Retour sur une recherche : La disparité de genre dans le corps professoral marocain (Soundoss Sabri)

Dr. Zoé Kergomard (Institut historique allemand de Paris, co-organisatrice de l’atelier)

En complément à notre série de billets sur l’atelier Carrières académiques féminines en Afrique que nous avons organisé à Dakar en décembre 2018, j’ai eu envie de vous présenter un aperçu du travail de recherche mené par l’une des participantes à cet atelier, Soundoss Sabri, sociologue à l’Université Hassan-II de Casablanca, avec son collègue Khalid Ben Ajiba. Dans cette recherche dont les résultats ont été publiés en 2014 dans la revue Pax Academica, ils s’interrogent sur la persistance d’une disparité de genre dans le corps professoral marocain (environ un quart d’enseignantes en 2014).[1] Depuis les études (environ une moitié d’étudiantes) jusqu’aux directions d’unité de recherche (environ 15% de directrices), en passant par les différentes étapes de la carrière universitaire, on observe un effet de palier qui se retrouve d’ailleurs dans d’autres contextes académiques. Pour en expliquer les ressorts dans le contexte marocain, Soundoss Sabri et Khalid Ben Ajiba ont mené une enquête quantitative et qualitative auprès 382 enseignants d’universités marocaines publiques (191 femmes et 191 hommes) de différentes disciplines, grades, et niveau d’ancienneté. Leur démarche combine différents types d’explication sociologique de la sous-représentation des femmes: ils interrogent aussi bien les représentations collectives autour du genre dans la société marocaine que les structures universitaires, leur histoire et leur fonctionnement.

Soundoss Sabri et Khalid Ben Ajiba relèvent tout d’abord l’importance des rôles sociaux de genre qui impliquent en particulier une répartition déséquilibrée des tâches domestiques. Plus de 80% des enseignantes et enseignants interrogés voient dans cette question une des raisons de la sous-représentation des femmes dans les carrières académiques. Au-delà de ce constat partagé, les entretiens qualitatifs menés avec les enseignantes montrent qu’elles déplorent cette inégalité mais ne remettent pas fondamentalement en cause leur rôle de « responsable du foyer ». Elles expriment en tout cas la difficulté voire l’impossibilité de gérer de front une carrière académique, qui commence « en quittant l’amphi » pour continuer bien souvent à la maison, et des responsabilités familiales perçues comme incombant prioritairement aux femmes. Les enseignantes interrogées font donc état de lourds investissements voire sacrifices pour y arriver. Cette réalité contraste avec une opinion majoritaire chez les enseignantes (58.2%) et chez les enseignants (63.3%) selon laquelle les femmes seraient pénalisées dans leur carrière par leur manque d’engagement et d’initiative. Les auteurs soulignent, ici aussi, le rôle de la socialisation genrée qui pousse les femmes à se conformer à un « modèle d’abnégation et de sacrifice », tandis que les comportements de leadership restent considérés comme « masculins ».

Comme ailleurs, la longue exclusion des femmes dans l’histoire des universités marocaines a certainement pesé sur ces représentations collectives. Pourtant, Fatima Al Fihriya, dite « Oum Al Banine » avait joué un rôle de pionnière en fondant l’université Al Quaraouiyine à Fès. Après une longue période d’exclusion, les femmes ont progressivement investi les universités marocaines à tous les niveaux. Concernant la place des femmes aux postes de décision, les auteurs notent un net tournant dans les années 2000 qui a permis la visibilité de femmes au sommet des universités, et d’une certaine manière rendu envisageable et plus acceptable le leadership féminin à l’université. Les enseignantes enquêtées sont ainsi très majoritaires à exprimer de l’ambition et avoir confiance en leur potentiel. Le manque d’engagement des femmes à l’université semble donc un stéréotype que les femmes intériorisent de moins en moins, même si la « menace du stéréotype »[2] peut les conduire à s’autocensurer. Mais surtout, ce stéréotype se perpétue dans les discours et peut contribuer à justifier la marginalisation des femmes.

L’enquête révèle justement une discrimination des femmes dans les processus universitaires de recrutement et d’avancement, perçue comme une réalité et un frein à une meilleure représentation des femmes par 75.3% des enseignantes contre seulement 28.3% des enseignants interrogés. Cette distorsion dans les perceptions révèle une certaine cécité des enseignants vis-à-vis des biais de genre dans le recrutement et l’avancement, et notamment de la tentation des personnes en place (en grande majorité des hommes) de recruter des profils homologues aux leurs.[3] Pour expliquer la sous-représentation des femmes, les enseignants invoquent plutôt le manque de compétences supposé des femmes. L’argument de la méritocratie joue aussi contre les femmes (tout comme contre d’autres minorités, au sens social du terme) en ce qu’il cache le caractère genré des critères reconnus du mérite, ainsi le modèle du « héros solitaire », distinct des réalités quotidiennes.

La recherche de Soundoss Sabri et Khalid Ben Ajiba fournit une analyse très fine à la fois du contexte marocain mais aussi des mécanismes de discrimination fondés sur le genre observables dans d’autres contextes. La mise en regard des perceptions des femmes et de celles des hommes sur ce problème est très riche et révèle la force des stéréotypes de genre, qui peuvent alimenter de l’autocensure d’un côté, le déni des discriminations de l’autre. Face à ce constat, des programmes ciblés comme l’atelier et la table-ronde organisés à Dakar en décembre 2018 peuvent faciliter le réseautage et l’échange d’expériences entre femmes universitaires, mais aussi ouvrir une discussion plus large, impliquant également les chercheurs, sur l’objectif d’une université plus inclusive.

[1] Voir Sabri Soundoss; Khalid Ben Ajiba: La disparité de genre dans le corps professoral marocain, in: Pax Academica, N°3, 2014.

[2] Steele, Claude M.; Aronson, Joshua: Stereotype Threat and the Intellectual Test Performance of African Americans », Journal of Personality and Social Psychology 69/5,‎ novembre 1995, p. 797–811.

[3] Kane, Mary J.; Stangl, J. M.: Structural variables that offer explanatory power for the underrepresentation of women coaches since Title IX: The case of homologous reproduction, Sociology of Sport Journal 8, 1991, p. 47–60.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.