Réflexions sur les chances et enjeux des carrières académiques féminines en Afrique (Oscarine Méla)

Témoignage d’Oscarine Mela, doctorante en socio-anthropologie, Université de Yaoundé I / Université de Liège, participante à l’atelier Carrières académiques féminines en Afrique (décembre 2018 à Dakar)

J’ai voulu partager mon expérience, au sujet des carrières féminines, celle d’une jeune femme engagée dans la recherche, formée au Cameroun et qui réalise une thèse en cotutelle (Université de Yaoundé I / Université de Liège). Trois aspects qui découlent de l’observation de l’environnement sociologique qui est le mien me semblent essentiels pour une meilleure gestion de la carrière académique féminine en Afrique. Tout d’abord, le choix du conjoint/compagnon. Ensuite, le rôle de la cellule familiale et la présentation de soi au public.

Pendant le séminaire, les panélistes ont abordé les forces et les faiblesses liées à la gestion de la carrière au féminin. L’on n’a cependant pas suffisamment insisté sur le choix du conjoint qui est déterminant dans la réussite ou l’échec de la carrière scientifique féminine en Afrique. J’insiste sur ce point parce que je fais l’expérience de cette réalité au quotidien. En effet, pour mieux concilier, de manière épanouie, une vie privée de famille et professionnelle de chercheure ou de travailleuse, il est important, pour une femme engagée dans une relation conjugale d’avoir un mari/compagnon qui l’accompagne dans ses projets.

Fatou Sow et Yacine Diagne, qui ont soulevé la question pendant la table-ronde « Carrières académiques féminines en Afrique », ont dit qu’elles avaient la chance d’avoir des maris compréhensifs. Mais, elles ont rapidement embrayé en disant qu’ils étaient aussi chanceux, eux, les maris, de les avoir comme épouses. Je pense à mon avis qu’il était important de s’y attarder un peu plus. Une femme qui a compris tôt qu’elle doit construire sa carrière, devrait prendre des précautions au moment de sceller définitivement sa relation par le mariage ou toute autre forme de contrat social, parce que de la qualité des relations avec son mari peut dépendre la qualité de sa carrière. Les femmes ont besoin d’être soutenues par les hommes dans les charges familiales, ce qui est loin d’être une évidence dans nos sociétés où l’homme reste largement perçu, souvent à tort d’ailleurs, comme le chef, principal pourvoyeur des richesses et la femme celle dont le rôle consiste très souvent à s’occuper des tâches domestiques.

La future chercheure devrait s’assurer que son compagnon considère que son épouse /sa compagne a des aptitudes qu’elle peut mettre au service de la société. Elle devra s’assurer qu’il comprenne qu’elle puisse effectuer des voyages sans pour autant développer des soupçons à son égard. Il devra lui faire confiance,  être au final une source d’encouragement pour son épouse ou compagne. Trouver un tel partenaire, il faut le dire, au Cameroun, n’est pas un acquis.

Je connais plusieurs femmes intelligentes, camarades de classe de niveau 5 (DEA) qui n’ont pas pu continuer en thèse parce que leur mari n’a pas été d’accord pour plusieurs raisons. J’ai connaissance des enseignantes d’université qui n’ont presque pas voyagé ou postulé à des appels à communications parce que découragées par des compagnons/conjoints. Je connais des femmes qui ont eu des opportunités de voyages pour aller se perfectionner à l’étranger, auxquelles des refus secs ont été donnés, certaines ont pris le risque de voyager en mettant en danger leur mariage puisque les menaces de revenir trouver une autre femme ont été brandies. D’autres se sont simplement découragées et ont laissé tomber. D’où la nécessité pour une jeune chercheure de faire le choix de l’épanouissement et de la construction de sa carrière en s’alliant à un homme qui accepte son cheminement et l’accompagne dans ce processus.

Ensuite, un autre élément non moins important est le rôle de la famille comme cadre de transmission des valeurs. Tout au long du séminaire, cette préoccupation est revenue, à savoir, comment la société produit-elle les préjugés autour des relations hommes-femmes ? Pourquoi, de manière générale, a-t-on du mal à accepter qu’une femme soit chef ou supérieure hiérarchique ? Pourquoi, lorsqu’il s’agit de la femme, dit-on qu’une promotion n’est qu’une faveur, ou alors qu’il s’agit simplement de  la promotion canapé, etc. ?

Ces stéréotypes sont produits dès la cellule de base : la famille. Les parents, les aînés constituent les catégories sociologiques qui apprennent aux enfants la différence qui existe entre le garçon et la fille. De manière consciente ou inconsciente, on socialise les enfants en leur montrant clairement que le garçon est le plus fort, le plus intelligent, il est supérieur à tout point de vue à la fille, qui elle est, le « sexe faible », confinée à des tâches et activités domestiques. Plus tard, à l’âge adulte, on reproduit ces représentations qui façonnent le quotidien et plombe les relations entre hommes et femmes. Encore une fois, il s’agit d’attirer notre attention en tant que parents sur la manière dont nous socialisons nos enfants aujourd’hui, afin qu’ils ne reproduisent pas nos comportements, ceux de nos parents et grands-parents d’hier.

Les panélistes l’ont également relevé, ce sont les parents, mais surtout les pères qui encouragent leurs filles à poursuivre le plus longtemps possible leurs études et à aspirer à une meilleure carrière professionnelle. C’est une réalité, mais qui n’est pas statistiquement représentative, les parents, pas que les pères, mais aussi les mères doivent encourager leurs filles à poursuivre leurs études et à construire leurs carrières dans le monde universitaire. Les mères, tout comme la femme de manière globale, sont celles qui constituent souvent un frein à l’épanouissement de leurs filles ou de leurs sœurs.

Enfin, je voudrais revenir à la présentation de soi qui est un critère déterminant dans le contexte camerounais qui est le mien et que je connais le mieux. Je le dis, parce qu’au cours de l’atelier, on a esquissé les pistes et solutions pour encourager les filles à devenir des chercheures-enseignantes dans des domaines aussi variés. Je pense que la mise en valeur de la féminité des chercheures-enseignantes peut motiver les jeunes femmes de poursuivre une carrière académique dans le contexte camerounais.  Devenir chercheures-enseignantes ne veut pas dire qu’on renonce à une présentation de soi au féminin. Etre compétente et avoir le savoir et le savoir-faire n’exclue pas d’être femme. Il est possible pour les femmes de trouver leur manière d’être soi, y compris dans leur manière de se présenter professionnellement aux autres, peut-être que cela permettrait de rendre les universités plus inclusives en général?

Sur l’auteure :

Oscarine Mela est doctorante en socio-anthropologie (Université de Yaoundé I / Université de Liège). Sa thèse porte sur la réforme du Système informatique de gestion intégrée des personnels de l’Etat et de la solde (Sigipes), une politique de réformes plaçant au centre de son projet la dématérialisation de certaines procédures administratives au Cameroun. Oscarine Mela a été chercheure invitée de l’IHA-CREPOS du 26 avril au 26 juillet 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.