Biographie des participantes. Atelier carrières académiques féminines (2018, 2019, 2020)

Sommaire

Assah, Kossiwoa Lolonyo, Docteur – Enseignante, Sociologie (Togo)

Bangerezako, Haydee, Docteur – Chercheuse, Sociologie (Burundi)

Boubacar Akali, Haoua, Docteur Maître de Conférence, Géographie Humaine (Niger)

Fall, Founty Alassane, Doctorante, Economie Appliquée (Sénégal)

Faye, Ndiague, Doctorante, Droit et Science politique (Sénégal)

Gueye, Barrel Sow, Docteur – Enseignante – Chercheuse, Faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation (Sénégal)

Ka, Rougyatou, Doctorante, Géographie( Sénégal)

Keita, Fatoumata, Docteur – Enseignante-chercheuse, Lettres et Sciences Humaines (Mali)

Kabran, Gnankon Estelle Gisèle, Docteur Enseignante-Chercheuse, Géographie (Côte d’Ivoire)

Kouassi, Sainte Sebastienne Aya, Doctorante,Chargée de recherche, Sociologie (Côte-d’Ivoire)

Ndiaye, Marie-Hélène, Doctorante, Histoire des Relations Internationales et Stratégiques (Sénégal)

Ndiaye, Oumy, Doctorante, Histoire (Sénégal)

Makougoum Agnes, Docteur – Enseignante, Droit Public (Cameroun)

Sadouni Rachida, Docteur – Maître Conférences, traduction – langues (Algérie)

Sanogo, Aidas, Docteur – maître assistante, Anthropologie sociale (Burkina Faso)

Seck, Aissatou, Doctorante, Histoire (Sénégal)

Song Bénédicte Bidjeck, Docteur Enseignante, Philosophie de Droit (Cameroun)

Tousse, Josiane, Docteur -Enseignante Chercheuse, Socio-anthropologie politique (Cameroun)

Zounon, Ornheilia , Docteur-Enseignante Chercheuse , Psychologie, Bénin

Assah , Kossiwoa Lolonyo, Docteur-Enseignante vacataire, Sociologie (Togo)

Assah, Kossiwoa Lolonyo
Docteur -Enseignante vacataire
Université de Lomé (Togo)
Discipline : Sociologie
Années de Participation : 2019, 2020
Email : assah.lolonyo@gmail.com

Togolaise de nationalité, Mme ASSAH Kossiwoa Lolonyo est docteure en sociologie du développement. Elle a soutenu sa thèse de doctorat le 24 juillet 2019 à l’Université de Lomé, intitulée « Influence des représentations sociales sur l’appréciation du leadership féminin au Togo et au Ghana ». Dr ASSAH Kossiwoa Lolonyo a participé à une dizaine de colloques et congrès internationaux dans plusieurs pays. Elle est membre du Laboratoire Dynamique Sociale et Intégration Régionale (LaDySIR) de l’Université de Lomé et également du Réseau des femmes de l’enseignement supérieur du Togo (REFEST). Titulaire d’un master de recherche en sociologie du développement depuis le 24 novembre 2014, elle a également obtenu le 22 décembre 2009 sa maîtrise en sociologie de l’éducation au sein de la même Université.  Ses centres d’intérêt portent sur le genre, le leadership féminin, l’éducation, les représentations sociales, les innovations technologiques et le développement rural. Elle s’est spécialisée en planification, suivi-évaluation des projets, des programmes et des politiques publiques du développement, ainsi que le management et l’assurance qualité.
Elle est auteure de trois articles scientifiques :« Représentations sociales de la participation politique : un obstacle pour le développement du leadership féminin au Togo ? » in Les cahiers de l’ACAREF, Vol.1, Numéro1/Déc.2018, pp. :158-174, Accra.
« L’autonomisation financière des femmes togolaises face aux représentations sociales, obstacles ou atouts à l’émergence de leur leadership » ? in les Cahiers de CEDIMES, Vol : 13 N° 03 Décembre 2019, pp. 232-252, Institut Cedimes, France.

– « Facteurs explicatifs du choix des séries littéraires par les jeunes filles : analyse de la situation du lycée de Kévé dans la préfecture de l’Avé au Togo, in Etudes africaines, Editions Harmattan, 2019, Paris, pp.141-160.
Dr ASSAH Kossiwoa Lolonyo est chargée des Travaux dirigés au département de sociologie à l’Université de Lomé et intervient également dans l’enseignement supérieur privé. Elle est membre du Conseil Scientifique de l’École Supérieure des Affaires (ESA) au Togo. Ses perspectives d’investigation s’ouvrent sur des recherches approfondies de la dimension culturelle et technologique de l’appréciation du leadership des femmes. Les conflits de leadership entre les femmes au sein des organisations ainsi que les défis liés à la carrière universitaire des femmes.

 

BANGEREZAKO, Haydee Docteur -Chercheuse, Sociologie, (Burundi)

 

Bangerezako Haydee
Docteur -Chercheuse
Université de Makerere, Kampala, (Ouganda)
Discipline : Sociologie
Années de Participation : 2018, 2019, 2020
Email : haydeebang@gmail.com

 

Boubacar Akali, Haoua, Docteur – Maître de Conférence, Géographie Humaine (Niger)

Boubacar Akali, Haoua
Docteur – Maître de Conférence
Université Abdou Moumouni, Niamey, (Niger)
Discipline : Géographie Humaine
Années de Participation : 2019, 2020
Email : boubacar.haoua@yahoo.fr

Haoua Boubacar Akali est docteure en géographie. Elle a fait ses études supérieures à l’Université Abdou Moumouni de Niamey. Elle est spécialiste en géographie urbaine, géographie économique et en cartographie. Haoua a soutenu sa thèse le 11 janvier 2019 à l’Université Abdou Moumouni de Niamey avec la mention très honorable et félicitation du jury. Son sujet de thèse a porté sur « la petite restauration marchande de rue à Niamey : l’exemple des vendeurs de viandes préparées ». Elle s’est spécialisée en gestion et aménagement des espaces urbains à travers un DEA qu’elle a obtenu en 2009  à l’Université de Niamey. Ses centres d’intérêt portent sur l’alimentation urbaine, économie informelle, transformations urbaines, politique urbaine, gouvernance locale. Elle a publié cinq articles:
-Femme et boucherie. Les vendeuses de tchandi-tchandi à Niamey. International Journal of Innovation and Scientific Research (IJISR), 2018, Vol.40, 55-64.
La petite restauration marchande à Niamey. Annale de l’Université Abdou Moumouni de Niamey, 2015, N°44-69.
-De l’abattoir à la rue : analyse sur la commercialisation de viande préparée à Niamey. Revue scientifique : Environnement et Dynamique des Sociétés (EDS), 2020, N°002/LRTSS, 165-185.
-Migration et petite restauration marchande : une analyse à partir des cafetiers de Kazae à Dakoro au Niger. Revue scientifique : Revue Nigérienne des Sciences Sociales (RENISS), 2020,  N°001, 21-31.
-Niamey à l’heure du COVID-19. Le quotidien à l’épreuve. Revue du Laboratoire Africain de Démographie et des Dynamiques Spatiales (GéoVision), 2020, Volume 2, N°003, 9-21.
Dr Haoua a participé à plusieurs séminaires et colloques à Niamey et à l’intérieur du pays. Elle a aussi participé à deux universités d’été tenues à Niamey et effectué plusieurs consultations dans différentes localités du Niger.

Présentement ses recherches se focalisent sur le prolongement de ses travaux de thèse à savoir la petite restauration à travers l’analyse des trajectoires socioéconomiques et culturelles des bouchers (vendeurs de viandes). Elles interrogent les habitudes de consommations alimentaires surtout de viandes préparées des citadins de la capitale Niamey et l’impact du déguerpissement de 2016 sur l’activité de la petite restauration dans la ville de Niamey.

Dr Haoua est actuellement enseignante vacataire au département de géographie de l’Université Abdou Moumouni et professeure d’enseignement secondaire à Niamey.

 

Fall, Founty AlassaneDoctorante ,Economie Appliquée (Sénégal)

Fall, Founty Alassane
Doctorante – Assistante de Recherche pour le Consortium pour la recherche économique et sociale (CRES)
Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal)
Discipline : Économie appliquée
Années de participation : 2019, 2020
Email : fallfounty@gmail.com

Founty A. FALL est Sénégalaise, économiste de formation et titulaire d’un Master 2 dans la cadre du NPTCI (Nouveau Programme de troisième Cycle Interuniversitaire) promotion 2012-2014.

Depuis 2015, elle est assistante de recherche au sein du Consortium pour la recherche économique et sociale (CRES) Dakar / Sénégal où elle travaille sur des thématiques comme : Agriculture et Développement local, Genre et Équité, Éducation et Santé. Les recherches dans le domaine agricole constituent la plus importante des activités qu’elle réalise au CRES, notamment à travers son implication dans l’évaluation des « Programmes de productivité agricole en Afrique de l’Ouest » (PPAAO), l’Agence nationale d’insertion et de développement agricole (ANIDA) et des Projets d’Appui aux Politiques Agricoles (PAPA). Son intérêt pour le secteur agricole l’a conduite à l’élaboration de sa thèse de doctorat sur « L’évaluation d’impact de la diffusion des NTICs de lutte contre la mouche des fruits sur la filière mangue au Sénégal».

En ce qui concerne la recherche-action, dans le domaine de la santé, elle œuvre pour les réformes fiscales en vue de la réduction de la consommation du tabac en Afrique de l’Ouest en sa qualité de chercheure et chargée de l’évaluation du projet intitulé « coût du tabagisme au Sénégal ». Elle a aussi travaillé sur la « budgétisation sensible au genre au Sénégal » dans l’atteinte de conceptualisation d’un cadre de systématisation pour l’intégration du genre dans le processus de formulation de la loi de finances 2020 au Sénégal. L’expérience acquise au CRES lui a permis d’acquérir de nouvelles connaissances et savoir-faire aussi bien dans le domaine administratif que dans la recherche. Par ailleurs, sa participation à plusieurs activités de recherche de haute facture à l’échelle internationale comme régionale lui a permis d’améliorer et de diversifier ses connaissances, mais aussi d’agrandir son réseau. Actuellement, un de ces défis majeurs est la prise en compte systématique du genre dans la recherche au sein de son institution.

Faye, Ndiague Doctorante-Droit et Science politique, (Sénégal)

Faye, Ndiague Doctorante
Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal)
Discipline : Droit et Science politique
Années de participation : 2018-2019
Email : ndiague88@gmail.com

Ndiague Faye est une doctorante affiliée au Carrefour d’Étude et de Recherche-Action pour la Démocratie et le Développement (CERADD), un laboratoire de recherche en droit et en science politique de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Sa thèse de doctorat porte sur le rôle de la société civile dans la fabrique de la politique foncière au Sénégal. L’objectif est de penser l’implication des acteurs non étatiques dans la fabrique des politiques publiques au Sénégal en l’occurrence la politique foncière. Ses thématiques de recherches portent sur la gouvernance démocratique, la représentation politique, la citoyenneté, les nouvelles formes de participation politique, la fabrique des politiques publiques, les enjeux de la gouvernance « globale », la coopération sud-sud.

 Elle a publié un livre sur la Géopolitique du changement climatique et du développement durable et y analyse des logiques d’acteurs et des enjeux de gouvernance mondiale dans les relations internationales. Ndiague Faye a participé à des évènements scientifiques d’envergure à l’instar de la deuxième édition de l’école doctorale itinérante en sciences sociales en 2017, de la première et deuxième édition de l’atelier sur les carrières académiques féminines en Afrique respectivement en 2018 et 2019.

Elle a été analyste de programme au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à l’unité Gouvernance, Bureau de Dakar ; récipiendaire de la première Académie de la fondation Konrad Adenauer au Sénégal qui regroupe vingt jeunes leaders rigoureusement sélectionnés sur plus de 600 candidatures formés et capacités pour être des acteurs de changement. Ndiague Faye est présentement chercheuse à l’Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR) un think tank qui travaille à mettre en œuvre des politiques publiques concertées en Afrique de l’Ouest. Elle intervient dans la thématique de recherche Gouvernance des ressources naturelles et foncières et est la coordonnatrice du Réseau des Think Tanks du Sénégal.

Gueye, Barrel Sow Docteur -Faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation , Enseignante-Chercheuse (Sénégal)

Gueye, Barrel Sow ,
Docteur -Enseignante-Chercheuse

Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal)
Discipline : Faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation
Années de Participation : 2019, 2020
Email : sowgueye@gmail.com

Dr Barrel Gueye est une passionnée de justice sociale, et milite en faveur de l’autonomisation des filles et des femmes. Elle est spécialisée dans les sciences de l’éducation, avec une expertise dans les questions relatives au genre et à l’équité. Ses centres d’intérêt s’étendent également à l’inclusion, la littérature africaine de même que les programmes d’échanges d’étudiants et d’enseignants entre les universités.
 Dr Gueye a capitalisé une bonne expérience dans l’enseignement, acquise au Sénégal et dans différents établissements aux États Unis d’Amérique, dont l’Université de Binghamton, l’Université de East Stroudsburg, où elle a dispensé des cours de psychologie de l’enfance et de l’adolescence, de pédagogie, de multiculturalisme, de questions de genre et d’équité, et de méthodes de recherche en sciences sociales (qualitative et quantitative).

En 2010, Dr Gueye a coordonné le programme de recherche sur le genre et l’éducation en Afrique, du Forum des Éducatrices africaines (FAWE), institution basée à Nairobi au Kenya. Par ailleurs, elle est cofondatrice de l’Institut d’Études africaines de Dakar, appelé The Dakar Institute ( www.thedakarinstitute.com ) créé en 2014. Dr Gueye est présentement Enseignante Chercheure à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, à la faculté des Sciences et Technologies de l’Éducation et de la Formation.

Ka, Rougyatou , Doctorante-Géographie( Sénégal)

Ka, Rougyatou Doctorante
Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal)
Discipline : Géographie
Années de Participation : 2019, 2020
Email : karougy92@gmail.com

Géographe des dynamiques territoriales, Rougyatou Ka est affiliée au laboratoire Leïdi « Territoires et Développement », Université Gaston Berger (UGB), Saint-Louis, Sénégal où elle évolue depuis ses années de Licence. Reconnu comme faisant partie des meilleurs travaux à la section géographie UGB, son mémoire d’étude et de recherche du master a fait l’objet d’une publication par une maison d’édition (EUE, ISBN 978-613-8-44013-0, 2019) sous le titre « Recompositions territoriales à Cayar. Approches méthodologiques et étude géographique d’un système territorial en mutation ». Elle a reçu, à ce titre, le prix des Majors de la 22e promotion de la Section Géographie, à l’occasion de la cérémonie de graduation organisée par l’UFR LSH de l’UGB en avril 2018.

Elle a entamé, en 2018, des recherches doctorales, sur la « prospective territoriale en lien avec les dynamiques extractives et le développement des territoires au Sénégal », et son projet de thèse a été primé au « Prix d’Excellence du Leadership Local », édition 2019. Mlle KA a été lauréate de l’Atelier sur les Carrières Académiques Féminines, édition 2019, de l’atelier sur les « recherches en Afrique », Université d’Edinburgh EDIMBOURG (Écosse / Royaume-Uni), juillet 2019, de « l’Ecole-Chercheurs inter-LMI », AZROU (MAROC) avril 2018, de « l’institut du CODESRIA sur la Gouvernance démocratique », Dakar, session 2017. Elle a participé à de nombreuses manifestations scientifiques (colloques, symposiums, ateliers » nationales et internationales.

Elle est l’auteure de plusieurs publications scientifiques sur la Gouvernance territoriale, les dynamiques des territoires halieutiques, la Prospective et la Résilience de ces territoires dans le contexte de l’exploitation pétro-gazière au Sénégal.Mlle KA a intégré l’Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR), Sénégal, en janvier 2019, pour travailler sur la thématique « Gouvernance des ressources naturelles ». Elle a travaillé avec l’ARD (Agence Régionale de Développement) de Saint-Louis sur le renouvellement de son plan de développement stratégique ; le Conseil Economique, social et environnemental du Sénégal (CESE ) sur « Evaluation et prospective de l’Acte 3 de la Décentralisation au Sénégal » en septembre 2019 et la société d’aménagement et d’exploitation des terres du delta du fleuve Sénégal (SAED) sur la mise en place d’un Système de Management Environnemental (SME) de la même institution en 2017.

Keita, Fatoumata- Enseignante-chercheuse, Lettres et Sciences Humaines (Mali)

Keita, Fatoumata Enseignante-chercheuse
Université de Bamako ( Mali)
Discipline : Lettres et Sciences
Années de Participation : 2019, 2020
Email : fatoumatakeita808@gmail.com

Dr Fatoumata KEITA est cnseignante-chercheure au département d’Anglais de l’Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (ULSHB), Mali. Elle est titulaire d’une Maîtrise en Littérature africaine (2004), un DEA en Littérature américain (2006) et un doctorat unique en Littérature américaine (2014) de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, Sénégal.Elle est responsable de la Cellule d’Assurance Qualité Interne (CIAQ), et Point Focal de la Cellule Genre de l’ULSHB. Elle est aussi membre du Réseau des Femmes Universitaires et Enseignantes du Mali.Madame KEITA est Fulbright Senior Scholar alumna de l’Université de Columbia de New York City, USA et Kathryn Davis Peace Fellow de International House New York (2018). Ses activités de recherche portent sur l’activisme politique et social des femmes noires dans la littérature africaine et américaine avec un focus sur les œuvres de Toni Morrison et les autobiographies des femmes noires (notamment Aoua Keita, Angela Davis, Wangari Maathai, Leymah Gbowee, Ellen Jonson-Sirleaf entre autres). Elle s’intéresse aussi aux théories féministes, les études sur le genre et les questions relatives à la sécurité et la paix en Afrique dans une approche genrée. Dr KEITA a participé a beaucoup de conférences nationales et internationales et a écrit et publié une dizaine d’articles entre autres on peut citer :

  1. “Tropes of Struggle, Survival, and Empowerment in the Writings of Africana Nobel Laureates: A Readingof Toni Morrison, Wangari Maathai, and Leymah Gbowee” (en cours d’édition)
  2. “La poétique de la résistance dans l’autobiographie d’Aoua Keita : genèse d’un activisme politique au

féminin.” In, GELL : Revue du Groupe d’Études Linguistiques et Littéraires, N.24 (janv. 2019), pp. 51-70, ISSN 0850-5543

  1. “Women’s ‘Safe Spaces’ and the Codes of Masculinity in Toni Morrison’s Paradise” In SAFARA : Revue, Internationale de Langues, Littérature et Cultures, N. 17 (dec.2018), pp. 35-56, ISSN 0850-5545

4.“Conjuring Aesthetic Blackness: Abjection and Trauma in Toni Morrison’s God Help the Child.” In Africology: The Journal of Pan African Studies, vol.11, no.3, February 2018, pp.43-55. http:/www.jpanafrican.org/vol11n03.htm

5.“Women and Regional Integration in West Africa: Which Way Forward to Attain Gender Equality.”. In West Africa Institute (WAI) Critical Analysis and Action Strategies (CAAS), WAI CAAS N° 1, 2016, pp.7-http://www.westafricainstitute.org/ “Africana Women Novelists and Female Genital Mutilation: A Reading of Alice Walker’s Possessing the Secret of Joy, Fatou Keita’s Rebelle, and Fatoumata keita’s Sous Fer” (en cours d’édition, CODESRIA)

  1. “Building a Security Community from an African-Centered Perspective: The Missing Link in the African Union’s Peace and Security Architecture.” In West Africa Institute Critical Analysis and Action Strategies, WAI CAAS N°1, 2015, pp.8-38. http://www.westafricainstitute.org/
  1. “From Love Ethic to Ethical Agency: Toni Morrison’s Love Poetics in Beloved and Song of Solomon.” In SAFARA : Revue Internationale de Langues, Littératures et Cultures, N°13, 2014.

Kabran, Gnankon Estelle Gisèle, Docteur -Enseignante-Chercheuse, Géographie, Côte d’Ivoire

Kabran, Gnankon Estelle Gisèle
Docteur -Enseignante-Chercheuse
Université Felix Houphouët Boigny, Abidjan (Côte d’Ivoire)
Discipline : Géographie
Années de Participation : 2019
Email : estelle.kabran@CSRS.CI

Géographe des transports et des mobilités, Estelle Kabran, est enseignante-chercheuse à l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan (Côte d’Ivoire) depuis 2018 où elle dispense de cours sur la méthodologie de la recherche qu’elle enseigne aussi à l’université de l’alliance chrétienne d’Abidjan. Chercheure au Centre Suisse de Recherche Scientifique (CSRS) (Côte d’Ivoire) depuis 2014, et membre du réseau Afrique-Atlantique (AA) spécialisé en transport, elle est aussi expérimentée en planification stratégique et aménagement du territoire, diagnostic participatif, gestion de projet, conception et réalisation de Système d’Information Géographique (SIG), et organisation d’enquête sociologique .Elle fut lauréate de la bourse du Programme d’Appui Stratégique à la Recherche Scientifique (PASRES) en 2014 pour son doctorat intitulé « Les entraves au développement du transport en lagune Ébrié », soutenu le 3 novembre 2016 à l’Université Felix Houphouët Boigny. Elle fut également bénéficiaire de l’appui du Bureau Europe de l’Ouest de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) pour SA PARTICIPATION AU colloque TITRE en France VILLE en JOUR mai 2016.

Elle a fait plusieurs expertises au nombre desquelles le projet « Water Front Métropoles Abidjan » en 2018 financé par Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), German Research Fondation. Dr KABRAN a mené plusieurs travaux de recherche et les a valorisés par des articles et des communications au cours de conférences et ateliers nationaux et internationaux. On peut citer:

  • “L’utilisation des transports artisanaux en lagune Ébrié à Abidjan malgré leurs caractères d’insécurités”: DEVPORT 2016, Havre, France,
  • “Déplacement de populations expulsées à Adjahui: facteur de dynamisme du transport lagunaire, ECAS 2017, Bâle, Suisse,
  • La smart mobility dams le transport en Lagune Ebrié à Abidjan, 2018, Cotonou, Benin,
  • “Révolution numérique dans les transports urbains à Abidjan : de nouvelles pratiques dans le quotidien des usagers”, 2019, Montpellier, France.
  • “Ferry transportation in Abidjan. Establishment, operation and sustainability of a paratransit system”. 2019 ZEF Working Paper 179. Bonn

Madame Kabran est par ailleurs le point focal genre du Centre suisse de Recherche Scientifique, membre de la Plateforme Genre Agricole (PGA) et par ricochet intéressée par l’audit genre, l’analyse genre. Elle a participé à l’atelier « Carrières Académiques Féminines en Afrique », tenu à Dakar, Sénégal en novembre 2019 »

Kouassi, Sainte Sebastienne Aya, Doctorante-Chargée de recherche, Sociologie (Côte-d’Ivoire)

Kouassi, Sainte Sebastienne Aya
Doctorante-Chargée de recherche
Université Félix Houphouët- Boigny, Abidjan (Côte d’Ivoire)
Discipline : Sociologie de la Santé
Année de participation : 2020
Email : sebastienne_aya@yahoo.fr

Sainte Sébastienne est chargée de recherche au Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales depuis 2016. Elle est titulaire d’un doctorat en Sociologie Economique, de l’Université Félix Houphouët Boigny (UFHB) d’Abidjan, Côte d’Ivoire. Sa thèse portant sur « structure et fonctionnement du marché du cinéma en Côte d’Ivoire » a été soutenu le 15 avril 2014. Ses travaux de recherche ont démontré que la dynamique organisationnelle du secteur du cinéma en Côte d’Ivoire est moins liée à des facteurs économiques qu’à des facteurs structurels, symboliques et idéologiques, eux- mêmes liés au contexte dans lequel se déroule l’activité de cinéma en Côte d’Ivoire. Avant d’embrasser la carrière de chercheure, Sébastienne a été assistante de recherche au sein du Laboratoire de Sociologie Economique et d’Anthropologie des Appartenances Symboliques au département de Sociologie de l’UFHB. Elle a également participé à plusieurs projets de recherche et de développement qui ont aiguisé son intérêt pour l’analyse genre et sa prise en compte dans la conception et l’implémentation de tout projet. Ce qui l’a conduit à intégrer le programme de formation en « genre et développement rural » de l’Institut de Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID) de Genève (Suisse) de 2017 à 2018. Ce programme a fortement influencé ses sujets de recherche en l’orientant vers les analyses du marché de l’emploi et des relations économiques en lien avec le genre. Ces réflexions lui ont permis de publier les articles suivants :

  • « Les pratiques sociales de contrôle de la maternité chez des doctorantes en couple de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (Côte d’Ivoire) », ABA Revue internationale de lettres et de sciences sociales, n° 6-2020, L’Harmattan, ISBN : 978-2-343-19422-6
  • « Appropriation du mobile money chez les migrants Baoulé au Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire », la revue trimestrielle des sciences sociales du PASRES (RSS-PASRES), N° 29-2020, ISSN : 2311-5890
  • « L’épargne sociale chez les femmes membres des associations à Abidjan », European Scientific Journal March 2019 edition Vol.15, No.7 ISSN: 1857 – 7881 (Print) e – ISSN 1857- 7431.
  • « Environnement et qualité de vie. Les stratégies d’accommodation au changement climatique et la construction sociale du statut et de la santé chez la femme agricultrice à Soubré », Revue Oudjat en Ligne, numéro 2, volume 2, janvier 2019, ISBN : 978-2-912603-95-1.
  • « Conditions de vie socio-économiques des femmes chefs de ménage dans l’aviculture en Côte d’Ivoire », paru dans la revue trimestrielle des sciences sociales du PASRES (RSS-PASRES), N° 21-2018, ISSN : 2311-5890
  • « Représentation du diplôme, du travail et stratégies de recherche d’emploi des filles diplômées de l’enseignement technique et de la formation professionnelle en Côte d’Ivoire » paru dans la revue africaine d’anthropologie, Nyansa-pô, n°1- 2014, ISSN 1819-0642
  • « Modalités d’insertion dans les métiers socialement définis comme métiers d’hommes ou de femmes à Abidjan-Côte d’Ivoire », paru dans la revue économie et société n°3-2014, ISSN 2311-6501

Par ailleurs, Sébastienne a en perspective de questionner les différentes formes de vulnérabilités et de résiliences des acteurs sociaux en contexte post crise toujours avec les lunettes genre en appui à l’analyse.

NDIAYE, Marie-Hélène, Doctorante, Histoire des Relations Internationales et Stratégiques (Sénégal)

NDIAYE, Marie-Hélène,
Doctorante
Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal)
Discipline : Histoire des Relations Internationales et Stratégiques
Année de Participation : 2020
Email : jo_cham2002@yahoo.fr

Ndiaye, Oumy, Doctorante, Histoire, Sénégal

Ndiaye, Oumy
Doctorante
Université Cheikh Anta Diop, Dakar (Sénégal)
Discipline : Histoire
Années de Participation : 2019, 2020
Email : ndiayeoumyng87@gmail.com  

Je m’appelle Oumy Ndiaye, je suis archéologue de formation. J’ai fait mon primaire à Ngayokhéme (Fatick-Sénégal) mon village natal et le moyen secondaire au lycée de Niakhar (Fatick-Sénégal). Après le bac je suis orientée au département d’histoire de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar où j’ai obtenu ma licence en archéologie en 2014 et la maitrise en 2017. Après cela j’ai fait un stage comme conseillère commerciale au Premium Contact Center International (PCCI) Sénégal S.A.

 Actuellement je suis doctorante en première année à l’Unité de Recherche en Ingénierie Culturelle et en Anthropologie (URICA) affiliée à l’école doctorale Étude sur l’Homme et la Société (ETHOS) de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Mes recherches doctorales en archéologie historique portent sur la tata de Maba Diakhou Ba situé à Nioro du Rip dans la région de Kaolack au Sénégal. Elles portent sur la tension entre la matérialité archéologique du jihad de Maba Diakhou Ba et l’inscription de ces récits historiques dans le paysage mémoriel des différents acteurs dans l’espace sénégambien. En effet, les mouvements sociaux comme le jihad de Maba Diakhou Ba ont encore un retentissement considérable dans la fabrication, la définition et le maintien des identités.

Makougoum Agnes, Docteur – Enseignante, Droit Public (Cameroun)

Makougoum Agnes
Docteur -Enseignante
Université de Yaoundé II (Cameroun)
Discipline : Droit Public
Années de Participation : 2018, 2019, 2020
Email : agneselsy2000@yahoo.fr

Née le 21 janvier 1982 au Cameroun Agnes Makougoum est enseignante de droit public à la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’université de Yaoundé II depuis 2010, d’abord comme monitrice en charge des travaux dirigés et ensuite comme assistante. Elle a soutenu sa thèse de doctorat en droit public le 19 janvier 2015 sur le thème : Ordre public et libertés publiques en droit public camerounais : Contribution à l’étude de la construction de l’Etat au Cameroun depuis 1990. Elle enseigne le droit constitutionnel, le droit administratif, les droits de l’homme, le droit international et la philosophie du droit.

Elle est coauteur de deux ouvrages sur les libertés publiques et de 7 articles scientifiques publiés dans des revues spécialisées notamment sur « la dignité humaine et l’égalité conjugale » ; « la laïcité dans les États d’Afrique francophone » ; « les libertés de réunions et de manifestations au Cameroun et ailleurs » etc. Elle poursuit la rédaction de 3 ouvrages sur Le droit fiscal camerounais, Les droits des victimes devant la Cour Pénale Internationale et sur Le doctorat au Cameroun entre banalisation et sublimation.

Elle est consultante en droit de l’homme et a participé à une dizaine de missions nationales soutenues notamment par le PNUD, la Banque Mondiale, l’ONU-FEMME et l’UNICEF en faveur des femmes, des jeunes filles et des enfants. Par ailleurs, elle a fait des études de communication et travaillé dans deux médias audiovisuels au Cameroun, d’abord comme journaliste et ensuite comme Directrice de publication. Dans ce cadre, elle a pendant 5 ans présentés une émission de promotion des femmes : « Parlons femmes ». À travers ce programme, elle a participé à plusieurs programmes de formation sur les women and gender’s.

Sadouni, Rachida Docteur -Maître Conférences, Traduction-Langues (Algérie)

Sadouni, Rachida Docteur -Maître Conférences
Université Blida 2, VILLE, Algérie
Discipline : Traduction-Langues
Année de Participation : 2018, 2019
Email : rachi130@yahoo.fr

Rachida SADOUNI a soutenu sa thèse de doctorat le 23 novembre 2014 à l’université Alger 2, Algérie. Elle est maîtresse de conférences, Chef de département adjointe, chargée de la post-graduation et de la recherche scientifique, à l’université Blida 2, Algérie. Elle a débuté sa carrière d’enseignante dans une académie militaire en Algérie, où elle a enseigné l’anglais technique de 2009 à 2012. Ensuite, elle a été recrutée à l’institut d’interprétariat et de traduction à l’université Alger 2, où elle a assuré les modules de traduction, analyse du discours, stylistique et méthodologie de la recherche, et ce, jusqu’en 2018, date de son transfert à l’université Blida 2 où elle enseigne actuellement la traduction.

Elle a présenté des communications orales dans des colloques internationaux en Algérie et à l’étranger, et est l’auteure de plusieurs livres dont : Un corps m’habite (trad., éd. Tira, 2019), Morsures d’avril (Édilivre A paris, 2016). Elle a publié plusieurs articles pluridisciplinaires, dont : « Traduction des proverbes et maximes dans Les Chemins qui Montent de Mouloud Feraoun », revue Dirassat, n° 43 (2016) ; « Literary Space as a Reflection of Identity : Algerian Writers of French Expression as a Case Study », in Spaces on the Move and Obliteration of Identities: Rebirth of Space and Identity, Siyasal Kitabevi, Ankara, Turquie (2015).

Dr. SADOUNI a une réelle maîtrise de l’arabe, le français et l’anglais. Elle parle l’espagnol et le Kabyle, sa langue maternelle. En 2013, elle a été lauréate du 2e prix du meilleur article sur les relations Sino-Algériennes, et du prix d’encouragement dans le Concours de nouvelles, organisé par l’association française féminine Forum Femmes Méditerranée. Elle a été deux fois lauréate de l’atelier sur les carrières féminines académiques en Afrique, organisé à Dakar, Sénégal, en décembre 2018 et novembre 2019. Elle a coordonné deux projets de télécollaboration universitaire depuis 2015 : PTAM et TAPPPar ailleurs, Dr SADOUNI a organisé, les 4 et 5 novembre 2019, un colloque international intitulé «La télécollaboration universitaire en classes de langues : Pratiques enseignantes, défis linguistiques et horizons culturels», à l’université Blida 2, Algérie.

Sanogo, Aïdas, Enseignante-Chercheure, Anthropologie Sociale, Centre Universitaire de Manga (  Burkina Faso)

Sanogo, Aidas
Docteur-Enseignante-Chercheure
Centre Universitaire de Manga (Burkina Faso)
Discipline : Anthropologie Sociale
Années de participation : 2018, 2019
Email : aidas.sanogo@unibas.ch

Aïdas Sanogo est enseignante chercheure en Anthropologie au Centre Universitaire de Manga, Burkina Faso. Elle est titulaire d’un doctorat en Anthropologie Sociale, de l’Université de Bâle, en Suisse, obtenu en 2019. Intitulée «That’s The Way it is». Urban Land Governance in Bouaké, Côte d’Ivoire, sa thèse s’articule autour de la thématique de la gouvernance foncière en milieu urbain. Avant d’être enseignante chercheure dans son pays, elle a également enseigné et mené des activités de recherche dans d’autres institutions de recherche en Afrique et en Europe, notamment à l’IHA- CREPOS (Institut Historique Allemand – Centre de Recherche en Politiques Sociales) au Sénégal (2019), à l’Université de Bâle (2018) et au Nordic Africa Institute en Suède (2012). Ses sujets de recherche de prédilection sont le foncier, les mouvements de populations (déplacement et relogement) et les processus d’urbanisation. Elle mène des recherches ethnographiques principalement en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Ghana. Elle a débuté un projet de recherche en 2019, qui se situe à l’intersection de l’anthropologie politique, l’anthropologie urbaine et l’anthropologie juridique. En utilisant les conflits fonciers ainsi que leurs processus de résolution comme point d’entrée, Aïdas Sanogo s’interroge sur les diverses similitudes, différences et nuances qui existent en matière de gouvernance foncière dans les villes de Bouaké (Côte d’Ivoire) et Kumasi (Ghana).

Seck, Aissatou, Doctorante, Histoire, Sénégal

Seck, Aissatou
Doctorante
Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal
Discipline : Histoire
Années de participation : 2019, 2020
Email : aseck@dhi-paris.fr

Aissatou SECK est doctorante en deuxième année de thèse à l’École Doctorale pour les Études sur l’Homme et la Société (ETHOS) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Elle est rattachée au département d’histoire de la Faculté des lettres et sciences humaine où elle a reçu sa formation en Histoire Moderne Contemporaine et en Histoire des relations Internationales et Stratégiques. Après l’obtention de sa License 3, elle s’est intéressée à l’histoire de la santé et de la médecine coloniale qui l’a amené à soutenir un mémoire de master2 intitulé « La trypanosomiase humaine en AOF : trajectoire d’un système de contrôle et les défis du service des grandes endémies, Sénégal 1901-1958». Dans la perspective de contribuer à l’historiographie de la santé et de la médecine en Afrique, sa thèse porte sur La bureaucratie sanitaire à l’épreuve de la gestion des grandes endémo-épidémies de l’Afrique de l’Ouest au XX siècle. À travers le concept de bureaucratie sanitaire, elle cherche à analyser les différentes pratiques de prévention, de médicalisation et de surveillance des maladies qui ont le plus marqué le planning des politiques de santé en Afrique de l’Ouest au cours du XXe siècle. Les orientations de sa recherche lui ont permis, depuis février 2019, d’intégrer en tant qu’assistante de recherche de niveau doctoral, le programme de recherche sur la Bureaucratisation des Sociétés Africaine, conduit par l’Institut Historique Allemand (IHA) de Paris et le Centre de Recherches sur les Politiques Sociales (CREPOS) de Dakar.

Song Bénédicte Bidjeck, Docteur , Enseignante, Philosophie de Droit, Cameroun

Song Bénédicte Bidjeck
Docteur -Enseignante
Université Catholique de Louvain, VILLE, Cameroun
Discipline : Philosophie de Droit
Années de Participation : 2019
Email : rosinesongb@yahoo.fr

Bénédicte Bidjeck Song est chercheuse au centre de philosophie du droit (CPDR) de l’Uclouvain. Elle est associée au laboratoire d’éthique que l’Ucac accueille.Après un master en philosophie classique à l’Ucac (2006) elle a enseigné la philosophie dans le secondaire. Parallèlement elle a éré Assistante de recherche au CERJUSP (Centre d’Études et de recherches sur la justice sociale et politique). Elle intègre le programme du consortium Erasmus mundus europhilosohie en 2011 et y réalise un master conjoint des universités de Toulouse Jean Jaurès, Charles de Prague et de L’Uclouvain où elle prépare une thèse dont le projet est : Désacraliser le roi. La question de l’Homo Sacer en Afrique ou l’autorité dans la phénoménologie du pouvoir comme condition anthropologique de la construction d’une intelligibilité de l’espace public dans son rapport à l’État.Elle s’intéresse à « l’après » -colonisation qui, sans être absente de l’actualité politique du continent, ne permet pas seule d’identifier les enjeux de l’Afrique qui sont aussi ceux du monde globalisé. D’où l’attention qu’elle porte au sacré comme catégorie politique dont l’instrumentalisation peut servir de justificatif pour instaurer la domination et la violence d’un groupe, des élites au pouvoir sur les autres citoyens ou d’un genre sur un autre.Parmi ses travaux publiés :

« Justice métagenrée; peut-être une question de reconnaissance », in Théories de la justice , Justice globale, agents de la justice et justice de genre, Presses universitaires de Louvain, 2016.​ « Un État à l’école du mécénat de la culture», in Les réalités et les défis d’une renaissance africaine, sous la direction de C L Chadon Adam, P-N Mavoungou-Pemba, Sidy Tounkara, Paris, L’Harmattan, 2015. En cours de publication sous la direction M Nanteuil, T Amougou dans le cadre d’une étude des travaux d’Achille Mbembe ; « Elles à l’ombre du soleil des indépendances »

TOUSSE, Josiane, docteur- Enseignante-chercheur , socio-anthropologie politique (Cameroun)

TOUSSE, Josiane
Doctorante -Enseignante Chercheure
Université de Yaoundé, Yaoundé, Cameroun
Discipline : Science politique
Années de Participation : 2020
Email : jo_cham2002@yahoo.fr

 Socio-anthropologue et politologue, Docteur Josiane TOUSSE DJOU est depuis 2014, titulaire d’un doctorat en socio-anthropologie à l’Université de Yaoundé II au Cameroun. Portant intérêt sur les questions de la décentralisation, de la gouvernance et de la démocratie locale, ses travaux abordent également les thèmes suivants : sociologie du mariage, genre et politique, politiques de développement, agriculture, religion, internet et migration. Depuis 2011, elle est enseignante au Département de Science Politique à la Faculté de Sciences Juridiques et Politiques de l’Université de Yaoundé II à Soa. Elle enseigne les Unités de valeur telles que l’anthropologie politique, la Sociologie générale, Modèles politiques de Colonisation en Afrique. Elle a présenté des communications orales dans des colloques et congrès internationaux au Cameroun, en Afrique et en Europe. Elle est l’auteure de plusieurs articles publiés dans des ouvrages collectifs et les revues scientifiques.

ZOUNON, Ornheilia , Doctorante-Enseignante Chercheuse , Psychologie, Bénin

ZOUNON, Ornheilia
Docteur -Enseignante Chercheure
Université d’Abomey-Calavi, Abomey-Calavi, Bénin
Discipline : Psychologie
Année de Participation : 2019, 2020
Email : ornheilia@gmail.com

Née le 14 septembre 1987, à Lomé au Togo, et de nationalité béninoise, Ornheilia Zounon est Enseignante-Chercheure, au Département de Psychologie de l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin) depuis le 7 avril 2016 et Maitre-Assistant des Universités du CAMES (2019). Elle est l’actuelle chef adjointe dudit département.

Titulaire d’un doctorat en psychologie de l’Université Jean Jaurès Toulouse 2 (France), sa thèse de doctorat intitulée « Trois études de santé publique au Bénin : Maladie génétique et accidents corporels » a été défendue le 19 juin 2014 à Toulouse, et sanctionnée de la mention très honorable avec félicitations du jury. Elle est, en outre, psychologue clinicienne, spécialisée en psychopathologie du stress dans la maladie et cumule plusieurs années d’expérience en psychologie clinique et psychologie de la santé.

Elle a une vision transversale et interdisciplinaire de la recherche et considère que les sciences s’enrichissent mutuellement. Elle s’applique ainsi à travailler avec des collègues d’autres disciplines telles que la médecine, la socio-anthropologie, les sciences du langage et de la communication, afin d’apporter plusieurs prismes de lecture à ses thématiques de recherche que sont : les maladies génétiques, l’image corporelle, la communication sociale, la perception des risques de santé, les mutations sociales…

Elle a à son actif une quinzaine de travaux publiés dans des revues aussi bien à impact factor que dans des revues nationales et régionales et/ou valorisés lors de communications livrées lors de participations à des colloques nationaux et internationaux. On peut citer :

  • Zounon O., Anani L., Latoundji S., Sorum P. C., Mullet E., (2012). Misconceptions about sickle cell disease (SDC) among lay people in Benin. Preventive Medicine, 55, 251-253.
  • Ahouandjinou G., Badou A., Zounon O., (2019). Le discours transgressif dans l’expression musicale urbaine transnationale en Afrique
    de l’Ouest à l’aune des médias sociaux, Colloque international CMCL’ 19, Lyon (France).Elle est membre de la très prestigieuse Académie des Jeunes Scientifiques du Bénin.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search