« La lutte purement administrative » des ex-combattants ivoiriens

Les ex-combattants ivoiriens semblent avoir laissé leurs fusils et autres armes (pour un temps) pour les papiers et la lutte administrative.

Lors d’un entretien réalisé avec les membres d’une association d’ex-combattants nommée « Cellule 39 des Anciens combattants démobilisés de Côte d’Ivoire » en Avril 2017, j’ai découvert un document relié d’une cinquantaine de pages contenant les doléances et revendications de l’association adressées aux autorités (Président de la République, Premier Ministre, Préfet,…). Le titre, les symboles et messages présents sur la couverture du document m’ont immédiatement intrigués. En effet, son titre révélateur ne semble laisser aucune place au doute, dans la « Cellule 39 », la lutte est « purement administrative ». Mais que représente cette lutte administrative; et surtout, que nous dit-elle des dynamiques en cours en Côte d’Ivoire ?

Près de six ans après la fin du conflit politico-militaire ayant frappé la Côte d’Ivoire entre 2002 et 2011, le paysage national présente de toutes nouvelles dynamiques. Bien que les récents évènements, en particulier les mutineries militaires et autres soulèvements d’ex-combattants relatés dans la presse en Janvier et en Mai 2017 entre autres, démontrent que la tentation des armes n’est jamais loin, les ex-combattants ivoiriens sont entrés dans une nouvelle logique d’expression et de revendications vis-à-vis de l’État, logique basée sur l’utilisation de stratégies et pratiques bureaucratiques. La « lutte purement administrative » des ex-combattants rencontrés lors de l’entretien tend à révéler une réalité nuancée caractérisée par une tension permanente entre le recours aux armes (ancienne stratégie) et le recours aux papiers (nouvelle stratégie).

C’est en tout cas ce que laisse à penser les multiples organisations d’ex-combattants créées depuis la fin du conflit. La cellule 39 a particulièrement attiré mon attention pour de multiples raisons. Tout d’abord, de part son patronyme, cette organisation qui se fait appeler « Cellule 39 des Anciens combattants démobilisés de Côte d’Ivoire » se singularise car elle utilise le préfixe du matricule de démobilisation « 39 » octroyé dans le cadre des programmes de DDR (Désarmement, Démobilisation, Réintégration) comme moyen d’identification, de classification et comme identité commune et unificatrice. Ce préfixe « 39 » sert en effet à identifier les ex-combattants ayant combattu dès le début de la crise en 2002 dans les Forces Nouvelles (dans la Zone Centre-Nord-Ouest). Cette forme d’appropriation de la numérisation des ex-combattants, héritée des programmes de DDR, est déjà en soit une expression de bureaucratisation.

Désarmé lors du processus de DDR, l’ex-combattant ivoirien, en particulier dans le cas de la « Cellule 39 », s’est réarmé avec de « nouveaux outils » : les papiers. Il utilise les papiers à la fois comme moyen de communication, d’expression et de revendication vis-à-vis de l’Etat afin de faire valoir ses « droits », et comme une arme, une arme administrative.

Ces ex-combattants qui avaient pris les armes pour combattre aux cotés de la rébellion (Forces Nouvelles, devenues Forces Républicaines de Côte d’Ivoire depuis l’accession de Alassane Dramane Ouattara au pouvoir en 2011) afin de « restaurer la paix et la démocratie » et défendre leur notion de la Nation ivoirienne se voient aujourd’hui opposés à leurs anciens alliés/acolytes qui ont accédé au pouvoir et dressent devant eux un mur, des barrières administratives et bureaucratiques qui poussent les premiers à se les approprier afin de se faire entendre. Ces « vainqueurs déchus et déçus » ont ainsi troqué leurs kalachnikovs pour « affronter » les autorités avec leurs propres « nouvelles » armes. Ils ont laissé le champ de bataille qu’est maquis pour le champ de bataille administratif.

C’est à travers des observations faites sur la couverture du document présenté au cours d’un entretien avec les membres fondateurs de la Cellule 39 que je souhaite illustrer ce phénomène de bureaucratisation des ex-combattants ivoiriens. En effet, décortiquer les différents messages visuels sur cette couverture permet déjà de mieux comprendre les fonctions diverses (communiquer, convaincre, persuader, critiquer,…) de ce document.

Cette couverture qui intrigue et surprend par ces messages et symboles divers peut être lue en trois temps.Tout d’abord, l’en-tête du document est composée du logo de la cellule  illustrant, d’après son créateur le Secrétaire exécutif national et fondateur de la C39, un ex-combattant portant la Côte d’Ivoire à bout de bras. Suivie d’une devise : PaixTravailFraternité. Ici, on peut s’interroger à la fois sur le choix et l’ordre des mots de cette devise. La paix en premier. C’est pour cela qu’ils avaient pris les armes pendant la crise et aujourd’hui encore; cette paix est au centre de leur combat. Ensuite vient le travail, ce travail qu’ils cherchent « désespérément » et qui est lui aussi au cœur de leurs revendications. Enfin vient la fraternité, pour une Côte d’Ivoire réunifiée.

A droite de l’en-tête, on retrouve les armoiries de la République de Côte d’Ivoire, ils empruntent ainsi clairement les symbôles étatiques comme pour montrer qu’eux aussi savent utiliser ses symbôles et qu’ils font partie de cette Côte d’Ivoire.

On remarque aussi l’utilisation des couleurs du drapeau ivoirien, l’orange, le blanc et le vert sur la typographie de la couverture. Cet ensemble de messages et symboles témoigne d’une appropriation claire des codes et pratiques bureaucratiques étatiques par ses ex-combattants, qui préfèrent se faire appeler « anciens combattants » plutôt qu’ex-combattants du fait de leur grade militaire de caporal procuré par les Forces Nouvelles lors de leur démobilisation (la reconnaissance de ce statut de caporal fait d’ailleurs partie des revendications des membres de la cellule).

Au centre de cette page, un texte en majuscule orange encadré : « LUTTE PUREMENT ADMINISTRATIVE », suivi du sous-titre « Démarche pacifique de doléance et de revendication 2014/2017 » vient préciser l’état d’esprit de ce document tout à fait singulier. Un choix de termes qui témoigne également d’une reproduction d’un langage bureaucratique. L’objectif est clair: la lutte continue, mais sous d’autres formes.

Enfin, dans la troisième partie du document, on observe un slogan, « l’espoir nait du courage » suivi des contacts mail et téléphoniques des membres de la cellule, ainsi que de cette phrase « nous sommes les plus civilisés dans les doléances et revendications sociaux en Côte d’Ivoire ». Les « plus civilisés »; par rapport à qui ? La civilisation passerait-elle par les papiers et l’administratif ? C’est ce que semble affirmer cette phrase.

Enfin, « Dieu bénisse la Côte d’Ivoire », comme pour demander une validation divine des revendications. Cette phrase interpelle, pourquoi un tel recours à la religion sur ce document ? La religion joue-t-elle un rôle dans l’Etat ivoirien actuel comme la bureaucratisation ?

Pour conclure, on peut se demander si aux kalachnikovs qui tantôt étaient leurs outils de lutte et de revendication, on ne peut pas ajouter les codes et pratiques bureaucratiques matérialisés par les tampons, devises et autres logos ? C’est en tout cas ce que laisse à penser mes dernières découvertes.  Le combat continue sous d’autres formes, avec de nouveaux outils…même si le recours aux armes et à la fameuse kalachnikov n’est jamais très loin…

 

Auteure : Kamina DIALLO


Kamina Diallo

Kamina DIALLO est doctorante en Science Politique, mention politique comparée au Centre de Recherches Internationales (CERI) à Sciences Po Paris, sous la direction de Richard Banégas (CERI, Sciences Po Paris). Elle a réalisé un mémoire de recherche au sein du Master de International Public Management de l’Ecole des Affaires Internationales de Sciences Po Paris sur les trajectoires et la réinsertion socioéconomique des femmes ex-combattantes en Côte d’Ivoire. Ses recherches actuelles portent sur l’influence des politiques dites de post conflits sur les sociétés africaines, et plus spécifiquement l’influence des politiques de DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion des ex-combattants) sur la société ivoirienne. Au sein du groupe IHA-CREPOS, son projet porte sur « La cité bureaucratique post-conflit en Côte d’Ivoire. Analyse de la bureaucratisation par le haut et par le bas de la société ivoirienne sous l’effet des politiques de “Désarmement, Démobilisation et Réinsertion” des combattants.

More Posts

Follow Me:
LinkedIn

Kamina Diallo

Kamina DIALLO est doctorante en Science Politique, mention politique comparée au Centre de Recherches Internationales (CERI) à Sciences Po Paris, sous la direction de Richard Banégas (CERI, Sciences Po Paris). Elle a réalisé un mémoire de recherche au sein du Master de International Public Management de l’Ecole des Affaires Internationales de Sciences Po Paris sur les trajectoires et la réinsertion socioéconomique des femmes ex-combattantes en Côte d’Ivoire. Ses recherches actuelles portent sur l’influence des politiques dites de post conflits sur les sociétés africaines, et plus spécifiquement l’influence des politiques de DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion des ex-combattants) sur la société ivoirienne. Au sein du groupe IHA-CREPOS, son projet porte sur « La cité bureaucratique post-conflit en Côte d’Ivoire. Analyse de la bureaucratisation par le haut et par le bas de la société ivoirienne sous l’effet des politiques de “Désarmement, Démobilisation et Réinsertion” des combattants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *