Nommer un « chef de cour » en milieu carcéral (Tchad) : un processus de bureaucratisation en miniature

Responsable: Félix Kaguenang.

« Je suis A.S., le chef de cour… Ici, nous avons notre propre organisation interne… Moi je suis le chef de cour, c’est comme l’administration ! Donc, la prison c’est notre territoire… Nous même on organise notre vie, notre sécurité (…). Parce que nous avons une brigade de discipline, une mairie qui s’occupe de l’assainissement de la cour, des chambres et des toilettes (…).C’est dans toutes les maisons d’arrêt (du Tchad) que tu peux trouver cette organisation …Par exemple, moi j’ai été transféré de la prison de Moussoro où j’ai fait 18 mois… c’est la même organisation là-bas (…).

Je suis le chef, mais j’ai une équipe qui travaille avec moi. Ces gens qui travaillent avec moi ne sont pas choisis par hasard ; on ne peut pas, par exemple, prendre un désordonné ou celui qui tente souvent de s’évader pour lui confier une mission ! ».

Dès le premier contact avec mon terrain d’enquête ethnographique en 2015 à la maison d’arrêt de Bongor (une ville du sud du Tchad), j’ai eu droit à une visite guidée, juste après les formalités d’ordres sécuritaires. C’est le responsable de la prison qui a demandé à l’un des détenus, qu’il appelle « chef de cour », de me guider au cours de cette visite à l’intérieur de l’institution carcérale. C’est alors que je me rends compte que les détenus vivent quotidiennement au rythme d’une organisation, certes informelle, mais qui semble fonctionner de manière assez structurée, sous le prisme des règles bureaucratiques officielles. Cette organisation des détenus porte sur la sécurité, l’hygiène et la discipline sociale dans la cour de la maison d’arrêt.

Les « anti gangs » de la brigade de discipline appelant leurs codétenus à base d’une liste

Le présent billet présente quelques résultats de l’étude faite lors de mon mémoire de master, que j’entends poursuivre dans le cadre de mes recherches doctorales sur la bureaucratisation et l’informalisation des pratiques carcérales au Tchad. Je me focalise donc sur certaines pratiques informelles des détenus qui reflètent une bureaucratisation de la « cour » du milieu carcéral. Il s’agit notamment de la nomination d’A.S. comme « chef de cour ». En effet, la « cour » ici désigne le territoire pénitentiaire limité par les murs carcéraux et composé d’une communauté carcérale qui rassemble les détenus vivant au sein de l’établissement carcéral, quels que soient leurs statuts judiciaires (détenus préventifs, condamnés, prévenus, inculpés, etc.).

L’entrée du quartier « haute sécurité »

Ainsi, en plus de l’administration et de la surveillance pénitentiaire qui sont des institutions publiques mis en place par l’État et régies par des textes spécifiques, il existe d’autres « institutions carcérales » dirigées par les prisonniers eux-mêmes. Ces institutions ne relèvent pas de l’organisation et du fonctionnement de l’administration publique, mais sont baptisées en des termes qui, pour la plupart, sont les noms des services publics de l’État utilisés par les prisonniers pour s’identifier et s’affirmer, même vis-à-vis des autorités en charge de la gouvernance carcérale. Il s’agit notamment de la « cour » avec à sa tête un « chef de cour » désigné et reconnu par les détenus comme étant le premier responsable, de leur espace carcéral. Au sein de cette « cour », l’on trouve également une « brigade de discipline », une « mairie », des « chefs de chambres », une « ANS », un « chef-cuisine », un « pasteur » et un « imam »[1], qui constituent des organisations en charge de la sécurité, de l’hygiène et de l’ordre social à l’intérieur des murs. Il importe de souligner ici que ces « institutions » sont mises en place et dirigées par les détenus eux-mêmes.

Cette organisation de la communauté carcérale semble constituer une véritable bureaucratie en miniature qui tend probablement vers un processus de formalisation des pratiques informelles, c’est-à-dire, une sorte de normalisation des pratiques assez dynamiques mais non (pré)codifiées. Cette forme de normalisation semble n’avoir d’effets matériels et symboliques que limités seulement à la communauté carcérale. C’est une organisation interne et propre à la prison, mais qui fonctionne de manière très semblable, voire en parallèle aux services publics officiels.

Faire des détenus des forces de sécurité pour renforcer le manque de ressources humaines ?

C’est du moins le cas de la nomination d’A.S. qui semble constituer un palliatif pour juguler les difficultés eu égard au nombre pléthorique des détenus de Bongor alors que l’administration pénitentiaire ne fonctionne qu’avec deux régisseurs et huit gardiens qui se succèdent tous les deux jours en groupe de quatre. C’est pour cette raison aussi que le « chef de cour » de Bongor prend des fonctions qui devraient être réservées à l’administration pénitentiaire. Il résulte de mes observations empiriques que les fonctions exercées par le « chef de cour » sont plus ou moins identiques à celles consacrées par les textes juridiques aux personnels de l’administration pénitentiaire et ceux de la surveillance. Il en est, par exemple, de l’arrêté instituant le règlement intérieur des prisons au Tchad qui dispose que « la décision d’affectation en cellule relève uniquement du directeur de l’établissement pénitentiaire ». Si l’on constate sur le terrain que le « chef de cour » exerce ce pouvoir réservé uniquement au directeur de l’établissement, cela peut s’expliquer d’un côté par les réalités carcérales qui sont entachées des difficultés et manquements constatés çà et là conduisant les responsables à réadapter leurs fonctions à ces réalités locales. D’un autre côté, il peut s’agir également d’une stratégie consciente des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire de responsabiliser les détenus dans le maintien de l’ordre social, de les impliquer dans la gestion quotidienne, ce qui faciliterait le contrôle des émotions et des comportements des prisonniers qui sont par avance des déviants.

Comment devient-on « chef de cour » : des critères de sélection et qualités personnelles formalisées ?

Il s’agit ici de décrire les pratiques et les critères qui contribuent à la désignation d’un « chef de cour ». Il s’agit, suivant le cas d’A.S. d’un détenu désigné préalablement par les responsables de l’administration pénitentiaire en collaboration avec les autres détenus et doté de pouvoir d’assurer l’ordre à l’intérieur des murs carcéraux. L’objectif est d’essayer de comprendre, à partir du processus de désignation d’A.S., les dynamiques qui concourent à la mise en place des différentes responsabilités qu’exercent les détenus au sein de la communauté carcérale de Bongor.

En effet, selon le régisseur de la prison de Bongor, le « chef de cour », première autorité carcérale vis-à-vis de ses codétenus, doit « avoir une force de caractère et l’habilité à mieux connaître ses codétenus. Il doit également être un fin négociateur et un meneur d’hommes » (entretien du 22/06/2015). Le choix d’A.S. comme chef de cour répond donc à des critères précis et bien définis selon des réalités propres à la vie carcérale : être meneur d’homme, avoir la force de caractère, être un fin négociateur, entre autres. Pour le régisseur, ces critères liés aux traits de caractère physique et à la capacité de négociation du chef de cour s’expliquent par la nature même du milieu carcéral qui regroupe des « hors-la-loi ». A.S. est « nommé » par le régisseur en collaboration avec les surveillants pénitentiaires mais avec entre autres conditions d’acquérir l’unanimité de la communauté carcérale.

En plus de ces caractéristiques, le « chef de cour » de la prison de Bongor a aussi été recruté à cause de son ancienneté et parce qu’il sait écrire ou plus précisément recopier et lire en français les noms sur la liste de ses codétenus. Ces critères constituent des variables déterminantes pour le choix de ce responsable de l’organisation interne du milieu carcéral. Car, selon A.S., ce sont les détenus ayant un long séjour carcéral qui connaissent le mieux les règles pratiques de fonctionnement de la vie pénitentiaire et qui acquièrent souvent une autorité au sein de la communauté carcérale (entretien du 22/06/2015). Il pense donc qu’un détenu ayant été condamné pour une durée maximum de deux ans ne répond pas au critère d’ancienneté pour être « chef de cour », mais peux occuper d’autres fonctions comme « cuisiniers » ou la « mairie », mais aussi « brigade de discipline » à conditions d’avoir un caractère physique remarquable et une corpulence musclée.

Enfin, le chef de cour et son adjoint ne doivent pas être libérables au cours d’un même mois, car l’un des deux devra contribuer à former la relève. Quant à la nomination des détenus à d’autres fonctions de la prison sur lesquelles je ne peux pas m’arrêter longuement ici, c’est le « chef de cour » qui en est responsable. Ces responsabilités semblent se développer autours des enjeux qu’il convient de décrire.

L’entrée principale de la prison de Bongor

Fonctions au sein de la « cour » : un privilège pour les détenus

La nomination d’A.S. comme chef de cour et la mise en place d’une organisation carcérale avec différentes fonctions, répondent à plusieurs enjeux. Alors que pour les responsables pénitentiaires, cette organisation interne a pour principal avantage de compenser le manque de personnel et de mettre les prisonniers devant leurs responsabilités quant à l’ordre social intra-mural, pour les détenus ces nominations permettent d’accéder à des petits gains tant matériels que symboliques.

Du point de vue d’A.S., mais aussi des autres détenus interrogés à Bongor, travailler dans la cour est un privilège. C’est par exemple le cas des membres de la « brigade », ceux de la « mairie » ou encore les membres de la « cuisine » qui ont ce privilège de sortir de l’établissement et d’en revenir tout au long de la journée pour une raison ou une autre (aller acheter des articles pour les codétenus n’ayant pas ce privilège, être envoyé, jusqu’à la ville, par des responsables de l’établissement, etc.).

Aux termes de la description de cette organisation carcérale visant à répondre aux besoins de sécurité et de l’harmonie de la communauté carcérale, il importe de se questionner pour comprendre quelles sont les normes et organisations (officielles et informelles) qui règlementent le fonctionnement interne des établissements pénitentiaires au Tchad ? Quelles applications en font les acteurs stratégiques au quotidien ? Quelles sont les formes et les représentations socio-historiques des pratiques bureaucratiques au sein du milieu carcéral telles que pensées et conçues par les acteurs ? Et enfin, quelles sont les réalités contextuelles du fonctionnement quotidien de cette forme de bureaucratisation du milieu carcéral : alternatives, contradictoires ou protestataires ?

Vue faciale de la prison de Bongor

[1] Les termes utilisés ici pour désigner ces organes sont propres à mes interlocuteurs. C’est pour éviter la confusion de certains d’entre eux avec les noms des institutions officielles que j’ai choisi de les mettre entre guillemets.

 

 

Crédits photographiques: Félix Kanguenang – CC-BY-SA


Félix Kaguenang

Après un Master en Droit privé à l’Université de N’Djamena (faculté des sciences juridiques et politiques) et un diplôme de Magistrature à l’Ecole Nationale de Formation Judiciaire (ENFJ) de N’Djamena, Félix Kaguenang a intégré la faculté des sciences humaines et sociales pour poursuivre des études de Master en Anthropologie. Il a défendu avec brio un mémoire de master intitulé Ethnographie des pratiques et des représentations liées aux établissements pénitentiaires du Tchad : la maison d’arrêt de Bongor. Chercheur associé au Centre de Recherche en Anthropologie et Sciences Humaines (CRASH), un centre de recherche international basé à N’Djamena, Félix Kaguenang vient d’intégrer l’équipe du programme de recherche IHA-CREPOS basée à Dakar. Il est actuellement doctorant à l’Université Abdou Moumouni de Niamey avec un processus de cotutelle en cours avec l’Université Cheik Anta Diop de Dakar. Félix Kaguenang s’intéresse, dans ses travaux de recherches doctorales, aux établissements pénitentiaires du Tchad pour essayer de comprendre les formes concrètes de bureaucratisation et de (in)formalisation des pratiques quotidiennes, les normes et politiques règlementant les prisons et les applications qu’en font les acteurs stratégiques ainsi que les réalités contextuelles de la vie carcérale tchadienne.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebook

Félix Kaguenang

Après un Master en Droit privé à l’Université de N’Djamena (faculté des sciences juridiques et politiques) et un diplôme de Magistrature à l’Ecole Nationale de Formation Judiciaire (ENFJ) de N’Djamena, Félix Kaguenang a intégré la faculté des sciences humaines et sociales pour poursuivre des études de Master en Anthropologie. Il a défendu avec brio un mémoire de master intitulé Ethnographie des pratiques et des représentations liées aux établissements pénitentiaires du Tchad : la maison d’arrêt de Bongor. Chercheur associé au Centre de Recherche en Anthropologie et Sciences Humaines (CRASH), un centre de recherche international basé à N’Djamena, Félix Kaguenang vient d’intégrer l’équipe du programme de recherche IHA-CREPOS basée à Dakar. Il est actuellement doctorant à l’Université Abdou Moumouni de Niamey avec un processus de cotutelle en cours avec l’Université Cheik Anta Diop de Dakar. Félix Kaguenang s’intéresse, dans ses travaux de recherches doctorales, aux établissements pénitentiaires du Tchad pour essayer de comprendre les formes concrètes de bureaucratisation et de (in)formalisation des pratiques quotidiennes, les normes et politiques règlementant les prisons et les applications qu’en font les acteurs stratégiques ainsi que les réalités contextuelles de la vie carcérale tchadienne.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/06/2017

    […] en miniature Félix Kaguenang, Bureaucratisation des sociétés africaines, 18 juin 2017 > https://ihacrepos.hypotheses.org/677 “Haspelmath goes minimalist”: A memorable workshop on universals in Abruzzo Martin […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *