Céline Labrune-Badiane (chercheure invitée du 4 février au 4 juillet 2019)

Mobilisant plusieurs domaines historiographiques (histoire de l’éducation, histoire de la colonisation, histoire atlantique…), les recherches de Céline Labrune-Badiane visent à contribuer aux réflexions menées en histoire sociale de l’Afrique contemporaine, dans une perspective comparatiste et transnationale, à différentes échelles et sur la longue durée.

Titulaire d’un doctorat d’histoire de l’Université Paris VII, ses recherches ont d’abord porté sur l’histoire de l’école en Casamance, et plus largement au Sénégal, aux époques coloniale et postcoloniale. Ensuite, elle a travaillé avec Etienne Smith, Maître de conférences à Sciences Po Bordeaux, sur la part africaine de la « bibliothèque coloniale » (Valentin Mudimbe)[1]. Actuellement, ses recherches portent sur les effets et les usages des catégories « raciales » en contextes post-esclavagiste, colonial et postcolonial dans l’Atlantique.

Dans le cadre de son séjour de recherche au sein du programme de recherche « La bureaucratisation des sociétés africaines » de l’IHA/CREPOS, son projet s’intitule : « Trajectoires individuelles de fonctionnaires antillais et guyanais dans l’administration coloniale en Afrique Occidentale Française (AOF) et en Afrique Equatoriale Française (AEF) ». Il vise à éclairer la manière dont s’articulent race et bureaucratie en tant qu’outils de domination[2] dans l’Empire colonial français, à partir travers la reconstitution de trajectoires de fonctionnaires antillais et guyanais en AOF et en AEF, de 1895 aux indépendances des pays africains en 1960, en suivant à la trace les individus, de leur territoire d’origine à l’Afrique. Il s’agit d’examiner de quelles manières la ligne de couleur intervient dans le processus de bureaucratisation des sociétés africaines.

Durant son séjour, elle a présenté cette recherche, dans ses différents aspects, d’abord au sein d’un atelier de travail et méthodologique sur « la Sénégambie, les Amériques et l’Europe en miroir aux XVème-XXIème siècle » organisé par Antonio d’Almeida Mendes (CRHIA et CIRESC) et Abderrahmane Ngaïdé (UCAD) dans le cadre du programme de recherche SLAFNET (Slavery in Africa : a dialogue between Europe and Africa). Sa communication s’intitulait : « Couleur, race et bureaucratie coloniale : trajectoires de fonctionnaires antillais et guyanais en AOF et en AEF ». Ensuite, elle a animé un séminaire de recherche doctoral au département d’histoire de l’UCAD sur le thème : « “Mobile citizens”[3] : Les fonctionnaires antillais et guyanais dans l’administration coloniale en Afrique Occidentale Française (AOF) ».  Enfin, dans le cadre de l’atelier de recherche « Intermédiaires et Intermédiations en Afrique. Perspectives sur la longue durée », qu’elle a co-organisé avec Amadou Dramé (post-doctorant IHA/CREPOS), elle a présenté une communication sur « Les coopérants antillais et guyanais au Sénégal, “des transfuges, également à l’aise dans l’une et l’autre communauté” ? ».

 

http://www.cessma.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article1253

 

[1] Labrune-Badiane Céline et Smith Etienne, Les hussards noirs de la colonie. Instituteurs et « petites patries » en AOF, Paris, Karthala, 2018, 706p.

[2] Arendt H., L’impérialisme. Les origines du totalitarisme, Paris, Fayard, 2010 [1ère édition 1951]. Cf. Chapitre 3, « Race et bureaucratie ».

[3] Natasha Pairaudeau, Mobile citizens. French Indians in Indochina, 1858-1954, Copenhagen, Nordic Institute of Asian Studies, Monograph Series, n° 129, 2016, 370 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.