La formation des AVEC à Adéane (Sénégal) : une approche de bureaucratisation par le haut ?

          Introduction

Les AVEC sont des associations villageoises d’épargne et de crédit destinées à entretenir et à promouvoir la solidarité communautaire et la culture de l’épargne à travers les échanges et rapports socioéconomiques entre ses membres. Au Sénégal et particulièrement à Adéane dans le département de Ziguinchor, les AVEC sont un label de l’ONG ChildFund et de la fédération dimbaya kagnalen. Dimbaya kagnalen est une combinaison de mots mandingue (dimbaya) et diola (kagnalen) qui fait référence au rituel consacré aux femmes qui ont des difficultés pour avoir des enfants. La fédération est constituée de six associations, dont l’association bambourang-ba, créée en 2009 à Adéane. Dans le cadre de ses activités de lutte contre l’exclusion et la vulnérabilité socioéconomique, l’association a mis en place des caisses d’épargne sous forme d’associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) dont la formation et le fonctionnement sont appuyés et encadrés par l’ONG ChildFund et la fédération dimbaya. Ainsi, à travers ce billet, je tente de retracer le processus de mis en place de ces AVEC en insistant sur l’influence de l’ONG ChildFund et de la fédération dimbaya kagnalen. Je postule l’hypothèse que cette influence ou empreinte traduit une tentative de bureaucratisation par le haut dont ChildFund et dimbaya kagnalen sont les principaux acteurs.

          I- A l’origine des AVEC, les cellules de l’association Eluup añil

A son installation dans la région de Ziguinchor au début des années 2000, l’ONG ChildFund, alors appelée Christian Children’s Fund, déroulait un programme d’appui psychosocial et de parrainage des enfants des familles démunies, vulnérables et victimes du conflit en Casamance[1]. Elle collaborait avec l’association Eluup añil (la maison de l’enfant) créée en 2000. Cette dernière était une association de parents dont les enfants bénéficient des programmes de ChildFund. Ainsi, pour faciliter son intervention, l’ONG a créé des démembrements de l’association Eluup añil dans trois quartiers de la ville de Ziguinchor : Tilène, Belfort et Santhiaba. Ces démembrements étaient de fait des cadres plus restreints, des cellules localisées dans les quartiers touchés par ses programmes. Ils se retrouvaient mensuellement pour discuter des questions relatives aux enfants : leurs statuts, leurs situations et les services qu’ils reçoivent. Ce sont donc des espaces de rencontre qui servaient de cadre de réflexion pour une meilleure prise en charge des problématiques autour de l’enfant.

À travers les services qu’elle déroulait (accompagnement et fourniture scolaire, bloc sanitaire, réhabilitation d’habitation, etc.), l’ONG intervenait et agissait directement dans les communautés concernées. Elle était le principal voire le seul acteur responsable de la stratégie d’intervention : contenu des programmes, calendrier de travail et de rencontre des cellules et de l’association, outils d’intervention, etc. Cette approche interventionniste (Morris et Schlesinger, 2000) s’est révélée inefficace et traduisait les limites de la collaboration entre l’ONG ChildFund et l’association Eulup añil pour plusieurs raisons. D’une part, le nombre d’enfants parrainés (2000 enfants en 2005 selon les données des entretiens) était considéré comme non représentatif des enfants dont les familles sont dans des situations de vulnérabilité économique et sociale. L’approche paraissait alors discriminatoire pour la plupart de la population qui pouvait être potentiellement destinataire. D’autre part, une bonne partie de parents musulmans ciblés étaient réticents aux actions de l’ONG à cause de leur connotation chrétienne manifeste particulièrement dans sa version de Christian Children’s Fund.

Pour contourner ces obstacles, l’association Eluup añil a été remplacée, en 2009, par la fédération dimbaya kagnalen ; un regroupement de six (06) associations communautaires dans le département de Ziguinchor. C’est ainsi que l’association bambourang-ba est créée à Adéane. Bambourang-ba est un terme mandingue qui désigne le pagne utilisé pour porter l’enfant sur le dos. À travers cette association et celles des autres communes, l’ONG ChildFund et la fédération dimbaya mobilisent les populations locales dans une démarche d’entraide et de solidarité. C’est dans cette dynamique que les associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) ont été mises en place. En remplacement des cellules locales d’Eluup añil, les AVEC sont des espaces d’échange socioéconomique majoritairement constitués de femmes. Ces dernières y font des épargnes hebdomadaires redistribuées sous forme de prêts qui leur permettent de supporter différentes charges (Binet, 1983) : achat d’habits, frais de scolarité, soins médicaux, financement d’activités économiques (le commerce informel), etc. Ainsi, selon les membres du staff technique et responsables de la fédération dimbaya, les AVEC sont l’aboutissement d’une approche participative prônée par l’ONG ChildFund. Toutefois, une analyse du processus de leur mise en place et de leur fonctionnement permet de mettre en évidence leur dépendance vis-à-vis de cette dernière et de la fédération dimbaya.

          II- Les étapes de la formation des AVEC

Les associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) sont très répandues dans les zones d’intervention de l’ONG ChildFund, particulièrement dans le village d’Adéane (département de Ziguinchor) où j’ai mené mes enquêtes de terrain. Lors d’un recensement non exhaustif réalisé en octobre 2018 dans ce village, j’ai enregistré 37 AVEC. En suivant quelques-unes d’entre elles à travers des entretiens qualitatifs et observations directes, j’ai identifié deux étapes de leur formation dont chacun correspond à un niveau d’influence et d’empreinte de l’ONG ChildFund. Il s’agit du « projet AVEC » et de la phase des carnets de membre.

               II-1 Le « projet AVEC »

Le « projet AVEC » est le premier niveau de manifestation de l’empreinte de l’ONG ChildFund dans la création des associations villageoises d’épargne et de crédit au Sénégal et à Adéane en particulier.

“Les AVEC ont démarré d’abord à Thiès ; c’est là où vraiment le projet a démarré en 2012 à Thiès d’abord. C’est là où ChildFund a démarré le projet, c’était la phase pilote à Thiès d’abord. Ça a connu un succès avant d’être implémenté dans les autres LP (local partner) comme Ziguinchor[2].

Ce propos met en évidence et insiste (avec les répétitions de l’interlocuteur) sur la démarche adoptée par l’ONG ChildFun dans la mise en place des associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC). En effet, à travers ces associations, l’ONG vise à promouvoir la culture de l’épargne particulièrement chez les communautés villageoises. Elle envisage les AVEC comme une réponse aux difficultés que rencontrent ces dernières, les femmes notamment, pour accéder aux crédits des banques et institutions de microfinance. Comme le rappelle Cheikh A. B. Diagne (2015), ces difficultés tiennent essentiellement à la complexité de la procédure mise en place par les institutions bancaires : document à fournir (documents d’identité et de résidence, preuves de solvabilité, contrat d’assurance bancaire, etc.) taux d’intérêt jugé élevé par les usagers, durée de la procédure longue (plusieurs jours voire des semaines).

Face à ce constat, l’ONG ChildFund a voulu faire quelque chose pour soulager les ménages en s’appuyant sur la solidarité existante[3]. C’est ainsi que le « projet AVEC » a été conçu au début des années 2010 par l’ONG avant d’être testé dans une phase pilote à Thiès[4] en 2012. Cette phase test a permis de mettre en place une fiche d’encadrement : le règlement intérieur des AVEC.

“(…) il y a des documents qui sont là et qui indiquent exactement comment les AVEC doivent être structurées (…). Par exemple à Tambacoumba, quand j’ai mis en place les AVEC, on s’est réuni pendant un mois pour que je les explique comment marche une AVEC, quelles sont les composantes d’une AVEC, qui doit être membre d’une AVEC, qui ne doit pas, comment ça doit se faire, quelles sont les règles en vigueur (…)[5]“.

Ce règlement intérieur[6] définit les grandes lignes de ce que doit être une AVEC mise en place par l’ONG. Chaque association doit regrouper une trentaine de membres dont les 95% sont des femmes. Ces dernières doivent habiter le même quartier et entretenir une solidarité entre elles. L’association doit disposer d’une caisse en fer d’acier (de trois compartiments) pour stocker séparément l’argent des cotisations d’épargne, de la solidarité et des amandes. Un calendrier d’une rencontre par semaine pour la collecte des cotisations est fixé : chaque absence ou retard non justifier à ces rencontres est sanctionné d’une amande (financière). En outre, chaque AVEC dispose d’un bureau de fonctionnement : une responsable (personne morale chargée de l’harmonie et la cohésion du groupe), une trésorière (gardienne de la caisse), une secrétaire (chargée de noter les cotisations, crédit et amandes et des archives de la caisse) et de trois commissaires aux comptes. Ces derniers sont chargés de la sécurité des fonds de l’association et chaque commissaire aux comptes dispose d’une clé de la caisse de stockage[7].

Ces quelques éléments montrent clairement le rôle de l’ONG dans la conception et la mise en place des AVEC. Faut-il alors parler d’une bureaucratisation par le haut de ces associations ? Dans tous les cas, il faut souligner que malgré ce canevas bien tracé par l’ONG ChildFund, les membres des AVEC disposent de certaines marges. Ils fixent la valeur des amandes et de la solidarité (de 100 à 300 FCFA, environ 0,15 à 0,76 euros), alors que les montants des épargnes dépendent de la capacité financière de chaque membre. La valeur des amandes et de la solidarité est variable d’une association à une autre et l’argent collecté permet de nourrir l’entraide et la solidarité entre membres dans des moments spécifiques : soins de santé, scolarité, cérémonie coutumières (mariage, baptême, funérailles) et fêtes religieuses, etc. Par ailleurs, la sélection des membres est confiée à la responsable identifiée en premier par un relai communautaire appartenant à la communauté. Sous les recommandations du relai, cette responsable met en avant les critères de confiance et de proximité (au sens de l’affinité et du relationnel[8]) ; des variables subjectives qui sont réinterprétées en tenant compte de la culture et des valeurs locales. Ainsi, il arrive que plusieurs membres d’une famille appartiennent à la même association.

Cette brève description met en évidence le premier niveau d’empreinte de l’ONG ChildFund sur les associations villageoises d’épargne et de crédit au Sénégal et particulièrement à Adéane, dans le département de Ziguinchor. Le dispositif mis en place par l’ONG et la fédération dimbaya s’inspire du modèle des tontines qui sont des formes d’associations rotatives d’épargne et de crédit (Niang, 2000, Kane, 2010). Le rapprochement entre ces deux modèles associatifs aboutit sur une confusion des communautés qui ne font pas une distinction entre les AVEC et les tontines parce que, peut-être, il n’existe pas de ligne de démarcation nette entre les deux. Sous ce rapport et en dépit de son ambition de promouvoir la culture de l’épargne, on pourrait s’interroger sur l’intérêt réel d’une organisation internationale d’appuyer ou d’encadrer des formes d’épargne et de solidarité plus ou moins existantes ? L’hypothèse d’un transfert de savoir organisationnel (Olivier de Sardan, 2009) défendue depuis plus d’une vingtaine d’années serait-elle toujours valable ou existerait-il une autre explication à cette question ?

               II-2 Les carnets de membres

Photographie prise lors de l’enquête de terrain réalisée en octobre 2018 à Adéane.

À côté de l’influence dans la conception du « projet AVEC », un second niveau de manifestation de l’empreinte de l’ONG ChildFund se manifeste dans les carnets de membres des AVEC. Tout d’abord, ces carnets sont utilisés comme des outils de gestion administrative. Il s’agit de carnets individuels qui permettent de noter les différentes activités d’épargne (nombre de parts), de crédit et de remboursement) des membres, etc. Chaque versement est validé par un cachet mis à la disposition des AVEC par la fédération dimbaya. Le remplissage de ces carnets est assuré par la secrétaire de l’association[9] et un relai communautaire. Membre du village et de la communauté[10], ce dernier veille à la bonne tenue des carnets de membres. Il vérifie que chaque carnet est bien rempli (part de l’épargne, de crédit, la date, etc.), pose le cachet pour valider les différentes informations notées par la secrétaire, s’assure que les carnets sont bien rangés et gardés dans la caisse de l’association (par la trésorière), etc. Il gère et contrôle ainsi toutes les procédures « bureaucratiques » au sein de l’association : respect des règles.

Photographie prise lors de l’enquête de terrain réalisée en octobre 2018 à Adéane.

Par ailleurs, les carnets de membre jouent le rôle de carte d’identité des AVEC mises en place par l’ONG ChildFund. D’une part, on y renseigne les noms des différents acteurs et « partenaires » des AVEC. En effet, l’association bambourang-ba est mentionnée en premier en tant que représentant des communautés villageoises et assure la tutelle des AVEC dans la zone d’Adéane. Pour sa part, l’inscription de la fédération dimbaya kagnalen dans ces carnets se justifie par le fait qu’elle soit le partenaire local officiel (local partner) de l’ONG dans la zone sud, particulièrement dans le département de Ziguinchor. Enfin, l’existence du nom de ChildFund dans ces carnets répond d’une volonté manifeste de mettre en évidence son implication dans la mise en place et le fonctionnement des AVEC. D’autre part, ces carnets permettent d’avoir des indications sur l’identité de chaque membre : prénom et nom, numéro de membre et contact téléphonique. Ces informations individuelles facilitent la gestion des comptes de l’association et des versements de chaque membre. De fait, à la fin du cycle de l’association qui dure 12 mois, ces carnets sont utilisés pour connaitre l’épargne, le crédit, les amandes, des membres. Ainsi, les crédits et amandes sont remboursés avant de procéder au partage des fonds. Cette étape est réalisée sous la supervision du mobilisateur communautaire, un employé de ChildFund et de la fédération dimbaya kagnalen qui se charge de la comptabilité avec le relai, la trésorière et la secrétaire de l’AVEC.

Ainsi, la présence et l’empreinte de l’ONG ChildFund et la fédération dimbaya kagnalen dans la formation et le fonctionnement des AVEC est manifeste dans les différentes étapes du cycle de vie de ces associations. Ce constat conduit à l’hypothèse que l’organisation et la gestion de ces dernières reposent sur des pratiques bureaucratiques, des dispositions règlementaires à caractère administratif (Weller, 2018), conçues et mises en place par l’ONG ChildFund et la fédération dimbaya kagnalen. Le recours à l’écriture et au papier répond d’une volonté de formalisation de ces pratiques qui se légitiment par des tentatives d’implication des communautés à travers l’association bambourang-ba, le relai communautaire et la marge de liberté laissée aux membres de choisir leurs pairs. Toutefois, la question qui demeure et qui constitue une partie de ma thèse de doctorat est la suivante : Quels sont les effets de cette bureaucratisation sur les modes d’organisation et de pratique de la solidarité dans les associations villageoises d’épargne et de crédit ?

          Bibliographie

Binet, J., (1979), « Nature et limites de la famille en Afrique noire », in Etudes scientifiques, IRD, p. 5-10.

Diagne, C. A. B., (2015), Économie et gestion bancaire. Évolution du système bancaire et financier de l’UEMOA, Paris, L’Harmattan.

Diatta, O., (2008), La Casamance. Essai sur le destin tumultueux d’une région, Paris, L’Harmattan, (« Points de vue »).

Diédhiou, P., (2011), L’identité joóla en question (Casamance), Paris, Karthala, (« Hommes et sociétés »).

Manga, M. L., (2012), La Casamance dans l’histoire contemporaine du Sénégal, Paris, L’Harmattan.

Morris, N. et Schlesinger, P. R., (2000), « Des théories de la dépendance aux théories de la résistance », HERMES n°28, p. 19-33.

Olivier de Sardan J-P. (2009), « Gouvernance associative et gouvernance chefferiale dans les campagnes nigériennes », in Olivier de Sardan, J-P. et Alou, M. T., Les pouvoirs locaux au Niger, Tome 1, A la veille de la décentralisation, Paris, Karthala.

Weller J-M. (2018), Fabriquer des actes d’État. Une ethnographie du travail bureaucratique, Paris, Economica, (« Etudes sociologiques »).

          Notes

[1] La Casamance, au sud du Sénégal, enregistre un conflit armé entre les combattants du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance et l’armée du Sénégal. Ce conflit indépendantiste dure depuis décembre 1982 ; il a causé d’énormes conséquences sur les plans humain, économique et social. Voir sur ce point Omar Diatta (2008), Paul Diédhiou (2011), Mamadou Lamine Manga (2012), entre autres.

[2] Entretien avec S. Bodiang, senior management team, membre du staff technique de fédération dimbaya kagnalen et de l’ONG ChildFund

[3] Entretien avec S. Bodiang, senior management team, membre du staff technique de fédération dimbaya kagnalen et de l’ONG ChildFund.

[4] L’ONG ChildFund intervient essentiellement dans les régions de Dakar, Kaolack, Thiès et Ziguinchor. Dans chacune de ces régions, elle dispose d’un local partner (LP) avec qui elle intervient dans les communautés.

[5] Entretien avec M. A. Tamba, mobilisateur communautaire et responsable département des AVEC à Ziguinchor.

[6] Lors de mes enquêtes, on m’a refusé l’accès à ce document pour « des raisons de sécurité » selon mes interlocuteurs. Cependant, cela témoigne de l’enjeu que représentent ces associations et de la volonté de l’ONG et de la fédération dimbaya de préserver certaines informations relatives à ces associations.

[7] La caisse est fermée à trois tours et il faut réunir les trois clés détenues par les commissaires aux comptes afin de l’ouvrir et d’accéder à l’argent de l’association.

[8] Contrairement à la conception de l’ONG qui considère la proximité dans sa dimension géographique : habiter le même quartier.

[9] Dans ces AVEC, la maitrise de l’écriture en français est une source de pouvoir et une des principales compétences mises en avant pour le poste de secrétaire de l’association en raison du recours fréquent à l’écrit et au papier pour noter les différentes informations et activités de de l’association.

[10] Le relai communautaire est proposé par les populations et confirmé par le staff technique de l’ONG et de la fédération dimbaya kagnalen.

Koly Fall

Koly Fall est doctorant en sociologie, boursier du programme de recherche La bureaucratisation des sociétés africaines de l'IHA-CREPOS. Il travaille sur les organisations communautaires (tontines, dahiras et associations villageoises) à Ziguinchor/Sénégal.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn


Koly Fall

Koly Fall est doctorant en sociologie, boursier du programme de recherche La bureaucratisation des sociétés africaines de l'IHA-CREPOS. Il travaille sur les organisations communautaires (tontines, dahiras et associations villageoises) à Ziguinchor/Sénégal.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.