Résumé de l’atelier « Carrières académiques féminines en Afrique », en ligne, 30 juillet au 25 août 2020

Ecrit par Susann Baller et Khady Ndour

Le Merian Institute for Advanced Studies Africa (MIASA) en partenariat avec l’Institut historique allemand de Paris (IHA) et la Fondation Heinrich Böll Sénégal ont organisé du 30 juillet au 25 août 2020 un atelier sur les « Carrières académiques féminines en Afrique ». Cet atelier a été initialement prévu d’avoir lieu du 16 au 17 avril 2020 à Dakar en présentiel, mais a finalement dû se dérouler en ligne à cause de la crise sanitaire qui sévit dans le monde depuis février 2020 (Covid-19).

L’atelier a été co-organisé par Dr. Susann Baller (IHA), directrice du programme « La bureaucratisation des sociétés africaines » (IHA-CREPOS), Dr. Laure Carbonnel, chercheuse postdoc (IHA-CREPOS) et Dr. Selly Ba responsable du programme « Genre et démocratie » de la fondation Heinrich Böll Dakar. Seize chercheuses en sciences sociales et humaines de neuf pays africains (Sénégal, Mali, Niger, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Togo, Benin, Cameroun, Uganda) ont bénéficié d’une formation et de séances de coaching animé par Patricia Sennequier, directrice de Beautiful Soul.

L’atelier a été composé de deux séances plénières de deux heures (séances d’ouverture et de clôture) et trois séances sur des modules différents. L’atelier a adressé trois modules : (1) « La Communication assertive », (2) « Gérer ses relations avec son supérieur » et 3) « Construire des équipes performantes ». Deux groupes de quatre personnes ont participé au module 1, un groupe au module 2 et un autre groupe au module 3. Chaque module a été divisé à une séance de formation (deux heures) et deux séances de coaching de groupe (total de trois heures).

La séance d’ouverture

La séance d’ouverture a été organisé le lundi, 30 juillet 2020, 10h00-12h00 (heure de Dakar) sur ZOOM et a démarré par des informations logistiques et des mots de bienvenue de Susann Baller (IHA), Laure Carbonnel (IHA-CREPOS), Usha Ziegelmayer (directrice de la Fondation Heinrich Böll Sénégal), Selly Bâ (Fondation Heinrich Boell Sénégal) et Patricia Sennequier (Beautiful Soul). Ensuite, chaque participante s’est présentée et a évoqué ses attentes et motivations à participer à la formation ainsi que ses expériences depuis un premier atelier qui a eu lieu à Dakar en novembre 2019. Parmi les résultats du premier atelier a été la création d’un groupe WhatsApp qui fonctionne de façon très animé comme espaces d’échange, d’encouragement et de partage d’informations. La session d’ouverture a également permis de faire un résumé sur les billets de blog soumis après l’atelier de 2019. Ces billets adressent les thèmes suivants : « Promotion (de carrières) », « réseaux (académiques) », « priorités », « influence » et « oser dire ». Ces billets seront publiés sur le blog https://ihacrepos.hypotheses.org/.

Communication assertive

Deux groupes de quatre participantes ont travaillé sur le thème « Communication assertive » ce qui reflète l’intérêt que ce sujet a suscité. C’est une compétence clé dans l’enseignement supérieur et la recherche où il faut savoir s’imposer sans apparaître « trop dominante » ou « agressive ». Les défit pour des femmes dans le monde universitaire est doublement difficile : Les études ont démontré que l’usage de l’assertivité par des femmes est, à cause des préjugés et stéréotypes, souvent mal perçu, alors que beaucoup de personnes acceptent mieux le « pouvoir relationnel » (sociabilité, gentillesse) des femmes. Cependant, elles peuvent appliquer différentes stratégies : * utiliser la chaleur humaine comme moyen pour s’imposer, * s’appuyer sur des stratégies d’amplification (se soutenir entre elles, attirer l’attention sur ce que une autre femme dit), * se mettre avant une situation de communication dans une « power poses », * bien préparer une discussion en définissant les objectifs, valeurs, émotions, risques, stratégies.

Gérer ses relations avec son supérieur

Un groupe de quatre personnes a participé au module « Gérer ses relations avec son superviseur ». Le contexte universitaire comprend un nombre d’hiérarchies institutionnelles : le directeur de thèse, de l’UFR, du programme de recherche ou bien le doyen. Ce module a insisté de comprendre les relations de travail à travers le concept de « followers » et « leaders ». En tant que « follower » on peut jouer un rôle central dans le groupe ou évoluer à ses marges. Pour choisir ses stratégies individuelles consciemment et améliorer ses compétences de « followers », il faut connaître le style de son superviseur, qui peut avoir un style de dominance (direct, tenace), d’influence (expansif, enthousiaste), de conscience (analytique, réservé) ou de stabilité (conciliant, diplomate). S’adapter par rapport à son superviseur permet à lui apercevoir de manière plus positive (lui comprendre), mais aussi de rompre avec ses propres prédispositions, si nécessaire. Dans cette démarche, demander son superviseur de « feedback » peut faciliter la compréhension entre l’un et l’autre.

Construire des équipes performantes

Un quatrième groupe a suivi le module « Construire des équipe performantes ». Les équipes académiques peuvent prendre différentes formes : un réseau informel, une unité de recherche, un département, une association professionnelle etc. Le travail en équipe dépend de l’ampleur de l’interdépendance de ses membres, mais aussi de leurs valeurs partagés (modèles mentaux). Le PPP de la formation l’a dit : « Il est très difficile de travailler en équipe avec des personnes qui n’ont pas de sens du collectif ». En même temps, la cohésion du groupe se crée : Elle passe d’une absence de confiance à la confiance (on peut compter sur les uns et les autres) à un sens de responsabilité de se soutenir et une agilité d’intégrer des nouveaux membres et de reconfigurer les fonctions. Une stratégie est la communication interpersonnelle : l’écoute active, la reformulation, la clarification et la transparence d’informations partagées. Une autre compétence est le leadership (partagé), qui se base sur une délégation de tâches et qui encourage des initiatives dans la collaboration.

La session de clôture

Cette session s’est déroulé le lundi 25 août 2020 de 10h à 12 (heure de Dakar) avec une plénière et des séances de groupe sous l’organisation technique de l’équipe de Beautiful Soul. La séance de clôture a permis à la restitution des travaux de groupes, de l’importance et impact de chaque module pour les participantes dans leur évolution professionnelle. Chaque groupe de différents modules soumettra un rapport d’activité qui sera publié sur le blog du programme de recherche. La rencontre s’est clôturée par les remerciements, félicitations et encouragements d’usages adressés par Susann Baller (IHA), Laure Carbonnel (IHA-CREPOS), et Usha Ziegelmayer Fondation Heinrich Boell Sénégal. La séance s’est soldée par une remise digitale des attestations et les remerciements des participantes.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search