Johara Berriane

Après des études d’anthropologie historique, de science politique et d’islamologie à l’Université Albert-Ludwigs de Freiburg et à l’EHESS de Paris, Johara Berriane obtient, en 2014, son doctorat à l’Université Libre de Berlin. Sa thèse porte sur les pratiques, représentations et enjeux autour du sanctuaire soufi d’Ahmad al-Tijânî à Fès. Elle séjourne ensuite comme postdoctorante à l’International Migration Institute de l’Université d’Oxford et à la Chaire d’Études africaines comparées de l’Université Mohammed VI-Polytechnique, avant de rejoindre l’équipe du projet IHA-CREPOS.

Dans ses travaux, elle s’intéresse aux pratiques transnationales des confréries soufies (notamment la Tidjaniyya), aux mobilités et migrations africaines et aux pratiques bureaucratiques de groupes religieux (chrétiens et musulmans) au Maroc et au Sénégal . Elle est l’auteure de l’ouvrage Ahmad al-Tijânî de Fès: un sanctuaire soufi aux connexions transnationales, Paris : L’Harmattan, 2016.

Dans le cadre du projet IHA-CREPOS, ses recherches portent sur « Identités de papier et bureaucratisation du ‘croire’ entre le Maroc et le Sénégal ».

Page personelle sur Academia


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.