Quand les technologies rentrent en politique: Expertise, savoirs et contestations autour des technologies électorales au Kenya (2017) et au Sénégal (2019)

Le projet de doctorat de Cecilia Passanti se consacre à l’étude des technologies numériques et biométrique utilisées dans le cadre des élections en Afrique. À partir de deux terrains de recherche – effectués au Kenya et au Sénégal – ses enquêtes portent sur le réseau d’experts et expertes ingénieurs qui développent ces technologies. Pour comprendre ce phénomène contemporain de large envergure, il s’agit d’analyser d’une part la relation entre les contestations électorales historiques et l’implémentation progressive de la technologie dans le processus électoral et, d’autre part, les relations de savoir entre les entreprises locales et étrangères ainsi que les effets de ces relations sur les contestations électorales.



Citer ce billet
Passanti Cecilia (2019, 28 février). Quand les technologies rentrent en politique: Expertise, savoirs et contestations autour des technologies électorales au Kenya (2017) et au Sénégal (2019). Bureaucratisation des sociétés africaines. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pwlf

Passanti Cecilia

est doctorante à l'Université Paris V Descartes, affilié au laboratorie Ceped et au programme de recherche IHA-CREPOS sur la »bureaucratisation des sociétés africaines«

More Posts

Follow Me:
Twitter

Passanti Cecilia

est doctorante à l'Université Paris V Descartes, affilié au laboratorie Ceped et au programme de recherche IHA-CREPOS sur la »bureaucratisation des sociétés africaines«

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search