Administration entre « terroir » et « quartier » à Bamako

Lamine Doumbia (IHA-CREPOS, Université de Bayreuth)

La terre représente un espace de relations et d’interactions sociales. Les sociétés africaines ont toujours su organiser l’accès à la terre. Cependant, suite à l’introduction du droit foncier à l’époque coloniale et à l’urbanisation galopante depuis les années 1970, sa gestion s’est complexifiée. En sa qualité de ressource indissociable du foncier, c’est-à-dire, de la propriété de terre, elle se trouve aujourd’hui au cœur des préoccupations majeures des sociétés urbaines de Bamako, la capitale du Mali. A cause de la diversité des acteurs et des transformations sociales, culturelles, politiques et économiques, son administration est aujourd’hui particulièrement hétérogène.

Ce billet s’interroge justement sur ce thème d’administration. En prenant l’exemple du quartier de Sabalibougou de la commune V du district de Bamako, il montre comment la nomination des chefs de quartier est au sein des conflits autour de la tenure endogène de la terre et sa régulation bureaucratique par l’Etat. Le quartier de Sabalibougou se trouve sur la rive droite du fleuve Niger, tout au long de la route menant vers l’aéroport international de la ville. Il fut peuplé dans la dynamique de l’exode rural des années 1970 durant lequel la population de Bamako passait de moins de 200’000 en 1970 à environ 420’000 (habitants) en 1976. Dans les années 1980, lorsque la population de Bamako atteint plus que 600’000, Sabalibougou était déjà le quartier avec la plus forte densité de population de la commune appelée « commune V ». Cette pression démographique représente aujourd’hui encore un défi de gestion considérable pour l’État.

La lettre administrative représentée ci-haut est adressée en 2012 par Hamidou Dembélé au gouverneur du district de Bamako. Hamidou Dembélé était membre fondateur de Sabalibougou et au moment d’écrire la lettre, chef de quartier intérimaire. La lettre demande de reconnaître la décision du conseil des chefs de familles de Sabalibougou de pérenniser son poste. En même temps, elle reflète la tension qui réside entre l’administration du « terroir » renvoyant à des pratiques locales de gestion de la terre et l’administration du « quartier » sous l’autorité administrative du chef de quartier, du maire et du gouverneur.

Selon les pratiques locales, l’administration du « terroir » est entre les mains de « celui qui a donné le premier coup de hache » (Kassibo 1997), c’est à dire, celui qui défricha la région le premier pour s’y installer. Ceci me fut aussi confirmé par un tenant du nko (un maître du savoir de la culture Mandingue) qui m’expliqua : « chaque personne a droit à la terre au Manden [ancien empire du Mali] sauf celui qui veut la mettre dans sa poche pour l’emporter ».

En Bamanankan, principale langue parlée dans la région de Bamako, le premier habitant est appelé dugukolotigi, ce qui signifie « chef de terre ». Ainsi, toutes les autres personnes désirant par la suite s’installer dans la même région doivent lui demander sa permission. Cependant, il peut déléguer une partie de son administration de la terre à celui qu’on appelle sotigi, qui sera autorisé, avec l’accord officiel du dugukolotigi, à installer les nouveaux arrivants. Selon les acteurs locaux, ils perpétuent ainsi les normes sociales de l’ancien empire du Mali. Toujours est-il que ces normes ne sont pas des pratiques figées, mais en perpétuelle mutation et adaptation dans le temps, dans l’espace et en fonction des interactions des acteurs sociaux. Nous montrons, de ce fait, un processus d’hybridation des pratiques administratives.

Dans les sociétés Bamanan, les instances juridiques et judiciaires relèvent de l’administration au sens fonctionnaliste du terme. Cela renvoie à l’insertion des normes de conduite par les membres de la société pour mieux la faire fonctionner. Le droit n’est pas seulement le droit étatique, mais il émane aussi des pratiques sociales locales (voir aussi Le Roy 2006 ; von Trotha 2006). Celles-ci se manifestent dans le « bulon », qui est un vestibule[1] dans lequel se tient le conseil des anciens pour la prise de décisions quotidiennes dans le but de gouverner la communauté locale. Selon les sociétés, ce conseil réunit entre autres le dugutigi, qui est le chef qui gouverne les populations, le dugukolotigi, qui gère la terre pour avoir donné le premier coup de hache et le sotigi, à qui dugukolotigi a attribué la gestion d’une contrée. De manière général dugutigi joue, par délégation et convention dans le sens de simplification de la gouvernance, le rôle de dugukolotigi et de sotigi. Le bulon est une cellule intermédiaire entre la concession et la rue et a de ce fait deux portes. Ceci constituerait en effet « une métaphore propre à évoquer l’espace intermédiaire où se trouvent les juristes qui, de l’intimité de la cour, descendent dans la rue ou, de l’intimité de la salle de cours, descendent sur le terrain » (Hesseling et Oomen, 2005 : 1). En anthropologie juridique, ces « juristes » évoqués par Hesseling et Oomen sont appelés des administrateurs locaux.

Le « village/quartier » n’est pas nécessairement une unité socio-politique : souvent, c’est une implantation humaine dépendant d’un « village-mère », ou plus souvent un regroupement de quartiers dépendants d’un même chef de terre mais dont les chefs de « village/quartier » sont politiquement autonomes (Cf. Lavigne Delville et al. 2000). C’est le cas pour Sabalibougou dont le fondateur Hamidou Dembélé demanda l’autorisation aux Traorés de Kalaban Koro avant de s’y installer. Ces derniers avaient en effet « donner le premier coup de hache » sur cette rive droite du fleuve Niger.

Ainsi, il faut donc demander l’autorisation de s’installer au chef de terre qui en est conventionnellement dépositaire, bien qu’il n’en soit pas le propriétaire dans le sens juridique du terme. Cela renvoie à l’administration collective du terroir essentiellement basée sur les principes de la parole donnée aux membres de ce terroir. La plupart des habitants de Sabalibougou, venant de leurs villages comme nouveaux citadins, s’installèrent suivant cette logique. Cependant, au fil du temps, et comme nous le constaterons dans la partie suivante, l’administration des bureaux et des papiers s’imbriquera dans cette administration collective du terroir.

La genèse du site

Selon le premier habitant Hamidou Dembélé, le nom Sabalibougou n’était pas le nom initial donné à ce site. Ce nom serait, au contraire, plutôt issu d’un long processus d’interactions sociales entre les habitants.

D’après Hamidou Dembélé, le site de Sabalibougou a été créé en 1956 par son frère Zanga Dembélé qui, comme lui-même, provenait du village de Zébala dans la région de Koutiala. Ils étaient venus à Bamako à la recherche de moyens de subsistance et notamment un champs à cultiver. C’est ainsi qu’ils ont rencontré Zoumana Diakité qui était à l’époque le chef de « village/quartier » de Baco Djikoroni. Communément appelé Zoubleni, ce dernier leur conseilla de se diriger vers Kalaban Koro pour rencontrer Bakary Traoré, chef de ce village à l’époque, pour demander un terrain à usage agricole. Etant donné que ce dernier avait donné le tout premier coup de hache sur la rive droite du Niger à Bamako, il était le chef de terre légitime des lieux. Il autorisa donc les frères Dembélé à cultiver à l’Est du quartier de Baco Djicoroni. Cet espace représente aujourd’hui le « village/quartier » de Sabalibougou.

Par la suite, plusieurs groupes sociaux s’y installèrent aussi pour cultiver, comme par exemple des Mossi, originaires du Burkina Faso (autrefois Haute Volta). Tout comme les fondateurs Dembélé, les autres occupants agriculteurs avaient eux-aussi construit des hameaux pour y habiter et rester à proximité de leurs champs. Ce faisant, ils évitaient une longue navette entre le champ et la maison et se mirent ainsi plus en sécurité. Selon Hamidou Dembélé, lorsque les hameaux, qui représentaient chaque fois une famille/ménage, avaient atteint le nombre de trente-huit, les habitants décidèrent de donner le nom « Heremakono[2] » à leur site. Hamidou Dembélé qui était plus dynamique que son grand frère, de surcroît tâcheron de profession, dit avoir été le principal artisan du développement de ce site. Il explique : « je défrichai la place de l’actuel marché ; je construis la première mosquée et une toilette ; j’amenai l’imam Lassine Bakayoko de Dravela [quartier de la rive gauche] ; je construis un foyer de jeunes ».

Cependant, en raison d’un conflit de chefferie, la cohabitation entre les fondateurs Dembélé et les Mossis – qui avaient à leur tête Seydou Traoré – se détériora rapidement. En effet, selon plusieurs de mes informateurs[3], ce site aurait été plutôt connu sous le nom de « Mossibougou » et non pas comme faisant partie de « Heremakono ». De plus, Seydou Traoré, aussi appelé Mossi Seydou, se considérait comme le maître du site et profita souvent des longues absences de Hamidou Dembélé pour donner des lots à usage d’habitation dans une zone défrichée qui était censée être réservée pour le marché (cette zone est aujourd’hui peuplée et comprise entre le marché et le cimetière de Sabalibougou).

Par la suite, Seydou Traoré dit Mossi Seydou qui selon Hamidou Dembélé aurait été soutenu par de personnes influentes de la zone, avait l’ambition de devenir le chef du quartier. Opposé à cette ambition, Hamidou Dembélé fut convoqué au commissariat du quatrième arrondissement et à la brigade territoriale de Bamako-Coura où il passa douze jours en détention ce qui s’explique aussi par le contexte de dictature au Mali qui s’installa depuis le coup d’État militaire de 1968 et la mise en place de la deuxième République. À sa sortie, le conseil de « village/quartier » désigna Hamidou Dembélé comme chef de quartier, mais celui-ci refusa cette nomination, et le conseil, avec l’accord de Dembélé, nomma Issa Kéita, à l’époque le plus âgé dans le quartier, à cette fonction. Seydou Traoré, par contre, fut proposé comme premier conseiller d’Issa Kéita mais refusa lui aussi d’occuper ce poste.

Ce conflit perdura jusqu’au moment de la nomination du capitaine Sékou Ly comme maire de Bamako (1970 à 1978), d’ailleurs proche ami du président Moussa Traoré. En déclamant le slogan « sabali, sabali, sabali[4] », ce qui signifie la paix ou la tolérance, le maire de la ville, entouré de toute une délégation, rapprocha les populations de ce site et leur proposa de le nommer Sabalibougou – c’est-à-dire le hameau de la paix – et de garder pour chef le doyen du quartier, Issa Keita. Ceci reflète une dynamique qui fait passer Sabalibougou du rang d’un simple périphérique de Bamako à celui d’un quartier de la ville qui attire les intérêts de l’Etat et de ses projets de développement.

Suite à cela, une opération de réhabilitation et de lotissement du quartier de Sabalibougou a été menée par la mairie de la commune V à partir de la fin des années 1980. Cependant, après la chute de Moussa Traoré et dans le contexte de démocratisation, de nouveaux courants sociaux se formèrent. De peur que la mairie de la commune V profite des mesures de lotissement pour détourner des parcelles au détriment des habitants, une association, nommée Jigi Sigi ton[5] s’est formée en 1996 dans la partie ouest du quartier, avec à sa tête Hamidou Dembélé. Elle s’est farouchement opposée à la mairie de la commune V et au déguerpissement des populations dans le cadre du programme de réhabilitation de Sabalibougou et le programme spécial de « régulation foncière » du gouverneur du district de Bamako, « sauvons notre quartier » (financé par la Banque mondiale et lancé en 1994).

Pour la mise en place de ces deux programmes, la marie avait installé une commission ad hoc. Mais avec la contestation de l’association de Dembélé, le gouverneur suspendit cette commission. C’est d’ailleurs ce que Dembélé et le conseil des chefs de famille écrivent dans la lettre présentée dans de ce billet. Cette lettre met en garde les agents fonctionnaires ou élus locaux de prendre des décisions sans consulter l’association et sans l’y inclure. Adressée au gouverneur du district de Bamako, elle était envoyée en même temps au Ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales et au Ministère de la justice et des gardes de sceaux. Elle annonce, de plus, la tenue d’une marche pacifique réclamant la nomination d’un nouveau chef de quartier de Sabalibougou. Depuis des années ce poste avait été vacant (avec d’abord le décès d’Issa Keïta en 2004 et ensuite le décès du chef de quartier intérimaire, Daouda Diarra). Cependant, cette fois-ci, Hamidou Dembélé réclama ce poste. La lettre rappelle la décision n° 093 du gouverneur du district de Bamako de le nommer en 2007 chef de quartier intérimaire après le décès de Daouda Diarra. Mais c’est la mairie qui s’y opposa, entre autres à cause de l’influence de l’association dont Dembélé est en tête. Ainsi, Dembélé conteste dans la lettre l’opposition des autorités municipales à sa candidature et met en garde les institutions étatiques contre les risques de « destruction du tissu social » à la suite des projets d’aménagement urbain qui avaient déjà fait déguerpir des ménages du côté Ouest de Sabalibougou.

Ces mêmes opérations de réhabilitation ont par ailleurs déplacé la mosquée connue comme « mosquée d’Hamidou Dembélé » et dont le muezzin Bakary Samaké continuait à gérer les toilettes pour la caisse de l’ancien chef de quartier Issa Kéita. Après le décès de ce dernier et malgré la nomination en 2007 de Hamidou Dembélé comme chef de quartier intérimaire, les recettes des toilettes ne revenaient pas à ce dernier. Il semblerait donc que la commune V ait des appréhensions contre la légitimité du fondateur du « quartier/village » Hamidou Dembélé.

Conclusion

Dans un contexte d’urbanisation, migration et évolution spatiale, l’administration du terroir se voit s’imbriquer dans l’administration bureaucratique. Le terroir n’a connu l’administration de bureau qu’avec l’avènement de la colonisation[6] et du processus d’étatisation, si bien qu’il est un quartier urbain de la commune V du district de Bamako de nos jours. Cependant étant donné que les sociétés précoloniales étaient elles aussi organisées, on peut en déduire que des formes d’administration existaient déjà. C’est ainsi que le bulon par exemple réunit encore le conseil des anciens.

Aujourd’hui, le premier habitant de Sabalibougou, Hamidou Dembélé, interagit avec les institutions de l’État telles que le gouverneur du district de Bamako ou la mairie de la commune V. Même si cette interaction est souvent tendue et conflictuelle, elle révèle néanmoins la nécessité de prise en compte des institutions et des normes du terroir par l’Etat. Car quand ces institutions ne sont pas prises en compte, des crises et des conflits sociaux deviennent un obstacle pour une bonne gouvernance locale. En guise d’illustration, il suffit de se rappeler la référence à « la destruction du tissu social… » dont Dembélé parle dans sa lettre. À la lumière de cette problématique, il est impératif de se demander, comme Hesseling et Oomen (2005), si les normes locales méritent l’étiquette de droit ou bien si ce label doit être réservé uniquement au droit étatique ? Puisque les deux normes sont quotidiennement enchevêtrées sur le terrain social, dans quelle mesure doivent-elles ensembles être considérées comme source de droit en vue d’une gouvernance locale inclusive et participative ?

[1] Hesseling Gerti Djiré Moussa et Oomen Barbara, éd. (2005), Le droit en Afrique. Expériences locales au Mali et droit étatique. Paris : Éditions Karthala.

[2] Ce mot vient du Bamanan, hèrè signifie bonheur, prospérité, et makònò veut dire attendre. Donc dans l’attente de la prospérité.

[3] Comme Magasouba, secrétaire générale de la marie de la commune V et d’autres habitants de l’actuel Sabalibougou quartier.

[4] Mot Bamanan qui désigne la paix, la tolérance ; Bougou signifie hameau, village

[5] Littéralement « association qui apporte le soutien », qu’on peut traduire par « groupe de solidarité ».

[6] Entretien avec Doumbi Fakoly, Dakar, 30 mai 2017.


Lamine Doumbia

Lamine Doumbia stammt aus Mali und studierte Kultur- und Sozialanthropologie an der Universität Bayreuth. Danach Promovierte er im Fach Rechts- und Politische Anthropologie als Junior Fellow von Bayreuth International Graduate School of African Studies (BIGSAS) mit dem Stipendium der Friedrich-Ebert-Stiftung. Zur Zeit ist er ein Postdoc-Fellow des Deutsches Historisches Institut Paris (DHI) und Centre de recherche sur les politiques sociales (CREPOS).

More Posts

Lamine Doumbia

Lamine Doumbia stammt aus Mali und studierte Kultur- und Sozialanthropologie an der Universität Bayreuth. Danach Promovierte er im Fach Rechts- und Politische Anthropologie als Junior Fellow von Bayreuth International Graduate School of African Studies (BIGSAS) mit dem Stipendium der Friedrich-Ebert-Stiftung. Zur Zeit ist er ein Postdoc-Fellow des Deutsches Historisches Institut Paris (DHI) und Centre de recherche sur les politiques sociales (CREPOS).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *