Le personnage de l’alkati en Sénégambie : évolution d’une figure de régulation sur la longue durée

Aziz Diagne (IHA-CREPOS/ Université Cheikh Anta Diop Dakar)

Au Sénégal, le terme alkati renvoie aux gendarmes, aux policiers et aux douaniers comme il est défini dans les récits de voyage de l’Abbé Boilat intitulés Esquisses sénégalaises[1]. Cette appellation viendrait du rôle de contrôle et de régulateur que l’alkati jouait depuis l’ouverture de la Sénégambie sur l’atlantique. Les correspondances de 1861 trouvées dans les Archives nationales du Sénégal montrent l’importance de l’alkati pour l’appareil administratif colonial, particulièrement dans la collecte des impôts auprès des populations.[2] Frédéric Carrère et Paul Holle décrivaient l’alkati dans la zone de Saint Louis au milieu du XIXe siècle comme un »chef de village«, »nommé par le gouverneur et placé sous l’autorité du maire« pour collecter les redevances des caravanes.[3]

En Gambie, l’alkati a la fonction de chef de quartier. Assan Sarr traduit le terme de façon littérale en »town-master«. À la veille de la colonisation britannique, chaque ville avait son alkati qui devait sanctionner les délits civils et gérer la terre. Bien que leurs décisions nécessitaient souvent l’approbation du roi, les alkati disposaient d’une autonomie partielle en gérant certaines affaires sans qu’elles  n’arrivent jusqu’au roi.[4] Pendant la période coloniale, l’alkati était désigné par l’administration coloniale et recevait des ordres du gouverneur.[5] Il jouait aussi le rôle d’intermédiaire entre les populations et l’administration coloniale en percevant les redevances.[6] Aujourd’hui le rôle attribué à l’alkati lui confère la place de régulateur social et de représentant de l’Etat en Gambie. Il est de son ressort de délivrer des papiers administratifs comme le certificat de domicile et d’intervenir lorsqu’il y’a des conflits dans son quartier.[7]

L’appellation »alkati« apparait dans la littérature, les sources d’archives et les récits de voyages sur la Sénégambie sous différentes écritures. On peut y rencontrer »alkati«, »alcaide«, »alcade«, »alkair«, »alkalo« (et en pluriel »alcalolu«), »alkalos«[8]. La plus ancienne occurrence du terme en Sénégambie remonte au XVe siècle. Il est probable que le terme soit venu de l’arabe »al-qādī« qui signifie juge, arbitre, magistrat dans la littérature arabe. Il est possible qu’il ait été introduit soit par l’influence de l’Islam ou bien aussi par des Portugais depuis le XVe siècle.[9] Au Portugal, le terme a été emprunté de l’espagnole sous l’influence des Almoravides. »Alcalde«, toujours avec une étymologie arabe, désigne en espagnole »maire«, et dans l’histoire d’al-Andalus, l’»alcalde« avait des fonctions administratives et juridiques dans des espaces urbaines.[10] De même qu’en arabe et en espagnole, le terme peut avoir différentes significations dans l’histoire sénégambienne.[11] Mais toutes ces différentes significations depuis le XVe siècle, tournent autour de l’image d’une figure administrative et d’un intermédiaire. Ainsi, la figure de l’alkati a attiré notre attention en tant qu’exemple d’un processus de bureaucratisation précoloniale en Sénégambie du XVIe au XVIIIe siècle.

Les transformations du Grand Jolof et l’introduction de l’alkati

Dans la seconde moitié du XVe siècle, une situation économique nouvelle dans un contexte où le Grand Jolof prédominait tout l’espace allant du fleuve Sénégal au fleuve Gambie, apporta des changements dans l’architecture politique. Les provinces vassales du Jolof notamment le Kajoor s’émancipèrent et s’affirmèrent comme de nouvelles entités politiques indépendantes. En effet, depuis l’arrivée progressive des navigateurs européens sur les côtes sénégambiennes notamment les Portugais suivis plus tard par, entre autres, les Anglais, les Français et les Hollandais, les provinces vassales du Jolof profitent de leur position favorable sur l’atlantique, pour entrer directement en contact avec les commerçants européens. Ainsi, elles parviennent à bien tirer profit de ce commerce, ce qui permet à leurs souverains de prélever des taxes sur l’ensemble du trafic.[12]

D’après Eduardo Costa Diaz et José da Silva Horta, l’ouverture de l’atlantique nécessita de nouvelles fonctions, telle que l’alkati, qui s’affirma dès la seconde moitié du XVe siècle, une figure multiple »représentant les chefs et rois« et »fixant les conditions de commerce«.[13] Ousmane Traoré, parlant de la même période, traduit l’alkati comme »ministre« avec la tâche du contrôle des côtes sénégambiennes et la collecte des taxes du commerce.[14] Le voyageur capverdien André Àlvares de Almada mentionne au XVIe siècle que l’alkati devait collecter des redevances et en même temps »acheter les choses nécessaires aux rois«[15]. Les alkati jouèrent alors le rôle d’agents commerciaux des rois.

Avec cette nouvelle fonction, le commerce commençait à être règlementé, permettant ainsi aux provinces côtières de bénéficier économiquement et militairement de ce trafic nouveau et ainsi de s’affirmer en tant qu’entités nouvelles sur la scène politique au XVIe siècle. L’alkati devenait, dès lors, un pilier important dans la configuration politique des nouveaux royaumes en tant qu’intermédiaire entre les commerçants et le roi. L’agent anglais Richard Rainolds signale avoir rencontré des alkati dans des points de traite en Sénégambie en 1591. Il décrit l’alkati du Kajor en ces termes : »[l’]alcaide ou gouverneur et une suite nombreuse sont venu dans leurs canots et sont montés à bords pour autoriser le mouillage de la pinasse et percevoir la taxe royale du mouillage«[16].

Bien que ce passage de Rainolds montre que l’accès des commerçants à la terre était contrôlé, il montre aussi comment les souverains de l’époque ont pu tirer profit du commerce atlantique. On peut donc s’accorder avec Rokhaya Fall pour dire que c’est la »règlementation du commerce«[17] qui a permis aux souverains des provinces vassales de s’enrichir et de se libérer de la tutelle du Jolof. Lorsque les provinces se sont affirmées comme des entités indépendantes, les souverains ont maintenu leur contrôle sur les points de traite.

Les alkati sont au XVIIe siècle les »maitres des rivières qui sont ceux qui donnent à tous les habitants, les uns après les autres la permission de pécher«[18]. De l’autre côté, il semble aussi que l’alkati pouvait jouer le rôle de traducteur pour les commerçants européens. Du moins c’est l’impression qu’on peut avoir en lisant le récit de Richard Jobson, commerçant anglais du XVIIe siècle. Ce dernier fait savoir dans son récit que c’est seulement à Cassan, le principal port sur la Gambie, qu’il y a eu besoin de se trouver un alkati pour lui servir d’intermédiaire et de représentant local.[19] Ainsi, le personnage de Boukar Sano se chargeait de négocier au nom de Richard Jobson avec le roi à Tenda sur la haute Gambie[20].

Au XVIIIe siècle, le facteur anglais de la compagnie royale britannique sur la Gambie Francis Moore décrivait ces chefs locaux qui leur servaient d’intermédiaires et d’agents moyennant des cadeaux et d’autres paiements[21]. Jean Baptiste Durand, administrateur de la compagnie du Sénégal au XVIIIe siècle, apporte plus de précision pour cette période. Il note que dans l’espace mandingue, il y’avait dans les grands centres, un magistrat nommé »alkaid« avec un statut héréditaire. Il assurait l’ordre, percevait les droits imposés aux voyageurs et présidait les séances du tribunal de justice.[22]

On peut alors noter que depuis la création de la fonction de l’alkati en Sénégambie, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’alkati jouait alors le rôle d’intermédiaire entre les souverains et les commerçants européens, de collecteur d’impôts et d’agent commercial pour les souverains et, dans certains cas, pour les commerçants anglais. Toutefois, à partir du XIXe siècle, avec le passage progressif vers la conquête coloniale puis avec la colonisation, la fonction évolua. L’alkati devint désormais un représentant de l’appareil administratif colonial.

 

© Image: Paterna, socarrat decorato con una nave, forse una caravella, 1400-50 ca., en ligne; https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Paterna,_socarrat_decorato_con_una_nave,_forse_una_caravella,_1400-50_ca._(madrid,_museo_arqueol%C3%B2gico_nacional).jpg?uselang=pt (accès le 25 janvier 2021)

 

[1]  Abbé P. D. Boilat, 1984 [orig. 1853], Esquisses sénégalaises, Paris, Karthala, p. 31.

[2] ANS : 11D/ 1326, Lettre de Meissa Leye au Lieutenant André. Compte rendu de son voyage à Sali Portugal, 29-11-1861. Meissa Leye fut nommé alkaty par la France, chargé de la collecte des impôts.

[3] Frédéric Carrère et Paul Holle, 1855, De la Sénégambie française, Paris, Librairie de Firmin Didot, p. 10.

[4] Assan Sarr, 2016, Islam, Power and Dependency in the Gambia River Basin. The Politics of Land Control, 1790-1940, Rochester, University of Rochester Press, p. 1.

[5] Ibid., p. 167.

[6] Voir Paul Nugent, 2019, Boundaries, Communities and State-Making in West Africa. The Centrality of the Margins, Cambridge, Cambridge University Press, p. 353 et 246.

[7] Entretiens du 7 avril 2018 à Kawuur avec les alkatis Moustapha Ndiaye de Kawuur Warftown et Ousseynou Janneh de Kawuur Janneh Counda.

[8] Voir pour « alcaide », « alcade », « alkair » Eduardo Costa Diaz et José da Silva Horta, La Sénégambie : un concept historique et socioculturel et un objet d’étude réévalué, Mande Studies, vol. 9, 2007, pp. 9-19, ici p. 12 ; et pour « alkalo », « alkalos » (version plutôt gambienne) Paul Nugent, Boundaries, Communities and State-Making, op. cit., p. 290-292, et Assan Sarr, Islam, Power and Dependency, op. cit., p. 1, 77, 80 et 162.

[9] Richard J. Blakemore, 2015, West Africa in the British Atlantic: Trade, Violence, and Empire in the 1640s, Itinerario, no. 2: Africa in the Atlantic World, pp. 299-327.

[10] Joseph F. O’Callaghan, 1975, A History of Medieval Spain, New York, Cornell University Press, p. 269-271.

[11] Costa Diaz et da Silva Horta, La Sénégambie : un concept historique, op. cit., p. 12.

[12] Jean Boulègue, 1987, Le grand Jolof (XIIIe–XVIe siècle), Paris, Karthala, p. 115.

[13] Costa Diaz et da Silva Horta, La Sénégambie : un concept historique, op. cit., p. 12.

[14] Ousmane Traoré, 2009, State Control and Regulation of Commerce on the Waterways and Coast of Senegambia, ca. 1500-1800, dans: Carina E. Ray et Jeremy Rich (eds.), Navigating African Maritime History, Liverpool, Liverpool University Press, p. 57-80, ici p. 59.

[15] Almada A. Alvares., cité par Jean Boulègue, op. cit, p. 115.

[16] Richard Rainold, 1971, (Trad. Boulègue J. & Marquet R), « Le voyage de Richard Rainold en Sénégambie (1591) », B.I.F.A.N., série B, t. XXXIII, p. 6.

[17] Rokhaya Fall., 1979, « la royauté et le pouvoir royal dans le Kajoor précolonial (XVIe – XVIIIe siècle) », mémoire de maitrise soutenu à la FLSH-Ucad, p. 21.

[18] Claude Jannequin, 1639, Voyage de la Libye au royaume de Senega, le long du Niger, Paris, Charles Rouillard, p. 80-81.

[19] Jobson R., (édité par David Gamble et P. Hair), 1999 [orig. 1623], The Discovery of the River Gambra, London, Hakluyt Society, p. 28.

[20] Jobson R., The Discovery, op. cit, p. 219.

[21] Francis Moore, 1738, Travels into the Inlands Parts of Africa: Containing a Description of the Several Nations for the Space of Six Hundred Miles up the River Gambia, Londres, Library of Congress, p. 127.

[22] Jean Baptiste Durand, 1802, Atlas pour servir de voyage au Sénégal, Paris, Chez Henry Agasse, p. 69.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Baye Amath DIOP dit :

    Article, très important, qui éclaire une notion très utilisée dans l’espace Sénégambie. Félicitation A. Diagne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search