Cecilia Passanti

Cecilia Passanti est doctorante a l’Université Paris V Descartes, affiliée au Ceped (Centre Populations et Développement) et au programme de recherche IHA-CREPOS sur »la bureaucratisation des sociétés africaines«. Sa thèse, dirigée par Mathieu Quet et Sara Angeli Aguiton, porte sur l’informatisation des élections au Kenya et au Sénégal, et sur le marché international de ces technologies.

Elle a obtenu une Licence en Anthropologie à l’Università degli Studi di Siena, avec un mémoire sur les politiques de l’écriture ethnographique au tournant du XXème siècle. Elle a poursuivi ses études en Histoire des Sciences, Technologies, Sociétés à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) au Centre Alexandre Koyré. Son mémoire de Master1, dirigé par Sara Angeli Aguiton, est intitulé «La fa-brique d’internet : pour un rapport politique au réseau informatique. Petite histoire de la mise en forme du serveur nomade: la Brique Internet». Elle s’inscrit ensuite en Master2 de Sciences Politiques, Études Africaines à l’Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne . Ses recherches se tournent vers les technologies électorales avec un mémoire dirigé par Jérôme Valluy et Marie-Emmanouelle Pommerolle intitulé «Machines en Politique : le rôle des technologies électorale dans les élections de 2017 au Kenya».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.