Table ronde au Festival Histoire & Cité : Faire croire et faire foi, récits et papiers de l’identité, le 31 mars 2017 à 12h30

Dans un monde où la bureaucratie nourrit les pratiques autant que les imaginaires politiques et sociaux du vrai et du faux, le papier semble avoir supplanté le témoignage oral comme mode de validation. Le récit sur l’identité correspondrait ainsi à du « faire croire » tandis que le papier d’identité ferait foi – donc loi. Pour autant, cette distinction courante entre identité narrée et écrite masque le fait que toutes deux, in fine, engagent du croire. En premier lieu, le récit – notamment sous la forme du témoignage ou de la déclaration – participe de la production de certains papiers identificatoires : les papiers de la foi religieuse comme les certificats de conversion ou de baptême, mais également ceux de l’identité civile dans le cas de jugements supplétifs, de reconnaissance de paternité, de l’identification des morts, de la carte de réfugié, ou, pour un exemple nigérian, du certificat d’autochtonie. En second lieu, l’identité narrée et l’identité de papier s’inscrivent dans un même régime de véridiction, celui de l’attestation – au contraire de l’identité biométrique qui engage une critériologie, une vérification. L’attestation est une mise en jeu de subjectivités, d’une « foi » et d’une confiance dans le « vraisemblable », qu’il s’agisse de la vraisemblance d’un récit dit ou encore de la ressemblance d’un individu avec la photographie de la carte d’identité qu’il présente à l’agent qui le contrôle, les signes particuliers qui le décrivent, son âge ou son sexe.

Le document qui fait foi engage donc une croyance : en l’autorité de l’institution qui le produit et en la crédibilité de l’individu qui le porte. De la même manière, le « faire croire » du témoignage n’est pas seulement nécessaire à l’imposteur : il ne suffit pas qu’un récit soit vrai, il faut encore qu’il soit vraisemblable et qu’il soit cru. La véridiction s’opère en ce sens de façon nécessairement interactive et dialogique. En explorant des cas européens et africains, cette table-ronde questionne ainsi la manière dont les individus et les institutions pratiquent le crédible et le croyable et la manière dont le document participe de la réalisation (dans le sens de rendre réel, par la matérialisation) d’un croire. L’expression de « bureaucratisation du croire » proposée par Mohammed Tozy dans le champ religieux y croise ainsi celle des « institutions du croire » que Michel de Certeau a attribué plus largement aux institutions productrices de sens dont la capacité de croire et la pratique du faire croire ont longtemps soutenu le fonctionnement de l’autorité.

 Responsable : Séverine Awenengo Dalberto, chargée de recherche au CNRS à l’Institut des mondes africains et chercheuse associée à l’Institut historique allemand de Paris.

Participants

Ilsen About, historien, est chargé de recherche au CNRS et membre du Centre Georg Simmel de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)

Roberto Beneduce, psychiatre et anthropologue, est professeur d’anthropologie médicale et psychologique à l’Université de Turin.

Johara Berriane, anthropologue, est docteure de l’Université libre de Berlin et chercheuse postdoc de l’Institut historique allemand au sein du programme IHA-CREPOS « Identité, Identification et bureaucratisation en Afrique. Pouvoirs, matérialités, subjectivation ».

https://histoire-cite.ch/

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *