Retour sur l’atelier « Carrières académiques féminines en Afrique », Dakar, 6-7 décembre 2018

Dr. Folashadé Soulé-Kohndou (rédaction : Zoé Kergomard)

Organisation : Susann Baller, Marlène de Saussure, Zoé Kergomard (toutes Institut historique allemand)

Intervenante : Folashadé Soulé-Kohndou

L’atelier « Carrières académiques féminines en Afrique », organisé à Dakar dans les locaux de l’IHA-CREPOS les 6 et 7 décembre 2018 a eu pour objectif de rassembler des doctorantes et postdoctorantes venues de différents pays africains pendant deux jours pour échanger et travailler collectivement sur les spécificités des carrières académiques féminines en Afrique et les moyens de surmonter les obstacles liés aux biais de genre. Cet atelier s’inscrit dans le cadre du Maria Sibylla Merian Institute for Advanced Studies in Africa (MIASA) dont fait partie l’IHA-CREPOS. Cet atelier s’est voulu à la fois une plateforme d’échanges, permettant aux participantes d’exposer leur vécu et d’apprendre les unes des autres, mais également pratique à travers une série de sessions sur les éléments clés de l’évolution professionnelle (la rédaction des CV, lettres de motivation, réponses à des appels à financement et lettres de recommandation). L’atelier a été animé par Folashadé Soulé-Kohndou, qui est docteur en relations internationales de Sciences Po Paris et chercheuse associé du Global Economic Governance Programme de l’université d’Oxford.

Jeudi 6 décembre

9h-10h30

Mot de bienvenue : Susann Baller, Marlène de Saussure et Zoé Kergomard (IHA Dakar/Paris)

Présentation de l’atelier et de son déroulement

Tour de table et présentation des participantes

11h-12h30

Table ronde « Développement de carrière et place des femmes dans le milieu académique africain »

Yacine Diagne (CESTI), Absa Gassama (Université virtuelle du Sénégal), Nadine Sieveking (Université de Göttigen), Fatou Sow (CNRS)

14h30-17h – Session 1 : La sémantique du succès

L’objectif de cette session a consisté à sensibiliser les participantes aux mots-clés et stéréotypes inconscients employés dans la rédaction des CV académiques et des lettres de motivation, mais également dans les lettres de recommandation qu’elles auront à (pré)rédiger. Des études ont démontré des biais de genre entre femmes et hommes au niveau de de la mise en valeur de leur expérience professionnelle académique – les femmes étant davantage inhibées que les hommes. Cette session a visé à illustrer à travers des cas spécifiques le type de termes à placer afin d’augmenter les chances de succès à l’emploi à la fois dans les contextes africains et à l’international. Ces recommandations ont été données à la fois pour des CV, lettres de motivation/recommandation en anglais et en français. L’exercice pratique a consisté à donner aux participantes les outils pour modifier/rédiger leurs CV, lettres de motivation ou lettres de recommandation pendant l’atelier et à les corriger ensemble.

Vendredi 7 décembre

9h-12h30 – Session 2 : Surmonter les biais de genre dans la salle de classe

L’intervenante a présenté une série de données à partir d’études qui ont démontré que les étudiant.e.s font preuve de biais de genre à l’attention du personnel enseignant à l’intérieur de la salle de classe. Les enseignantes sont souvent perçues de manière moins positive que leurs collègues masculins. Dans l’autre sens, les enseignants distribuent inconsciemment des rôles et tâches selon des biais de genre aux étudiant.e.s. Qu’est ce qui explique ces différences notamment dans les contextes africains et comment y faire face ? Les participantes ont échangé sur les difficultés rencontrées lors de leur parcours et les possibilités d’action individuelle ou collective.

15h-17h – Session 3 : Carrières, réseaux et financements à l’international

Cette session a visé à présenter un panorama des opportunités de financement spécifiquement offertes (financement de projets de recherche ; séjours de recherche ; bourses) aux femmes (africaines) à l’international. Des conseils spécifiques ont été offerts sur les méthodes de rédaction des candidatures aux appels à propositions et financements. Un panorama des opportunités de financement, newsletters et réseaux de recherche a été donné aux participantes. La question du mentorat et du « service » à travers l’insertion des chercheuses dans les réseaux de recherche spécifiques à leur champ a également été abordée. La deuxième partie de la session a visé à travers un exercice pratique à rédiger une structure détaillée en réponse à un appel à candidatures que les participantes ont identifié.

Conclusions de l’atelier

Zoé Kergomard et Marlène de Saussure ont énoncé la création d’un réseau incluant les participantes et organisatrices avec une liste de diffusion pour maintenir le contact et partager des informations utiles. L’atelier aura également une suite prévue en 2019 ou 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.