Trois mythes autour de la bureaucratisation de l’informel

Dr Elieth Eyebiyi

L’informel suscite plusieurs controverses. Etudiant la rationalisation de la société allemande, Max Weber considère la bureaucratie comme une forme élaborée d’organisation, et mieux, comme un idéal-type[1], visant moins à décrire la réalité « que de formuler un schéma qui fut  le plus fonctionnel possible »[2]. Traiter de la bureaucratisation de l’informel permet d’interroger cette logique qui confronte les outils classiques de mesure statistique et économique, utilisés par l’Etat, en laissant un champ de possibles qui constitue un amortisseur des tensions sociales. Pour questionner la bureaucratisation de l’informel, examinons trois mythes qui lui sont souvent associés : le mythe des pans non régulés de l’économie, le mythe géographique et le mythe de la mesure.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA_Vegetables on the market at Mbour, Senegal

Le mythe des pans non régulés de l’économie

Depuis le rapport de Keith Hart la fin des années 1970, pour le compte du Bureau international du travail (BIT), la notion de « secteur informel »[3] ne cesse d’alimenter les débats sur le (sous) développement et de polariser les attentions sur le rôle et la place de l’informalité dans l’économie mondiale. D’une part, ces débats se concentrent essentiellement et à tort sur le « secteur informel », et d’autre part, développent concomitamment un biais fonctionnel et géographique sur les pays des Suds.

La première approche présente l’informalité comme une manifestation patente de pans non régulés de l’économie. Conséquemment, l’informalité serait une marque de fabrique du « secteur informel », l’expression pure d’un désordre social et économique. Et ceci en raison du fait que le « secteur informel » échapperait au paiement des taxes et des impôts, et serait donc une faiblesse pour l’économie des pays des Suds. Le non enregistrement de ces activités et leur ignorance ou leur saisie incomplète par les instruments fiscaux rendent illégales les activités, selon les tenants de cette ligne. En d’autres termes, chaque fois que le contrôle des instruments bureaucratiques sur un pan de l’économie est faible, celui-ci rejoindrait la famille des activités informelles. Pourtant, les travailleurs de l’informel constituent l’ensemble des petites mains de l’économie, généralement des marginalisés qui s’investissent dans les (petits) métiers, et les activités de la débrouille[4]. Ainsi, la vendeuse de fondè[5] au Sénégal, les passeurs d’huile et de sucre en Gambie, les conducteurs de Zemidjan[6] au Bénin et au Togo, les cambistes au Nigéria ou encore les migrants chinois vendant autrefois des beignets et désormais des chaussures dans les rues de Douala au Cameroun, sont des ouvriers du « secteur informel », au même titre que les maçons, peintres et autres mécaniciens n’exerçant pas dans le cadre d’entreprises répertoriées auprès des administrations fiscales centrales. D’ailleurs, le « secteur informel » occupe en Afrique l’essentiel des actifs et participe de facto à une lutte massive contre le chômage, dont le renforcement depuis l’administration des programmes d’ajustement structurels par les institutions de Bretton Woods à la fin des années 1980, a fragilisé structurellement les économies africaines.

Peut-on raisonnablement considérer que cette force de travail « informelle » est située à la marge de l’économie ? Les services que fournissent ces travailleurs non seulement satisfont les besoins des fonctionnaires – large minorité dans les pays africains –, pallient l’absence de services publics et absorbent les couches les plus défavorisées et exclues des systèmes formels d’emploi ou d’embauche. Dans de nombreux pays, ces ouvriers sont sujets aux patentes et taxes municipales de proximité, quand bien même ils ne reçoivent pas de formulaire d’imposition de l’Etat central. Paradoxalement, les travailleurs de l’informel sont généralement exclus de tout dispositif de protection sociale.

Le mythe de la géographie : l’informalité au Sud mais aussi au Nord

La seconde approche territorialise la question de l’informel en la restreignant aux pays des Suds. Cette tendance se superpose à la production bureaucratique des chiffres et statistiques. Ainsi, « l’Afrique subsaharienne est l’une des régions où l’économie informelle pèse le plus avec une moyenne d’environ 38% du PIB entre 2010 et 2014 contre 34% pour l’Asie du sud-est et 23% pour l’Europe. Le continent n’est devancé que par l’Amérique latine (40%). »[7]. En 2018, en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, l’emploi informel représente respectivement 92,4% et 91% de l’emploi global[8]. Une décennie en arrière, l’économie informelle occupait en moyenne 17,5% du PIB total en Asie orientale et au Pacifique, 36,5% en Europe (hors OCDE) et Asie centrale, 34,7% en Amérique latine et dans les Caraïbes, 27,3% du PIB au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, 13,5% du PIB dans les pays de l’OCDE à hauts revenus, 25,1% en Asie du Sud et 38,4% en Afrique subsaharienne[9]. En somme l’informel contribuait déjà pour 17,2% en moyenne du PIB au niveau mondial et reste loin d’être l’apanage des pays pauvres, en développement ou sous assistance.

Territorialiser l’informalité et la circonscrire aux pays des Suds, reste une idée éculée inscrite dans une approche culturaliste mais aussi géographique du « sous-développement », et loin d‘être vérifiée. Le numéro 76 de la revue canadienne Lien Social et Politique (2016) décrypte dans cette veine le processus de l’informalisation de l’Etat dans divers espaces. En effet, une analyse fine des sociétés occidentales montre l’existence de pratiques informelles, parfois systématisées, qui ne permettent plus de restreindre l’informalité aux territoires pauvres. Contrairement aux idées reçues sur l’informalité dans les pays des Suds, les pays du Nord, pourtant plus riches économiquement et souffrant d’un affaiblissement des liens sociaux[10], sont loin de se situer en marge du processus d’informalisation de l’Etat.

« À partir des années 1990, sous les pressions de la concurrence à l’échelle planétaire, d’une recherche sans cesse accrue de productivité et de profit à court terme, l’informalité a changé de statut : elle est devenue hypermoderne dans le sens où le recours à l’informalité apparait désormais comme la condition d’une productivité et d’une compétitivité accrues pour les entreprises et pour le commerce. De nouveaux outils apparaissent (tels la dérégulation, les partenariats public-privé, les villes créatives), autant de façons légitimes de parler de processus qui s’apparentent à ce que les économistes des années 1970 et 1980 appelaient l’informalité ».[11]

Le mythe de la mesure de l’informalité

Troisième mythe : la mesure en tant qu’outil d’organisation bureaucratique. Comment mesurer l’informalité, la quantifier, l’apprécier ? La plupart des outils statistiques et économétriques peinent sur le continent (mais aussi ailleurs) à quantifier avec précision l’informalité. Quotidiennes et fortement adaptatives, les activités dites informelles échappent aux outils statistiques classiques. Ce faisant, la bureaucratie statistique peine à les appréhender. Cet état de choses nourrit le scepticisme des tenants de la ligne dure pour qui l’informalité serait absolument négative, voire à combattre, d’autant plus qu’elle est difficile à mesurer avec précision. Le BIT a proposé en 2013 un manuel statistique destiné au « secteur informel » et à l’emploi informel. Destiné à fournir des directives techniques, cet outil de bureaucratisation, devait répondre à la Résolution concernant les statistiques de l’emploi dans le secteur informel, adoptée par la 15e Conférence internationale des statisticiens du travail (CIST). Ce document[12] reste selon certains spécialistes peu connu. Sur le terrain, les services municipaux ne s’embarrassent pas d’utiliser plusieurs astuces pour assurer la collecte quotidienne ou périodique des taxes auprès des vendeurs ambulants, des tenanciers d’étalages dans les marchés, etc. Considérer systématiquement que les travailleurs du « secteur informel » ne sont soumis à aucune taxe est un mythe à la vie dure. Le fort dynamisme des activités informelles et leur capacité d’adaptation constituent des défis pour les économies africaines en même temps que pour les outils de bureaucratisation classique utilisés pour la prévision des politiques publiques : enquêtes statistiques, fiscalité, taxes, etc.

Réviser les outils bureaucratiques de mesure de l’informalité

Ces trois mythes liés à l’informalité montrent combien la faible saisie de l’économie générée par les activités du « secteur informel » brouille les perceptions sur sa contribution réelle aux économies. D’un point de vue anthropologique, se restreindre à ces outils manifestement inadaptés et engager une répression[13] aveugle, occulte la place réelle de l’informalité dans les sociétés. Il dissimule derrière l’écran des chiffres et de la doxa générale le fait que des secteurs professionnels différemment structurés, voire totalement inorganisés par l’Etat et non pas par les acteurs, contribuent de manière profonde au fonctionnement de l’économie formelle en palliant les besoins des populations, dans des situations d’incapacité ou de pénurie de l’Etat. Le principal défi des économies est de rationaliser le « secteur informel » sans déstructurer l’économie « formelle » qu’elle innerve. Réviser leurs outils bureaucratiques de mesure de l’informel, aujourd’hui inadaptés, est un passage novateur pour les Etats.

 

[1] Weber, M., 1968  [1922], « Bureaucracy », In M. Weber, Economy and society. An outline of interpretive sociology, vol. 3, New York (NY), Bedminster Press, p. 956-1005.

[2] Mayntz, R., 2010, « L’idéaltype wébérien de la bureaucratie et la sociologie des organisations », Trivium [En ligne], 7, p. 4, en ligne: http://journals.openedition.org/trivium/3781.

[3] Hart, K., 1973, « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », The Journal of Modern African Studies, 11, 1, p. 61-89.

[4] Ayimpan, S., 2014, Économie de la débrouille à Kinshasa. Informalité, commerce et réseaux sociaux, Paris, Karthala.

[5] Bouillie de mil bon marché et très appréciée, anciennement consommée en guise de dessert ou au petit déjeuner chez les peuples Socé (mandingues) du Sud Sénégal, désormais au menu des diners sénégalais.

[6] Taxi-motos servant au transport des personnes et des biens.

[7] https://www.agenceecofin.com/economie/1107-48740-le-secteur-informel-represente-entre-20-et-65-du-pib-des-pays-d-afrique-subsaharienne-fmi

[8] Women and men in the informal economy: a statistical picture, OIT, 2018.

[9] Schneider F., Buehn A. et Montenegro C. E., 2010 [version révisée 2011], « Shadow Economies All over the World : New Estimates for 162 Countries from 1999 to 2007 », Policy Research Working Paper 5356, Banque mondiale.

[10] Voir Paugam, S., 2005, Les formes élémentaires de la pauvreté, Paris : PUF, 276p.; Paugam S. et C. Martin, 2009, « La nouvelle figure du travailleur précaire assisté », Lien social et politique, 61, p. 13-19.

[11] Boudreau, J.-A., Lesemann, F. & Martin, C., 2016, « Présentation : l’État en processus d’informalisation », Lien social et Politiques, (76), 3–2, p. 4.

[12] BIT, 2013, Mesurer l’informalité : manuel statistique sur le secteur informel et l’emploi informel, Bureau international du Travail, Genève : BIT.

[13] Eyebiyi, E., 2016, « Étudier l’État à partir de l’informalité. Répression et résistances autour du commerce informel de carburant », Lien social et Politiques, 76, p. 77-95, en ligne: https://www.erudit.org/en/journals/lsp/2016-n76-lsp02592/1037066ar/abstract/.

Auteur :

Dr. Elieth Eyebiyi est sociologue anthropologue, chercheur postdoctoral à IHACREPOS. Son projet porte sur la bureaucratisation de l’informalité dans les espaces frontaliers au Bénin et au Nigeria. Visiting fellow à l’ULB, au ZMO, à Paris I Panthéon Sorbonne, chercheur au Lasdel et chercheur postdoctoral à l’EHESS, il a été Fellow à l’IAS Princeton (USA) et au Swedish Collegium ainsi qu’à l’EGE Rabat Programme Historicités et Temporalités du politique.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Gueye dit :

    C’est tres interessant votre article. on apprend beaucoup avec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search