Covid 19 au Sénégal en 2020 : Gestion étatique, perceptions et postures des populations dans la capitale dakaroise.

La notification officielle de la COVID-19 au 2 mars 2020 a placé le Sénégal au rang de quatrième pays africain ayant enregistré un cas covid. Dès lors, la menace sanitaire n’était plus lointaine avec son lot de spéculation mais une réalité proche. L’inquiétude était grandissante dans les pays africains où le secteur de la santé est appelé à « se refaire ».[1] Au Sénégal, le faible plateau technique disponible pour les malades fut la plus grande inquiétude des épidémiologistes du pays. Ainsi, la coordonnatrice du centre de traitement de l’épidémie à l’hôpital universitaire de Fann à Dakar s’inquiétait au début de la pandémie du manque d’équipement dédié au traitement du coronavirus, du nombre de lits très limité (12 lits pour tout le pays) et du faible approvisionnement en oxygène.[2] Cette réalité perceptible dans beaucoup de pays africains faisait craindre « des millions de morts »[3] avec la propagation du coronavirus sur le continent. Entre les prévisions des institutions internationales et la limite des moyens pour contenir l’épidémie, l’État du Sénégal et son ministère de la santé ont opté pour l’adoption et l’application de différentes mesures de ripostes que la majorité de la population dakaroise ont reçu avec beaucoup d’appréhensions. En mobilisant des données issues d’une enquête quantitative que j’ai effectuée sur l’épidémie en septembre 2020 dans la capitale sénégalaise avec 260 personnes interviewées sur la base d’un questionnaire, ce texte analyse la conduite des populations face à la gestion étatique de la COVID-19 au cours de l’année 2020 et leurs opinions sur cette maladie.

  • Les mesures étatiques de la COVID-19 au Sénégal

Sous les orientations et l’expertise du Comité de Gestion des Épidémies du Sénégal (CGES), les pouvoirs publics ont pris des mesures sanitaires restreignant les libertés en vue d’endiguer la COVID-19 et sa propagation au Sénégal. L’évolution de l’épidémie dans la région de Dakar et d’autres villes sénégalaises, motiva la promulgation du décret de l’état d’urgence sanitaire assorti d’un couvre-feu national (20h du soir à 6 h du matin) le 23 mars 2020. Dans son allocution télévisée le même jour, le président Macky Sall annonçait un chiffre de 1561 personnes confinées qui ont eu contact avec la maladie et estimait ainsi que le Sénégal « courait un sérieux risque de calamité publique ».[4] Tout en insistant sur l’éventualité de corser les mesures prises suivant l’évolution de la circulation du virus, l’État d’urgence favorisa aussi l’interdiction de circuler sur l’ensemble du territoire national.[5] A ces mesures restrictives, ajoutons l’arrêté ministériel du 10 juillet 2020 prescrivant l’obligation de port de masque dans les lieux publics et privés.[6] Les forces policière et de la gendarmerie étaient mobilisées pour veiller aux respects des mesures d’urgence sanitaires et des mesures barrières dans le pays.

Dans son plan stratégique de riposte contre la COVID-19, l’État ne s’est pas fié simplement aux mesures administratives et policières pour gérer l’épidémie. En effet, l’approche communautaire a été d’un grand apport avec l’implication des acteurs de la société civile. Les autorités religieuses ont aidé l’Etat à faire passer certaines mesures avec notamment la fermeture des mosquées, des églises, et le port des masques. En effet, certains de nos interlocuteurs affirment ne pas se soucier de l’existence de la maladie mais estiment porter le masque uniquement parce que leur guide religieux l’avait porté. L’autorité religieuse incarne ainsi pour eux plus de légitimité que l’Etat dans le respect des mesures barrières. Les musiciens, sportifs, relais communautaires[7], se sont réunis pour accompagner les campagnes de sensibilisation en incitant les populations à respecter les mesures sanitaires et à « rester chez eux ». Cependant, la faible mortalité (selon les chiffres officielles) et les impacts économiques dans les secteurs du commerce et du transport ont fait que beaucoup de sénégalais commençaient vite à douter de la nécessité et l’efficacité des mesures de lutte étatique contre la COVID-19, particulièrement à Dakar.

  • Les représentations populaires autour de la Covid 19 à Dakar.

La région de Dakar concentre quatre grands districts et une importante banlieue qui absorbe les départements de Pikine, Guédiawaye et Rufisque. Hormis quelques emplois salariés, la majorité de la population résidente dans ces différentes localités s’activent dans le secteur informel pour assurer leurs survies économiques et celle de leurs familles. Ainsi, le durcissement des mesures sanitaires (fermeture des marchés, couvre-feu, interdiction de voyager d’un département à l’autre, etc.), ont accentué les difficultés économiques des populations bien que l’Etat a organisé la distribution des aides alimentaires issue des fonds mobilisés pour la lutte contre la COVID19 au Sénégal.[8] Cette situation a fait que la pandémie est devenue une banalité pour une majorité de la population dakaroise à travers leurs pratiques et leurs discours. En effet, certaines personnes auprès de qui, j’ai adressé mes questionnaires soutenaient que la Covid 19 n’est pas une maladie pour les noirs, c’est un simple rhume qui ne peut pas les tuer.[9]

Ils justifient ce point de vue par la situation létale de l’épidémie qui faisait beaucoup plus de morts dans les pays européens qu’en Afrique, mais sans prendre en compte la démographie et d’autres facteurs qui pourront expliquer la différence. L’existence de la maladie est ainsi remise en cause faute de connaître des personnes ayant été infectées. C’est l’exemple de la réponse suivante recueilli au sein d’une famille dans le district sanitaire de Dakar-ouest : « Nous ne connaissons aucune personne victime du coronavirus ». J’ai été en permanence interpellé par mes interviewés qui me demandent si je connaissais un cas de COVID-19. Pour eux, « On veut nous faire croire que c’est une maladie grave en nous fatiguant avec des mesures barrières qui nous prive de profiter quotidiennement de nos activités économiques, sociales, religieuses ». Ils poursuivent pour dire ceci : « nous gagnons notre subsistance quotidienne avec ces activités, ce n’est pas l’Etat qui nous le donne. Nos enfants sont tous là sans travails, et maintenant, ils veulent bloquer nos revenus avec cette simple maladie qui ne tue pas ».[10]

Au Sénégal comme dans d’autre pays, certaines personnes pensent que « l’État a comploté derrière la population avec la COVID-19 ». En effet, cette représentation dominait aussi les discours lors de nos enquêtes. C’est le cas de ce témoignage d’un étudiant dont la mère était déclarée positive à la COVID-19 :

« Ma maman est hypertendue depuis des années, et cela lui arrive souvent d’avoir le corps chaud, nous l’avons amené à l’hôpital un jour à cause de cela, mais les médecins ont dit qu’elle avait la covid, chose que je n’ai pas cru parce que nous vivons dans une grande famille et personne d’autre n’a été mis en quarantaine ; ma mère qui a été gardée quelques jours et déclarée guérie. Depuis, je ne me fatigue plus avec toutes ces mesures barrières, je ne crois pas à l’existence de cette maladie, ou bien si elle existe les autorités ne nous disent pas la vérité ».[11]

Cet interlocuteur exprime ainsi une réserve et des doutes sur la fiabilité des chiffres (nombre de cas de contamination et des décès) annoncés par le ministère de la santé et de l’action sociale du Sénégal chaque jour. Pour lui et beaucoup d’autres personnes que j’ai interrogées, l’appel du président de la République qui incite les populations à « apprendre à vivre avec le virus » appelle à des interrogations sur l’existence de la maladie ou sur sa dangerosité. Pour eux, la gestion de la COVID-19 a révélé beaucoup de tâtonnement et de contradictions et certaines estiment que les fonds mobilisés pour la gestion pouvaient servir à résoudre des questions sanitaires plus importantes au Sénégal. C’est le point d’un de mes enquêtés vivant avec une maladie chronique. Il souligne :

« Nous avons appris depuis longtemps à vivre avec les virus : le paludisme, le sida, le cancer, les maladies chroniques sont tous là. C’est plutôt l’État qui doit apprendre à développer la santé et nos structures de soins pour une meilleure prise en charge des populations malades. Ce n’est pas digne de la part de nos autorités politiques d’aller se faire soigner à l’étranger avec leurs familles et nous laisser mourir dans nos hôpitaux par manque de moyens, d’infrastructures de soins et de personnels de santé qualifiés. Je suis un commerçant et les mesures prises par l’État contre la COVID-19 n’ont fait qu’empirer ma situation et en plus, cette COVID-19 n’est rien comparé à la mortalité des insuffisances rénales ou du cancer dans les hôpitaux de Dakar ».[12]

Paradoxalement, aux suspicions populaires sur la gestion étatique de la pandémie au Sénégal, nous avons constaté que plusieurs personnes à Dakar reconnaissent avoir eu des symptômes qui ressemble à la COVID-19, mais ont préféré se contenter de l’automédication locale par peur de se rendre à l’hôpital, d’être enregistré dans le lot des « malades covids », d’exposer leurs familles à des confinements quarantenaires et de devoir supporter la stigmatisation sociale. Ainsi, il faut dire que tous ces facteurs font que les décisions de l’État dans la gestion de la COVID-19 sont souvent mal accueillies. Ce malentendu s’exprime surtout à Dakar avec les couvre-feux, le confinement quarantenaire des familles et personnes suspectes de la maladie. Ainsi, comme le souligne les auteurs de Covid19 : la grande réinitialisation[13], les autorités qui réclament de vouloir protéger la population en appliquant des mesures de confinement sont souvent perçues comme des représentants de l’oppression.

Conclusion

Au regard de nos enquêtes sur la COVID-19 à Dakar, il ressort qu’une grande partie de la population dakaroise ne conçoivent pas la pandémie comme une menace de santé publique qui mériterait que l’État du Sénégal prenne des actes administratifs leur empêchant de mener quotidiennement à leurs activités économiques, et de disposer pleinement de leur liberté. Aussi, les populations ne respectent souvent les mesures de prévention que par crainte de sanctions (arrestations, amandes, violence policière, etc.). Sous ce rapport, les stratégies de gestion étatique de la COVID-19 ne semblent pas convaincre les populations à adhérer à la lutte contre la pandémie au Sénégal. Ces difficultés contribuent à la circulation du virus comme ce fut le cas avec les épidémies du passé connues et comme nous pouvons l’observer en cette début d’année 2021. Si pour prévenir les risques de contamination, certains médecins, industriels pharmaceutiques, pouvoirs publics pensent que la vaccination constitue l’unique option, au Sénégal, notamment à Dakar, une grande majorité de la population est réticente à l’idée du vaccin contre la COVID-19.[14]

 

 

[1] E. Eben-Moussi, L’Afrique doit se refaire une santé. Témoignage et réflexion sur 4 décennies de développement sanitaire, Paris, Harmattan, 2006.

[2] « Coronavirus au Sénégal : garder le virus à distance », BBC News-Afrique, 5 octobre 2020, en ligne : https://www.bbc.com/afrique/region-54412783.

[3] Antonio Guterres, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), interview accordée le 27 mars à France 24 et RFI.

[4] Macky Sall, Déclaration d’état d’urgence dans le cadre de la lutte contre la maladie à coronavirus COVID 19, en ligne : https://www.sec.gouv.sn/.

[5] J.O.R.S, 165 année- n°7297, arrêté ministériel n° 008581 portant prorogation de l’interdiction temporaire de circuler sur l’étendue du territoire national, Dakar, le 4 avril 2020.

[6] J.O.R.S, 165 année- n°7338, Arrêté ministériel n° 011592 du 10 juillet 2020 prescrivant le port obligatoire de masque de protection dans les lieux publics et privés, Dakar, le 10 juillet 2020.

[7] Il s’agit des « badianou gox », des associations de quartiers ou villageoises, des agents communautaires formés dans les structures de santé etc.

[8] J.O.R.S, 165e année-n°7302, fixant les règles d’organisation et de fonctionnement du « Comité de suivi de la mise en œuvre des opérations du FORCE COVID 19 », Dakar, le 18 avril 2020.

[9] Dans les différents districts de Dakar où nous avons effectué des entretiens et observations participatives sur les débats autour de l’épidémie, cet argument racial a été évoqué par un grand nombre de nos enquêtés pour dénoncer l’inutilité des mesures étatiques de cette maladie en Afrique.

[10] Entretien avec un chef de ménage à Dakar Sud en septembre 2020.

[11] Entretien avec un étudiant à Dakar centre en septembre 2020.

[12] Entretien avec un commerçant à Dakar Nord en septembre 2020.

[13] Klaus Schwab et Thierry Malleret, COVID-19 : La Grande Réinitialisation, Forum Economique mondiale, Genèse Suisse, septembre 2020, 184 pages.

[14]  A la question de savoir « accepteriez-vous de vous faire vacciner ? », sur les 260 personnes interrogées moins de 30 personnes répondaient affirmative, environ 60 était indécise et environ 170restaient catégoriques à l’idée de se faire vacciner.

 

Photo : Décret présidentiel de l’état d’urgence au Sénégal

Source : Journal officiel du Sénégal, 165e année n° 7296, avril 2020

Aissatou Seck

Aissatou Seck est chercheuse en Histoire de la santé à l’Ecole doctorale sur l’Etude de l’Homme et la Société de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Elle est doctorante au sein du programme de l’IHA-CREPOS sur la Bureaucratisation des sociétés africaines dont elle est devenue membre depuis février 2019.

More Posts


Aissatou Seck

Aissatou Seck est chercheuse en Histoire de la santé à l’Ecole doctorale sur l’Etude de l’Homme et la Société de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Elle est doctorante au sein du programme de l’IHA-CREPOS sur la Bureaucratisation des sociétés africaines dont elle est devenue membre depuis février 2019.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search