Groupe IHA CREPOS

Ce carnet entend rendre compte des travaux que le groupe  développe sur les dispositifs matériels et bureaucratiques de l’identification en Afrique subsaharienne depuis le XIXe siècle, en s’intéressant également à leurs usages et aux pratiques qu’ils ont générés. A partir d’études de cas sur le Sénégal, le Tchad, l’AOF et le Maroc, il s’agit de comprendre la façon dont ces dispositifs ont à la fois répondu à des projets de contrôle, d’inclusion et d’exclusion des individus, mais aussi accompagné l’émergence de nouvelles subjectivités. Le programme ne se limite pas au seul champ de l’Etat et des identités officielles. Il considère différentes institutions et acteurs de l’enregistrement des identités et/ou de la production de documents d’identité, que ces identités soient nationales, citoyennes, confessionnelles, ou encore qu’elles portent sur des statuts sociaux. Par-delà une analyse de la mise en fiches et en cartes des individus comme technologies de pouvoir, les recherches visent à éclairer les modalités de l’inscription des sociétés africaines dans la cité bureaucratique et graphique et à tester l’hypothèse de la diffusion large de ses imaginaires et esthétiques. Dans le cadre de ce programme contemporanéiste, on considère comme point de départ le moment d’extension de la gouvernementalité écrite en Afrique subsaharienne avec le développement des empires européens au XIXe siècle, tout en restant attentif à la diversité et à l’historicité des cultures écrites et bureaucratiques en plusieurs espaces du continent, ainsi qu’aux dispositifs non écrits de l’identification.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *