées. »

Le problème vient aussi du fait que le monde académique, dans bien des pays, exclue l’idée même de la nécessité de s’occuper de la famille et d’éventuels enfants, alors que cette réalité est intégrée à la vie de travail dans d’autres milieux. Ainsi, comme le rapportent plusieurs collègues, « Les programmes ne prévoient pas que les femmes voyagent avec les enfants en bas âge, en prévoyant par exemple une possibilité de garde sur place. Elles sont alors obligées de choisir entre l’arrêt de l’allaitement pour travailler et la poursuites de leurs ambitions. ». Par ailleurs,  « L’emploi du temps académique ne prévoit pas non plus la vie familiale »,et « Les performances demandées à l’université ne prennent pas en compte la maternité, car les congés de maternité ne sont pas intégrés». Les congés maternités ? Ils sont bien souvent écourtés par la mère qui doit répondre à ses responsabilités, les collègues continuant également de la solliciter.

 Enfin, on peut évoquer le regard sexué qui représente une autre pesanteur dans le milieu professionnel.  Les propos tel que « cette femme est trop belle pour être présidente », « une femme mariée ne fait pas ci ou ça » sont monnaie courante d’’autant plus dans un milieu où les femmes sont minoritaires : « nous sommes 3 dans le département, pour 50 ou 60 hommes. »

Ces assignations de genre ne sont pas prescrites, mais sont là, qui planent.

Les réponses face à ces situations problématiques

Les réponses face à ces situations sont plurielles. Cela peut être l’évitement (« je cache le fait que je pars en voyage professionnel »). C’est une opposition à certaines décisions. Mais cela crée aussi beaucoup de discussions, où l’on voit que les différentes parties ne se comprennent pas. L’égalité est comprise différemment, en théorie et en pratique. Que signifie travailler de la même manière, en déniant la dimension familiale, domestique, de maternité, les dangers (les cours la nuit) et les critiques auxquelles les femmes font face ? « On a des cours à des heures impossibles, pas de toilettes pour femmes parce que l’on n’est pas assez nombreuses. Quand on demande un bureau pour les femmes on nous rétorque qu’il faut préserver la mixité et l’égalité ». Alors que ce sont les femmes qui sont soumises au regard des hommes, qui veulent faire attention à leur pudeur.

La communication assertive vise justement à être capable d’exprimer sa position, ses sentiments, tout en comprenant l’autre, en évitant la confrontation pour aller vers la recherche de compréhension mutuelle. Abordons deux situations concrètes.

  • FB se voit offrir un poste dans le milieu politique. Sa famille n’est pas favorable, car le poste l’expose au public. Elle craint également qu’elle soit submergée de travail et ne trouve plus le temps d’assumer son rôle de mère de famille. FB finira par céder à la pression et dira « non » à la proposition, alors que ce poste l’intéressait beaucoup.

À la lumière des différents ateliers portant sur la communication assertive, FB a appris de quelle manière elle devait exprimer ses besoins, expliquer sa position, en cherchant à comprendre les positions des personnes qui ne sont pas d’accord, à argumenter, et à associer les différentes parties à ses projets afin d’obtenir leur adhésion.

Aussi, face à des situations d’agressivité des collègues de travail, la communication assertive est la meilleure alternative pour s’exprimer, se défendre et se faire respecter dans le milieu académique comme le cas de MK.

  • MK a raconté un épisode professionnel au cours duquel elle n’a pas été respectée : la hiérarchie a pris une décision à sa place sans l’en informer, en contournant son autorité, ce qui a en pénalisé ses étudiants. Elle s’est rendue compte que si elle n’agissait pas cette situation allait se reproduire. Elle s’est alors adressée aux syndicats qui ont fait une médiation. Le problème avait semble-t-il été résolu, les étudiants devaient repasser l’examen. Mais la machine académique est alors entrée  en jeu, et on lui a opposé un manque de temps. Le problème est reporté devant les syndicats puis en l’absence de réaction devant une autre hiérarchie. Une autre situation régulière est d’être mis à l’écart de certaines réunions, ce qui l’écarte des décisions qui y sont prises. Depuis, elle vit dans l’anticipation, très attentive, à la recherche d’informations, afin de ne pas vivre à nouveau de tels événements. 

Durant les ateliers, MK a compris aussi que pour être efficacement assertive, elle devait projeter sur son environnement des attentes plus positives.

Les limites de la communication assertive

Les formes de communication sont multiples. Il existe énormément de manières de vivre et d’exprimer l’affirmation de soi en lien avec une hiérarchie, un collectif, et la communication assertive n’est qu’une parmi d’autres. Elle doit être utilisée de manière appropriée, pour ne pas sembler déplacée et pour atteindre ses objectifs.

Elle comporte des risques, car elle peut nous placer  dans une relation de conflictualité avec la hiérarchie et les collègues : le fait d’oser faire face à une situation inconfortable comporte le risque de créer des tensions. Parfois, on est obligé d’aller à la confrontation quand l’assertivité n’est pas suffisante. Elle peut être mal comprise et avoir l’effet inverse. Il y a des situations où l’assertivité peut nous mener à l’échec, l’incompréhension et au risque de perdre la face. Aussi, il est nécessaire de trouver un équilibre et de se préparer en cas d’échec pour mieux affûter ses arguments et déconditionner son cerveau. L’assertivité est souvent difficile lorsque l’on fait face à un dialogue de sourds où l’autre partie n’est pas décidée ou prédisposée à nous entendre. Néanmoins, l’abandon n’est point la solution, car il y a aussi le regret, la frustration et la culpabilité de ne pas avoir osé dire ce que l’on pense, ou de n’avoir pas su l’exprimer qui peuvent rester à l’arrière-goût en cas d’échec dans l’assertivité.

Rédigé par :

Haoua Boubacar Akali,  Docteur en géographie humaine, maître de conférence à l’Université Abdou Moumouni, Niamey, (Niger)

Laure Carbonnel, docteur en anthropologie, chargée de recherche postdoctorale IHA/CREPOS, Dakar (Sénégal).

Rougyatou Ka, doctorante en géographie, Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal)

Fatoumata Keita, docteur en littérature américaine, enseignante-chercheure au département d’Anglais de l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako ( Mali)

Ornheilia Zounon, docteur en psychologie, Enseignante-Chercheure, au Département de Psychologie de l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin).

Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

More Posts


Laure Carbonnel

Laure Carbonnel est anthropologue, chercheuse postdoctoral IHA/CREPOS (2019-2020)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search