L’Amicale socio-économique sportive et culturelle des agriculteurs du Walo (ASESCAW) : retour sur l’épisode d’une contestation de la bureaucratie

Les coopératives et les sections villageoises sont nées avec la mise en œuvre du Programme Agricole (PA) dès le début des indépendances en 1960. Elles sont le fruit de la démarche participative ou inclusive adoptée par les autorités politiques pour garantir la participation populaire (Touré, 2004 ; Ba et al, 2002). Il a fallu attendre les années 1970 pour voir éclore des organisations paysannes d’initiative endogène ou communautaire dont l’Amicale Socio-économique sportive et culturelle des agriculteurs du Walo (ASESCAW). Indépendante (vis-à-vis des coopératives et des sections villageoises) et pionnière parmi les organisations paysannes au Sénégal, l’ASESCAW est créée en 1976 à la suite de la démultiplication du foyer des jeunes de Ronkh qui existait depuis 1963. Elle est donc le produit d’une initiative soutenue par des jeunes du Walo en vue de trouver des réponses à la situation socio-économique qui tenaillait la zone du delta[1].

En revisitant l’histoire de cette organisation notamment les facteurs contributifs à son émergence, nous nous sommes rendu compte que la bureaucratie y a joué un rôle non négligeable. Ce présent billet revient sur les premiers pas de l’ASESCAW et met l’accent sur ce qu’il convient d’appeler l’épisode de la contestation de la bureaucratie. L’objectif est de voir la place des pratiques bureaucratiques dans l’éclosion de cette organisation. Pour cela, deux points sont retenus : l’exigible et l’encadrement bureaucratique.

 

Autour d’un document bureaucratique : l’exigible

« L’historique, c’est aussi les relations avec l’État qui n’a jamais eu de problème parce qu’on se présentait comme étant des auxiliaires. Mais la société d’encadrement, qui était la SAED, avait beaucoup de problème avec l’ASESCAW parce que les jeunes représentaient un peu le dispositif de contrôle entre la SAED et les vieux. Les jeunes contestaient souvent les exigibles et la situation était très tendue » (Babacar Diop, président de l’ASESCAW).

En voulant faire du monde rural la locomotive du développement économique du pays, les autorités politiques ont pris une batterie de mesures pour soutenir le décollage de l’agriculture. Cette décision est sous tendue par une approche dirigiste adoptée sous les règnes de Mamadou Dia et de Léopold Sédar Senghor (Diouf, 1992 ; Mbodj, 1992). C’est ainsi que l’on a assisté, en plus du vaste programme agricole, à la mise en place d’un dispositif d’encadrement pouvant être qualifié de bureaucratique. Ceci s’est traduit, entre autres, par l’érection de structures d’encadrement telles que l’Office national pour la commercialisation de l’arachide et du développement (ONCAD) (1966) et la Société d’aménagement et d’exploitation des terres du delta (SAED) (1965). Elles sont chargées de regrouper les paysans dans des coopératives agricoles et des sections villageoises dans l’esprit de garantir l’animation rurale et le développement de l’agriculture. Dans la vallée du fleuve Sénégal, la mission de la SAED a été d’assurer le développement de l’agriculture irriguée (plus précisément la riziculture) en accompagnant les producteurs du financement au remboursement de crédit. Ce qui nécessitait la mise en place d’un dispositif impliquant l’usage ou l’utilisation d’un ensemble de documents bureaucratiques : le formulaire de l’expression de besoin, le bon et l’exigible. Ce fut autour de ce dernier – l’exigible – que découlèrent les germes d’une contestation à partir de laquelle se matérialisa l’initiative des jeunes de Ronkh et plus tard du Walo : la création de l’ASESCAW.

En effet, conscients du niveau d’instruction de leurs parents et dubitatifs sur la fiabilité des dimensions officielles ou déclarées des parcelles par la SAED, les jeunes de Ronkh sous la houlette de Abdoulaye Diop[2] ont pris la décision de mesurer à nouveau toutes les parcelles de la zone en vue de les confronter aux exigibles délivrés. L’exigible est un document détaillant la quantité et le montant des intrants et produits financés par la banque avec l’aval de la SAED, ainsi que le montant remboursé (en nature et en termes de kg). Ce document, comparable à un reçu de paiement avec tous les détails, est remis au paysan par la coopérative[3] à la fin de la campagne attestant le recouvrement du crédit (voir l’image pour plus de détail).

Cette initiative a révélé un écart entre l’officiel et la réalité, qui a débouché sur un climat plus ou moins tendu entre les jeunes et la SAED concernant notamment la gestion des aménagements hydroagricoles. De ce fait, les jeunes se sont érigés en bouclier ou « dispositif de contrôle » dans l’esprit de corriger cette situation qu’ils ont jugée anormale. Pour ce faire, ils se sont d’abord regroupés en foyer de jeunes pour pouvoir mener des activités même  économiques (aménagement d’un champ collectif) en dépit de leur statut[4]. Les retombées issues des activités économiques ont été ensuite investies dans des activités sociales telles que la réfection des mosquées. Cette orientation visait à convaincre les vieux du village qui étaient réticents au départ et refusaient toute rencontre entre filles et garçons alors que l’objectif était de mobiliser toutes les catégories confondues (jeunes, femmes et vieux). Donc, cet obstacle et la manière dont il a été contourné renseignent sur le poids des réalités socioculturelles dans cette zone.

Cette expérience des jeunes de Ronkh a eu un effet d’entrainement car, elle a débouché sur une création généralisée de foyers de jeunes dans toute la zone du Walo. Ces derniers se sont regroupés sous le nom de l’Amicale des jeunes agriculteurs avant de devenir plus tard l’ASESCAW. Il faut cependant souligner que la controverse autour de ce document bureaucratique n’est que le point de départ d’un mouvement de contestation, qui prendra son envol décisif avec la remise en question de tout l’appareil bureaucratique mis en place depuis le début de l’indépendance. Cet aspect est bien étayé dans le point suivant.

 

Les paysans à l’épreuve de l’encadrement bureaucratique

« L’autre historique, c’est que tous les jeunes ne pouvaient pas accéder à la terre, au foncier, aux périmètres.» (Babacar Diop, président de l’ASESCAW).

Pour mettre à plat les facteurs contributifs à l’émergence de l’ASESCAW, nous soutenons que l’encadrement bureaucratique en fait partie. En effet, pour mener à bien le programme agricole (PA), les autorités politiques ont opté pour le dirigisme. Elles ont mis en place un important dispositif d’encadrement avec l’érection, en plus de la SAED et de l’ONCAD, des structures de participation telles que la société pour la mise en valeur de la Casamance (SOMIVAC), la société pour le développement de l’agriculture (SODAGRI), la société des fibres textiles (SODIFITEX) etc. Cette démarche, se traduisant par l’omniprésence de l’État dans la gestion des affaires du monde rural, pouvait s’expliquer par la volonté des dirigeants d’alors de contrôler cet espace pour des raisons à la fois économiques et politiques (Diouf, 1992 ; Dahou et Ndiaye, 2008).

Toutefois, dès le début des années 1970, le dirigisme instauré comme méthode de gouvernance a fait l’objet de vives contestations de la part des paysans qui dénonçaient entre autres, l’incompétence des agents, la distribution tardive des intrants et du matériel, les méthodes brutales de recouvrement des dettes (Mbodj, 1992). Ainsi, dans la vallée du fleuve Sénégal, cette situation adossée à la marginalisation des jeunes notamment dans la distribution des terres contrôlées par la SAED a accéléré le rejet de l’encadrement bureaucratique. Ce dernier s’est aussi heurté à une somme de crises notamment celle agricole à la suite de la grande sécheresse (1971-1972) avec ses corollaires parmi lesquels l’exode rural. De cette situation un sentiment de frustration et de suspicion à l’égard des autorités étatiques s’est développé dès lors que les paysans «… ont fini par croire que les structures de participation ne sont en fait que de nouveaux maillons d’une administration omnipotente et tentaculaire» (Kassé, 1990: 32).

C’est de ce concours de situation – contestation de la bureaucratie (controverse autour de l’exigible et le rejet de l’encadrement) et la crise agricole – les paysans ont décidé de se regrouper dans des cadres collectifs telles que l’ASESCAW en vue d’améliorer leurs conditions de vie et de travail. Leurs objectifs se résumaient à freiner l’exode rural occasionné par la crise agricole et le développement de la zone par la valorisation des ressources locales. Actuellement, l’ASESCAW compte 187 associations villageoises de développement réparties en treize (13) zones. Elle intervient dans divers domaines (agriculture, élevage (embouche), et appartient à plusieurs structures aux niveaux local (CIFA, PINORD) et national (CNCR, ASPRODEB).

[1] Cette zone correspond sensiblement au département Dagana dans la région de Saint Louis.

[2] Il est le premier président de l’ASESCAW.

[3] Maintenant le relais est assuré par les Unions hydrauliques composées de sections villageoises et de groupement d’intérêt économique (GIE).

[4] Les foyers de jeunes n’étaient pas autorisés à mener des activités économiques.

 

Bibliographie :

Ba, Ch. Oumar, Ndiaye Ousmane et Sonko M. Lamine, (2002), « le mouvement paysan (1960-2000) », in Diop M. C. (éd.) La société sénégalaise entre le local et le global, Karthala, pp. 257-283.

Dahou, Tarik et Ndiaye Abdourahmane (2008), « les enjeux d’une réforme foncière », in Tarik Dahou (éd.), Libéralisation et politique agricole au Sénégal, Crepos-Karthala-Enda Graf Diapol, pp. 47-68.

Diouf, Mamadou (1992), « Le clientélisme, la technocratie, et après », in Diop M. C. (éd.) Sénégal. Trajectoires d’un Etat, Dakar, CODESRIA, pp.233-278

Mbodj, Mouhamed (1992), « La crise trentenaire de l’économie arachidière », in Diop M. C. (éd.) Sénégal. Trajectoires d’un Etat, Dakar, CODESRIA, pp. 95-135.

Touré, El. S. (2004), « Les organisations paysannes au Sénégal : de 1960 aux années 90 », in Niang Mamadou (dir.), participation paysannes et développement rural au Sénégal, Dakar, CODESRIA, pp. 25-54.

Modou Niang

Modou Niang est doctorant en sociologie à L'Université Gaston Berger (UGB) de Saint Louis (Sénégal). il est membre du programme de recherche de l'IHA-CREPOS. Son sujet de recherche porte sur le fonctionnement des organisations paysannes dans le Delta du fleuve Sénégal.

More Posts


Modou Niang

Modou Niang est doctorant en sociologie à L'Université Gaston Berger (UGB) de Saint Louis (Sénégal). il est membre du programme de recherche de l'IHA-CREPOS. Son sujet de recherche porte sur le fonctionnement des organisations paysannes dans le Delta du fleuve Sénégal.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.