Le nouvel aéroport et la résilience des Sereer riverains

La première pierre posée le 4 avril 2007 (fête de l’indépendance du Sénégal) et inauguré le 7 décembre 2017, l’Aéroport International Blaise Diagne est construit à proximité du village de Diass qui abrite l’une des plus grandes communautés rurales du département de Mbour et dans la région administrative de Thiès. L’actuel gouvernement et bailleurs représentent la construction de cet aéroport comme une « nécessité » pour désengorger la ville de Dakar, devenue « saturée » à cause de l’urbanisation galopante. D’après le Groupe de la Banque africaine de développement, l’aéroport « sera considéré comme un hub régional et favorisera le développement économique et touristique du pays ». Définie dans le schéma d’aménagement et de développement territorial de la zone comprise entre Dakar et Mbour, la décision technocrate d’implanter un aéroport international à plus que 40km de Dakar, se heurte à des réalités de deux communautés rurales, composées des communautés Sereer, particulièrement les sous-groupes de Paloor et de Saafeen. Cela engendre une transformation et une reconfiguration socio-spatiale radicale de la zone et au sein des populations.

Deux décrets sont au centre du conflit. Le premier est le décret n°2002-435 du 29 avril 2002 qui se prononce sur la désaffectation d’un terrain du domaine national situé à Diass, d’une superficie de 1350 ha servant d’assiette à la réalisation d’un aéroport international. Pour les populations de Diass, ce décret n’aurait pas causé de problèmes. Cependant, un deuxième décret a été publié. C’est le décret n°2010-894 du 30 juin 2010, qui impose la création d’une zone d’extension de l’Aéroport International Blaise Diagne d’une superficie de 4000 ha, notamment pour l’aire de sécurité, mais fortement contesté par les communautés Sereer concernées (cf. Diouf, 2014). Cela produit un litige foncier qui va créer une division au sein des communautés riveraines. Hors que les uns rappellent leur attachement socio-culturel à la terre, les autres se lancent dans la spéculation.

Ma recherche ne porte pas sur l’aéroport en question mais je me sers de lui pour mieux comprendre les résiliences des communautés riveraines et surtout les litiges fonciers que l’aménagement territorial a déclenchés. L’étude de l’impact de l’Aéroport International Blaise Diagne sur les communautés riveraines permettra d’explorer de manière empirique les interactions sociales des acteurs dans le processus d’insertion urbaine et la transformation socio-culturelle. Dans ce billet, je m’intéresse à la question suivant : quel impact le nouvel aéroport a sur la communauté riveraine et vice versa? Le but de ce texte est la préparation d’une recherche de terrain à l’aide de méthodes ethnographiques.

Différentes perspectives sur le nouvel aéroport

La zone de la région de Thiès et plus précisément Diass et Keur Moussa fut d’abord habitée par des Sereer du Nord-Ouest. Leur histoire est marquée par leur résilience par rapport à l’influence des Wolof du Kajoor et Bawol de la confédération du Djoloff et par leur rejet des rapports de dominations politiques, des tentatives d’islamisation et la résistance à la pénétration coloniale française. Ainsi, ces populations se retiraient dans une aire de vie difficilement accessible à cause de son relief accidenté[1] constitué de plateau et vallée dépressive. Du coup, cette position favorisa le maintien de leur organisation sociale peu hiérarchisée et matrilinéaire. Leur langue est caractérisée par une variété de dialecte entrainant des fois une incompréhension entre des sous-groupes (Ousmane Diouf, 2014). Bien que, d’après Ismaïla Ciss (2000), les Sereer du Nord-Ouest étaient historiquement (XIVème siècle) des peuples allogènes au terroir qu’ils occupent actuellement, ils ont pu s’imposer comme des « autochtones », très attachés à leur terroir.

Il est important de prendre en compte ce contexte socio-culturel et historique pour mieux saisir les dynamiques conflictuelles autour de l’emplacement du nouvel aéroport. Sa construction devait conditionner le déplacement de trois villages de la communauté rurale de Keur Moussa, notamment les villages de Kessouk-hatt, de Kathialick et de Mbadatt. Les populations de ces trois villages vivent d’agriculture et d’élevage, ce qui renforce davantage leur attachement au terroir. De plus, elles ont des lieux de cultes dans leur terroir que les membres fréquentent et pratiquent régulièrement. Ainsi, elles aperçoivent leur dépossession comme injustice et certains se sont organisés en Collectif pour la défense des intérêts des villages riverains de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD). Le 13 avril 2014, le collectif des habitants de ces villages riverains a adressé une lettre ouverte au président sénégalais, Macky Sall. Dans cette lettre, Abdoulaye Diouf, secrétaire général de l’association pour la défense des intérêts des villages de la communauté rurale de Keur Moussa riverains de l’AIBD, affirme que les riverains étaient en parti expropriées de leur terre « sans fondement légal », surtout les habitants du village de Mbadatt qui ont été déplacées de force en mars 2014. Selon Abdoulaye Diouf, le village de Mbadatt « est rayé de la carte du Sénégal », « sans respect des droits fondamentaux de la personne humaine » et entrainant un « traumatisme psychologique » chez les personnes âgées.[2] Dans un entretien, Abdoulaye Diouf m’a rappelé que son père, chef coutumier de Kathialick, fut amené en garde à vue lors du déguerpissement.

Photo des ménages qui ont quitté Kathialick prise au mois de mai 2018

Son village se trouve en ce moment dans un état où une partie des habitants a accepté d’aller au site de recasement aménagé par l’Etat et l’autre partie a décidé de rester dans le village parce que, argumentent-ils, l’aire de sécurité de l’aéroport qui est avancée comme raison de leur délocalisation ne tient pas. Ainsi, la lettre du Collectif dénonce :

« Il a été annoncé partout que le site de l’aéroport est dans la communauté rurale de Diass alors que ce sont les habitants de la communauté rurale de Keur Mousseu que nous sommes qui sont inquiétés. D’ailleurs certaines concessions du village de Diass Louboug sont dans les périmètres de l’aéroport et pourtant aucun dégât n’a été causé à ces populations.
Aussi, est-il logique que si besoin en était, que les trois villages sont visés par le décret n°2002-435 du 29 avril 2002 qui prévoit en son article 2 une indemnité totale de 15.258.700 francs [CFA] pour l’ensemble des occupants du terrain de l’aéroport. Ceci démontre à suffisance que la surface concernée a été dépassée ».

En effet, le secrétaire général de l’association s’approprie le décret de 2002 pris par le président Abdoulaye Wade pour argumenter et réclamer à l’État la faveur de rester sur son site même si la compensation du déguerpissement fut décrétée. Pourtant, le rapport du groupe de la Banque africaine de développement mentionne que les populations de la communauté rurale de Diass sont les plus affectées mais certaines de la communauté rurale de Keur Moussa aussi[3], en raison du respect de la zone de sécurité aéroportuaire.

Quelques jours après l’ouverture de l’aéroport, les communautés continuaient de protester contre le fait d’avoir perdu leurs sites hérités des ancêtres avec les rites et cultes à l’aéroport. Un habitant Mbadatt s’exclame dans le journal sénégalais « Le quotidien »:

« Nous avons cédé nos terres héritées de nos ancêtres. Ce n’était pas du tout facile surtout avec la délocalisation du cimetière de Mbadatt (le site qui abrite actuellement le pavillon présidentiel). Nous tenons beaucoup à notre tradition ! »[4]

En analysant les différentes interventions des représentants des villages riverains à l’aéroport et ayant été sur le terrain, on peut induire comment une décision de réaménagement territorial en vue d’urbanisation et de construction d’infrastructures modernes, peut entrainer des sentiments de victimisations, mais aussi l’émergence d’une nouvelle forme de citoyenneté urbaine[5]. Cette nouvelle forme de citoyenneté s’explique par le fait que les habitants s’engagent à participer activement aux processus de prises de décisions socio-politiques. D’un côté, l’organisation technocrate du schéma d’aménagement urbain et du développement territorial, instituée par des décrets et lois, pousse les acteurs du commun, de l’autre côté, à se réorganiser en collectif pour la défense des intérêts des villages de la communauté rurale de Keur Moussa riverains de l’AIBD. En même temps, les éléments d’identification culturelle jouent un rôle dans l’appréhension de la lutte militante et engagent des communautés rurales dans leurs interactions avec les acteurs de l’aéroport[6]. L’aéroport représente un enjeu important de transformation sociale, mais aussi une arène dans laquelle nous retrouvons non seulement les technocrates de l’État sénégalais mais aussi les communautés rurales qui jouent sur différentes formes de résilience.

Cependant, il faut mentionner que le changement du statut de la terre, à travers la déconcentration des infrastructures urbaines, à savoir l’industrie et l’habitat, engendre un champ d’énormes spéculations. Sachant bien que, de nos jours, la valeur de la terre se hisse proportionnellement à des montants d’argent énormes, des acteurs Sereer de la zone font preuve de double résilience. Dans la dynamique d’urbanisation, Diass et Keur Moussa deviennent d’un coup un site d’investissement très important. Les enjeux fonciers suscitent beaucoup de commentaires et d’intérêts. Les surfaces sont de plus en plus construites et les jeunes ont des opportunités d’emplois d’ouvriers et de manœuvres dans les chantiers de constructions. D’ailleurs la fin des travaux de construction de l’aéroport en avait désœuvré un grand nombre. Les communautés rurales de Diass et de Keur Moussa sont dans le processus d’une rapide urbanisation et industrialisation depuis l’insertion du schéma d’aménagement et de développement territorial et la construction du nouvel aéroport. De villages, ces zones sont devenues des mairies en 2014.

Ce qui inspire ce billet, c’est que l’Aéroport International Blaise Diagne est un facteur de transformation à plusieurs dimensions à savoir les dimensions socio-spatiales, politiques, économiques, etc. qui engendre en même temps une reconfiguration sociale. Les habitants des villages riverains à l’aéroport, ont-ils été déguerpis de force ou ont-ils volontairement cédé le site pour cause d’utilité publique en ayant en tête le décret d’indemnisation et les avantages potentiels de l’aéroport moderne ? L’attachement à la terre nous fait croire à un processus de force, mené par une logique néolibérale et imposé par des technocrates. Cependant, les fortunes de ceux qui profitent de la spéculation rappellent aussi que la terre n’est plus seulement porteuse des valeurs culturelles, mais se laisse transformer aussi en terrain à commodifier (Le Roy 1997 ; Klute et Fernandes 2011). Dans le terrain que je suis en train de mener, je m’intéresse aux litiges occasionnés par ces dynamiques controverses.

Références

Benga, Ndiouga(2013) : Les murs-murs sur nos murs. Quête de citoyenneté et culture urbaine à Dakar, In : DIOUF Mamadou, FREDERICKS Rosalind (eds.), Les arts de la citoyenneté au Sénégal, espaces contestés et civilités urbaines, Paris, Karthala.

Ciss, Ismaila (2000) : La colonisation et mutations des sociétés seereer du nord-ouest, du milieu du XIXe siecle à la deuxième guerre mondiale, [Thèse du doc. troisième cycle], Dakar LTH801

Ciss, Ismaila (2012) : Dynamique atlantique et transformations des sociétés sereer du Nord-Ouest, de l’ère de la traite négrière à la post colonie, Dakar, UCAD, [Thèse de doc. d’Etat d’histoire].

Diouf, Ousmane (2014) : Dynamiques urbaines et transformations des sociétés sereer du Nord-Ouest, de la seconde guerre à nos jours, Mémoire de master II, Histoire des Modernités Africaines, Dakar

Klute, Georg und Fernandes, Raúl (2011) : Globalisierung Süd. Globale Herausforderungen und die (Wieder-)Entstehung neo-traditioneller Landrechte. Rechtsanthropologische Untersuchungen in Guinea-Bissau. In: Globalisierung Süd. En ligne : http://www.worldcat.org/oclc/862554031

Le Roy, Étienne (1997) : La sécurisation foncière dans un contexte africain de marchandisation imparfaite de la terre, horizon/documentation, IRD : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_6/colloques2/42965.pdf


[1] Benga, Ndiouga (2013) : Les murs-murs sur nos murs. Quête de citoyenneté et culture urbaine à Dakar, in : Diouf, Mamadou et Rosalind Fredericks (eds.), Les arts de la citoyenneté au Sénégal, espaces contestés et civilités urbaines, Paris, Karthala.

[2] Je remercie Ousmane Diouf et Abdoul Aziz Diagne pour les éclaircissements.

[3] https://www.lequotidien.sn/impact-de-laibd-sur-la-communaute-diass-attend-son-decollage/ (accédé le 13 avril 2018).

[4] https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Environmental-and-Social-Assessments/AIBD%20ESIA%20-%20FR%20-%2015102010.pdf ( accédé le 13 avril 2018 ).

[5] Keur Moussa a un relief accidenté avec le plateau géologique et des vallées (Plan local de développement de la communauté de Keur Moussa – 2010 – 2015).

[6] Source de la lettre: http://www.rewmi.com/situation-des-habitants-des-villages-riverains-de-laibd-lettre-ouverte-a-monsieur-le-president-de-la-republique-par-abdoulaye-diouf.html (accédé le 13 avril 2018).


Lamine Doumbia

Lamine Doumbia stammt aus Mali und studierte Kultur- und Sozialanthropologie an der Universität Bayreuth. Danach Promovierte er im Fach Rechts- und Politische Anthropologie als Junior Fellow von Bayreuth International Graduate School of African Studies (BIGSAS) mit dem Stipendium der Friedrich-Ebert-Stiftung. Zur Zeit ist er ein Postdoc-Fellow des Deutsches Historisches Institut Paris (DHI) und Centre de recherche sur les politiques sociales (CREPOS).

More Posts

Lamine Doumbia

Lamine Doumbia stammt aus Mali und studierte Kultur- und Sozialanthropologie an der Universität Bayreuth. Danach Promovierte er im Fach Rechts- und Politische Anthropologie als Junior Fellow von Bayreuth International Graduate School of African Studies (BIGSAS) mit dem Stipendium der Friedrich-Ebert-Stiftung. Zur Zeit ist er ein Postdoc-Fellow des Deutsches Historisches Institut Paris (DHI) und Centre de recherche sur les politiques sociales (CREPOS).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.