Un atelier pas comme les autres… Retour d’expérience (Gogoli Ablavi Esseyram)

Témoignage de Gogoli Ablavi Esseyram, Doctorante en Anthropologie, Université de Lomé

C’est avec joie et fierté que j’ai participé à l’atelier sur les carrières académiques féminines en Afrique en décembre 2018 à Dakar, car ce fut une occasion de rencontre avec d’autres femmes évoluant dans le monde académique avec des expériences diversifiées et aux parcours multiples. Au cours de cette rencontre, plusieurs modules développés par la modératrice de l’atelier Dr. Folashadé Soulé-Kohndou nous sont parus nécessaires dans un contexte très complexe où les femmes subissent des discriminations ou ne sont pas considérées au même titre que les hommes, même à diplôme égal. D’une manière générale, j’ai compris par cet atelier que la situation des femmes dans plusieurs pays africains est presque la même. En effet, les participantes ont témoigné être traitées différemment par les étudiants dans les amphis par rapport à leurs collègues hommes et certaines ont signalé les difficultés qu’elles rencontrent dans la gestion des étudiants qui ont du mal à respecter leurs consignes.

La table ronde avec pour titre Développement de carrière et place des femmes dans le milieu académique africain a conclu que les femmes doivent être compétentes afin d’éviter les discriminations et ainsi s’imposer par le travail dans leur domaine et j’y adhère. Les enseignements de la modératrice de l’atelier concernant la sémantique du succès ont été particulièrement innovants, car j’ai appris les faiblesses et les limites de mes CV ainsi que de mes lettres de motivation. Concernant le CV, il nous a été conseillé d’éviter de signifier le statut matrimonial au risque de se voir disqualifiées par rapport à un poste. Par ailleurs, la modératrice a conseillé de toujours insérer un chapeau introductif dans les CV afin de donner l’occasion aux recruteurs d’avoir une idée sur nous avant de lire tout le CV, surtout que ces derniers en ont souvent des dizaines à lire. Les CV doivent aussi être précis par rapport aux tâches exécutées et aux postes occupés. Ceci permettra aux recruteurs de bien cerner notre dossier et de ne pas douter sur certains points. Pour les lettres de motivation, il est conseillé de commencer par les informations intéressantes et d’en mettre une relation avec le CV car elles éclaircissent davantage le recruteur. Pour ce qui concerne les lettres de recommandation, la modératrice a conseillé d’éviter certaines expressions comme associé, participé et de privilégier les expressions comme est capable de, a dirigé et d’utiliser les adjectifs comme dynamique, talentueuse.

Les témoignages des participants m’ont montré que l’Université de Lomé n’est pas la seule à faire face à certains problèmes liés au biais du genre dans les amphis mais que c’est un problème commun à plusieurs universités africaines. Pour illustration, une participante a témoigné avoir demandé à un étudiant d’exécuter une tâche lors des travaux pratiques et ce dernier a refusé sous prétexte que l’ordre venait d’une femme. Une autre participante a signalé avoir été applaudie lors de sa première séance de TD, car les étudiants ne pensaient pas qu’elle était capable de faire son cours convenablement. Mais la remarque qui a été faite est que le même groupe d’étudiant n’a pas applaudi un autre collègue homme lors de sa première séance. Ces exemples démontrent des réalités que vivent les femmes dans le monde académique.

Une expérience personnelle :

Notre laboratoire organise chaque mois, une séance de présentation des travaux de recherche des enseignants et des doctorants. À la fin de chaque séance, un cocktail est partagé. La réalité est qu’à la fin, les doctorants n’acceptent jamais de laver les tasses à café ni de ranger la salle. Ils laissent toutes ces tâches, qu’ils qualifient de « féminines », à la charge des doctorantes. Ces situations constituent des problèmes à chaque présentation car nous ne sommes que trois femmes sur une dizaine d’hommes et souvent, nous sommes occupées à faire la vaisselle et le rangement de la salle après la présentation au moment où nos collègues continuent d’échanger entre eux sur la thématique présentée. J’ai plusieurs fois sollicité l’aide des doctorants sans suites.

Comme solution, nous avons pensé attribuer des rôles à une équipe constituée d’hommes et de femmes à chaque présentation afin de permettre aux doctorants et doctorantes de jouer les mêmes rôles. Mais force est de constater que les doctorants n’acceptent pas de laver les tasses et c’est difficilement qu’ils acceptent le faire une fois en passant. En tout cas, je ne me décourage pas et je pense continuer à les sensibiliser à partager certains travaux avec leurs collègues femmes.

Sur l’auteure :

Gogoli Ablavi Esseyram travaille sur la responsabilité parentale dans l’éducation des enfants, le travail et le trafic des enfants, la migration des familles, les conditions de vie des familles en milieu urbain ainsi que sur les questions liées au genre. Elle réalise une thèse sur l’organisation et le fonctionnement des enfants de la rue en milieu urbain. Sa publication scientifique la plus récente est intitulée : « La rue : espace de mobilité, de travail et de survie pour les enfants en milieu urbain » dans la revue MELANGES, Tome 2 : Espaces, sociétés et développement en Afrique subsaharienne, Presses Universitaires de Lomé. Très concernée par le domaine de la paix et la sécurité, elle est membre du Centre Panafricain de Recherche sur la Sécurité, la paix et le développement (CPR-SPD) et monitrice terrain de la CEDEAO pour le système d’alerte précoce.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.